lundi 31 août 2015

RÉSOLUTION DE RENTRÉE : APPRENDRE A S'ASSUMER & NE PAS JUGER LES AUTRES SUR LEUR APPARENCE ?

Ce matin, j'ai vu passer ce message de Kate Winslet sur mon fil Facebook :

"I know I am chubby, I have big feet, and have bad hair days. 
When I grew up and even now sometimes, I hardly hear any positive reinforcement about body image from any female. I mostly hear negatives. But I know most of the negatives comes from the people who are busy rejoicing other people’ insults by liking demeaning post on Facebook when in reality they don’t even like themselves. Today, I want to put up a zero makeup photo. I know I have wrinkles on my skin but today i want you to see beyond that. I want to embrace the real me and I want you to embrace who you are, the way you are, and love yourself just the way you are. Share the message everywhere and let it reach the haters and let them know that you don’t give a damn about the negatives and you chose not to be a victim to those bullies who make fun of others based on appearances, race, gender, etc. 
And also share if you love yourself the way you are and don’t want to change anything about it. People should appreciate you, the real you."

(la suite ici)


En gros, la sublime Kate (qui est une mes actrices préférées, pas vous ? :)) dit qu'elle est potelée, qu'elle a des grands pieds, des rides, qu'elle n'est pas toujours bien coiffée... Et qu'elle poste cette photo un peu "brute", sans maquillage, parce qu'elle a envie de s'assumer, quoiqu'en pensent et médisent les autres, qu'on ne doit pas être victime d'abrutis qui se moquent des apparences, que les gens devraient apprécier le "vrai soi", qu'il faut s'aimer tel que l'on est, quelque soit sa race, son genre, son physique... Et ensuite elle invite ses followers à poster eux aussi une photo d'eux -même au naturel.

Alors ok, c'est un peu du réchauffé, cette histoire, c'est du bon sentiment, du politiquement correct et ça ne changera probablement absolument rien. 

Mais je trouve que ça tombe bien, avec la rentrée, les bonnes résolutions, toussa. 

Un prétexte pour aborder le sujet avec ses enfants, peut-être - potentiellement moqueurs ou moqués ? Ou... avec soi-même (notamment - au hasard - sur les réseaux sociaux) ?

La beauté intérieure, la tolérance, l'empathie, le respect, l'ouverture d'esprit, la bienveillance... Appliquer au quotidien ces valeurs fondamentales que l'on partage tous (oui, tous, et même la plupart des moqueurs, qui devraient réfléchir un peu plus sérieusement à leur comportement). 

(j'ai vraiment l'impression de brasser de l'air mais tant pis !! ;))

#BeOpen #BeKind #BePositive !

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 26 août 2015

SUS AU "GLUTEN-WASHING" COSMÉTIQUE !!

Cette mode du gluten-free......

Vous le savez peut-être mais on estime à 1% tout au plus le nombre de vrais cœliaques, c'est à dire des gens atteints d'une maladie auto-immune qui ne peuvent pas digérer le gluten normalement et à qui ce dernier cause un certain nombre de désagréments, parfois vraiment graves. 

Vous en déduisez que la plupart de ceux qui éliminent le gluten de leur alimentation ne sont pas cœliaques. Il s'auto-qualifient eux-même d'intolérants au gluten.


Certains me rétorqueront que même sans être cœliaque, on peut avoir une certaine sensibilité au gluten, et en le supprimant, ils ont retrouvé plus d'énergie, ils sont plus zen, ils sont moins gonflés, ils ont perdu du poids... Oui, certes, mais est-ce lié à l'absence de gluten ou plutôt au nouveau régime alimentaire associé c'est à dire grosso modo pas de blé (donc pas de pain, pâtes, gâteaux, pizzas...) ni de plats cuisinés (qui contiennent pour la plupart du gluten), donc retour forcé à une alimentation finalement beaucoup plus saine, plus "brute" (sans transformation industrielle), moins calorique ? Et qui dit meilleure alimentation dit meilleure santé, CQFD.

(je ne dis pas qu'il n'y a jamais de sensibilité au gluten chez certains non cœliaques, je pose juste la question à ceux qui feraient des conclusions un peu hâtives)


La mode du sans gluten arrive en cosmétique, assez peu en France, mais aux Etats-Unis, j'ai déjà vu pas mal d'allégations "gluten-free". Et mon petit doigt me dit que bientôt cette tendance traversera l’Atlantique (d'ailleurs, elle est probablement déjà au Royaume-Uni).

Bon. Qu'on essaye le "sans gluten" dans son alimentation même quand on n'a pas de maladie cœliaque, pourquoi pas. Moi-même j'ai essayé un mois et demi l'année dernière (et ça n'a rien changé d'ailleurs, malgré une alimentation beaucoup plus saine – très très énervant vue la privation pour une hédonique comme moi !!).


Mais le "sans gluten" DANS LES COSMÉTIQUES ? Franchement...

C'est du "gluten-washing", ça. Des industriels qui profitent de la mode et son anxiogénisme associé pour faire fructifier leurs affaires.

Parce que les intolérances au gluten sont ALIMENTAIRES. Par voie cutanée, il ne se passe rien, même pour les cœliaques. Rien. Nada.


La seule allégation "sans gluten" en cosmétique qui ne serait pas du (... je ne trouve pas d'expression moins vulgaire, désolée) foutage de gueule, ce serait dans les produits appliqués sur les lèvres, dont on peut avaler une partie, effectivement.

ENCORE QUE. J'imagine que s'il y a un pouième d'extrait de blé contenant un pouième de gluten dans un rouge à lèvres dont on va avaler un pouième de milligramme, quelle quantité réelle de gluten va arriver jusque dans le système digestif ?

(vous avez 2 heures et je ramasse les copies)


N'ayez pas peur. Ne vous faites pas avoir.


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 24 août 2015

GÉRER LE DÉBRONZAGE

"Gérer le débronzage", ça doit j'imagine vous évoquer 2 choses :
1/ Han, j'ai trop envie de conserver mon bronzage le plus longtemps possible !
2/ Pfff, j'ai trop pas envie de voir se pointer les horribles boutons de la Rentrée...


Alors, pour le petit 1 (prolonger son bronzage), je vous conseille simplement de :
  • Continuer votre cure de complément alimentaire solaire quelques temps (de mon côté, il me reste un peu de celui de Eclaé), ou mieux, version naturelle & healthy, abuser de fruits et légumes colorés riches en caroténoïdes. 
  • Bien bien hydrater votre peau, visage & corps, car la peau bronzée est souvent sèche et déshydratée. 
  • Faire des gommages réguliers pour éliminer les cellules mortes en couche particulièrement abondante sur peau hâlée, afin d'illuminer le bronzage, d'éviter qu'il ne ternisse.

Pour le petit 2 (éviter les boutons), celui qui personnellement me préoccupe un peu plus car même si je n'ai pas une peau habituellement bourgeonnante, à chaque retour de vacances, une douzaine de jours après, ça ne loupe pas, pif paf pof (phénomène tout à fait normal car la peau bronzée est plus épaisse et c'est encore pire chez les peaux sujettes à imperfections car les boutons ont été planqués tout l'été sous la peau épaissie par le bronzage, et dès que celle-ci se désépaissie, dès qu'ils peuvent à nouveau la percer, ils s'en donnent à cœur joie) (heureusement, ça ne dure pas – en tous cas pas chez moi, mais si je peux me passer des 2 semaines de peau à imperfections, ça m'arrange)


  • Adoptez un nettoyant visage pour peaux grasses, si possible qui se rince, et si vous avez la peau sèche comme moi et préférez les formules riches  qui ne se rincent pas, prenez votre mal en patience. Le nouveau gel Nettoyant Pureté de Absolution est très bien, il est bio, sent bon les huiles-essentielles-qui-ne-puent-pas, et il est tout doux (donc peu moussant, mais ça ne veut pas dire qu'il n'est pas efficace, non) (et il coûte 29€)
  • Si besoin, renforcez le pouvoir désincrustant du nettoyant avec une brosse électronique comme la Clarisonic (149€, mon avis ici), ou manuelle, compacte et pas chère comme la SOS Pureté de Mon Corner B (20€, ma revue ) ou sa version originale Tosowong, ou alors avec la toute mignonne Luna de Foreo (arrivée chez Sephora il y a peu, bientôt dans d'autres points de vente) (189€ quand même, mais il paraît qu'elle est aussi antirides...) qui balance des ultrasons pour nettoyer en profondeur. Attention à bien nettoyer vos brosses après usage pour qu'elles ne dispersent pas les vilaines bactéries responsables des boutons sur l'ensemble de votre visage.
  • Remplacez votre crème visage par un simple sérum, souvent suffisamment confortable seul en cette fin d'été : le matin, un sérum hydratant et protecteur comme le Sérum Hydrabio de Bioderma qui fait très bien son job (12€), le soir un sérum régénérant comme le joli Sérum Précieux de L'Occitane (dont je n'aime pas trop la parfum, mais bon) (55€). 
  • Si besoin, ajoutez le matin une émulsion légère comme le Fluide Anti-Rides Protecteur FPS20 de Caudalie (je l'ai choisi avec un indice de protection solaire car heureusement ce dernier tape encore pas mal, on n'est que fin août :)) (il coûte 29€) et le soir une huile visage comme l'Huile Nourrissante Flawless Skin de Laura Mercier dont je vous ai déjà parlé ici (elle coûte cher - 60€ - mais dure longtemps).
  • Le soir, si vous avez des brillances, autorisez-vous une lotion un peu alcoolisée comme Aqua Magnifica de Sanoflore, c'est très agréable, rafraîchissant, assainissant. A consommer avec modération quand même (13€ les 200 ml - sur la photo c'est la taille voyage).
  • Quand vous voyez que la peau brille vraiment (sébum, mon ami) ou est sur le point de bourgeonner, exfoliez doucement votre visage (moi j'ajoute dans le creux de ma main un peu de Poudre Exfoliante Métamorphose de Séphora à mon gel nettoyant Absolution - mon avis ici) et dégainez un masque purifiant. Le Masque Purifiant Naturel à l'argile de Juvaflorine a une composition toute simple, un format maousse costaud, un petit prix (4,70€ les 300 g !!), et une véritable efficacité - c'est un bon basique multifonctions qu'il vous faut vraiment dans votre armoire à pharmacie / beauté. 
  • Si le bouton point quand même son nez, deux solutions naturelles pour aider à le faire disparaître plus rapidement : recouvrez-le d'huile essentielle d'arbre à thé (chez Naturactive, Aromazone... pour quelques euros) ou, plus efficace encore, inondez-le de lumières bleue (anti-sébum et antibactérienne) et rouge (cicatrisante et anti-inflammatoire) avec le nouveau Free Skin de Talika (qui n'est pas sur la photo de famille mais à part parce qu'il est en rupture de stock au bureau Talika - un de mes clients - et que je n'ai pas encore pu en récupérer un pour moi !) (il coûte 69€). 

Les produits que je cite sont ceux que j'utilise actuellement, mais ils ne sont là qu'à titre d'exemple. Vous trouverez d'autres produits anti-boutons également testés par mes soins il y a 2 ans lors de ma dernière crise boutonnière ici.

Si vous suivez ces conseils à la lettre, votre hâle devrait durer un peu plus longtemps, et surtout, surtout, vous devriez moins bourgeonner qu'à la rentrée dernière ! Tenez-nous au courant... :*
.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 21 août 2015

THE BALM, ENFIN EN FRANCE !

Lorsque nous étions à San Franciso en mai dernier, avec le Teddy et la Paresseuse, nous sommes entrés dans une boutique The Balm, marque de soins de beauté et maquillage née dans les brumes de la ville il y a quelques années.

"C'est vraiment dommage que la marque ne soit pas distribuée en France", qu'on se disait.

Et puis en rentrant, bim !, qu'est-ce qu'on apprend ??

THE BALM ARRIVE EN FRANCE !! 

Chez Monoprix, plus précisément.

(oui, oui, je sais, on pouvait déjà trouver des produits chez Feelunique, The Beautyst, Birchbox... mais là je parle de points de vente physiques près de chez soi - enfin de chez moi, quoi)

(YOUPI)
 

The Balm, je voulais vous en parler car elle reflète pour moi assez bien l'esprit de Frisco, cette ville que j'ai adorée (contrairement à Los Angeles), tellement elle est riche, culturellement et socialement parlant, ouverte d'esprit, inventive, intelligente mais décontractée, avec une certaine ambiance "européenne" qui n'avait rien pour me déplaire.

Comme chez son cousin Benefit (lui aussi San Franciscain), il y a des noms rigolos et une explosion de couleurs sur les emballages, un graphisme par mal inspiré des années 50 mais aussi de tout et n'importe quoi, sans forcément de cohérence entre les différents produits, ce qui en fait finalement quelque chose d'assez harmonieux globalement. Des produits que l'on a envie d'acheter avant-même de savoir si ils valent le coup, juste parce qu'ils sont drôles et sympathiques

Je n'avais pas d'avis sur les produits parce que je ne les avais justement jamais testés, et puis en rentrant de vacances, quelle jolie surprise dans ma boîte aux lettres : un petit colis de produits de maquillage The Balm ! :)


J'ADORE le mascara What's Your Type?. Un vrai coup de cœur. Je me demande même s'il ne va pas détrôner le They'Re Real de Benefit, jusqu'ici sur la 1ère place de mon podium. Il est à la fois ultra-allongeant (autant que le Benefit), bien gainant (plus que le Benefit), hyper-résistant (comme le Benefit, c'est pourquoi certaines ne l'aimeront pas, il est peut-être un peu difficile à démaquiller), noir-noir... Son seul petit défaut étant qu'il fait un peu de paquets là où le Benefit n'en fait carrément pas, mais si on fait attention, ça se gère. Avec ce mascara, j'ai l'impression d'avoir des faux-cils (d'ailleurs je m'attends à ce qu'on me pose la question un jour... pas trop ces jours-ci car ma vie sociale est assez limitée en cette fin août, mais probablement début septembre ?).

J'ai trouvé le gloss Pretty Smart très bien aussi, c'est tout à fait le genre d'hybride rouge à lèvres / gloss que j'affectionne (comme le Marvelous Moxie de Bare Minerals, par exemple, ou le Paint Wash Liquid Lip Colour de Laura Mercier, ou... j'en ai plein, un jour je vous ferai un article dessus, tiens).

Le combo fard à joues / à paupières Frat Boy est très réussi également, assez subtil, et je l’apprécie d'autant plus que j’aime bien mettre du rose sur les yeux (non non ça ne fait pas lapin albinos, ça apporte un vrai coup de frais au regard). 

Je n'ai pas encore testé la base paupières Put A Lid On It ("... Babe" - pour ceux qui auront saisi la référence) qui est sur la photo.

La vendeuse de la boutique de SF m'avait filé plusieurs échantillons de crème, j'aurais voulu les essayer avant de vous parler de The Balm mais je ne les retrouve pas (pourtant mon nouveau chez-moi est vraiment mieux rangé que l'ancien, j'vous jure).

Si vous aussi vous connaissez la marque, n'hésitez pas à nous conseiller vos préférés en commentaire !
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 20 août 2015

SERIAL TESTERS #9 : AVEC DU BIODERMA, BAIJA, WELEDA, DURANCE, YVES ROCHER, SVR

Aujourd'hui, un petit Serial Testers spécial produits d'hygiène : des gels douches et savons liquides, une eau micellaire, un gommage.

(les photos sont particulièrement moches, désolée !)




SAVON LIQUIDE DE MARSEILLE
FLEUR D'ORANGER
BAIJA
★★★★

Testé par moi-même.

Cela fait longtemps que j'ai abandonné le savon liquide malgré son côté pratique pour des raisons à la fois écologiques et économiques, mais quand on vous en offre un pour l'emménagement dans votre nouvel appart, et aussi joli par ailleurs, on se fait quand même un plaisir de le poser sur le rebord de son lavabo-tout-neuf de sa salle-de-bain-toute-neuve. Et on se croirait presque dans un appart de magazine de déco (ou de blogueuse mode scandinave). Ce savon liquide sent particulièrement bon la fleur d'oranger, et j'aime beaucoup cette odeur madeleine de Proust, donc il est parfait !
 
GEL DOUCHE EXTRA-DOUX
A L'EXTRAIT DE COQUELICOT

DURANCE

★★★★

Testé par moi-même.

Là aussi un très joli produit, qui rend bien dans ma douche-toute-neuve, au parfum subtil de coquelicot, au format maousse costaud, pratique avec son flacon-pompe (je n'utilise par contre pas de savons solide sous la douche, je déteste, je n'ai pas la patience - uniquement pour me laver les mains, donc). Une très jolie marque très sensorielle, rien à ajouter, j'aime beaucoup.


GELEE MOUSSANTE
PHYSIOPURE
SVR
★★★★✩

Testée par moi-même.

Ce nettoyant visage est tout doux, tout "neutre", et je l'utilise le matin sous la douche ou le soir quand je sens que mon visage a besoin d'être bien décrassé sans être décapé parce que habituellement, le soir, je préfère les démaquillants qui ne se rincent pas, ça me saoûle de les rincer, soit je le fais avec les mains et je mets de l'eau mets partout, soit avec un gant et ça me saoûle aussi. Et mon petit épiderme fragile et déshydraté préfère les formules riches type lait. Mais avec cette gelée, ça passe, pas de tiraillements.



 

HYDRABIO H2O
PEAUX SENSIBLES & SECHES
BIODERMA
★★★★✩

Testée par ma maman.
"Je l'utilise plutôt le soir car le matin, en général, je me nettoie le visage avec un savon. Je trouve cette eau micellaire agréable, elle ne picote pas sauf parfois un peu sur les yeux si je ne fais pas attention et qu'elle atteint la muqueuse. Elle ne tiraille pas contrairement à d'autres produits similaires que j'ai déjà essayés. Elle a l'air de bien nettoyer puisque mes cotons en fin de journée sont toujours sales, alors que je ne me maquille pas ! Une fois le visage bien nettoyé, le soir, j'applique l'Huile à la Grenade de la même marque (NDLR : celle que je lui ai piquée pendant les vacances, remember ;))."




DOUCHE GOMMANTE RAFRAICHISSANTE
CITRON BASILIC

YVES ROCHER

★★

Testée par Julien.

"Quoi de mieux en cette période estivale qu'une "Douche Gommante Rafraîchissante Citron Basilic" d'Yves Rocher ? Sauf que, dès cette première phrase, nous pourrions jouer au jeu du "rayer la mention inutile".
C'est un gel douche oui, et donc bien liquide, au point où, lorsque le tube est plein il coule tout seul dès ouverture.
Gommante ? Je doute. L'exfoliation me paraît très légère et nécessite sûrement un usage quotidien pour être vraiment efficace. En tout cas, les peaux sensibles apprécieront la non-agression du produit, et ça, c'est un bon point.
Rafraîchissante oui, merci monsieur Citron. Dites-moi, pendant que je vous tiens, sauriez-vous où se trouve monsieur Basilic ? Je le cherche encore...
En résumé, la moitié de l'appellation semble être aux abonnés absents, et il est fort probable que, pour un simple gel douche rafraîchissant au citron d'Yves Rocher, j'aurais probablement pu avoir un contenant deux fois plus volumineux (400 ml) pour le même prix, non ?"

CREME DE DOUCHE A L'AMANDE
WELEDA
★★★★✩

Testée par Julien également.

"Weleda, une crème de douche, à l'amande ? Moui, pourquoi pas.
Peaux sensibles ? Ah là on parle So.
Primo, je dois l'avouer, je ne suis pas du genre à avoir des routines cosmétiques. Je prends, je teste, je vide et je change. Mince, c'est peut-être une routine...
Trêve de digression, avec cette crème de confort, je pense avoir enfin trouvé mon produit douche du soir. Le parfum d'amande, tout d'abord, qui pourrait sembler banal, est à la fois subtil et doux, et c'est reposant pour nos naseaux. Et puis ça peut créer un certain équilibre pour qui préférerait les odeurs plus soutenues, en journée.
La texture à présent : attention il s'agit bien là d'une crème et non d'un gel ; ne vous attendez pas à ce que ça mousse à tout va. Son application se fait simplement et de manière homogène. Et elle se rince aussi très facilement. Quant aux peaux sensibles, pas de risque d'irritation et donc de mauvaise nuit, pour une utilisation en soirée.
Voilà, en un mot comme en cent, cette crème se veut apaisante. Seul petit bémol, et c'est peut-être dû à mon tube, le clapet se referme mal à chaque fois. Un quasi sans faute."



Si vous aussi vous avez testé ces produits, on attend votre avis !
.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 19 août 2015

LA BLOGROLL DU MOIS #5

Aujourd'hui, je vais ajouter dans ma blogroll (ici) des blogs que j'aurais dû y mettre depuis longtemps (y sont pas tout jeunes, vous verrez) mais voilà, vous me connaissez, j'ai tendance sur ce blog à tout repousser aux calendes grecques. Ou à la Saint Glinglin. Mais parfois je m'y mets. Action.

LES CHRONIQUES DE SONIA


Parce que Sonia, ne lui en déplaise (ou pas ?), est un véritable Gourou de la Beauté, dont les milliers d'ouailles attendent avec impatience le prochain article (il n'y en a pas souvent...), parce qu'elle a réussi à elle seule à démocratiser le layering (rebaptisé "millefeuilles" sur les Internets francophones), parce qu'elle n'a aucun filtre (ou presque) et du coup elle est drôle et attachante, avec une sacré personnalité, parce qu'elle laisse tout le monde s'exprimer - dans la mesure de ce qui est exprimable notamment sur sa (forte) communauté du Millefeuille sur Facebook, et parce qu'en plus elle like toutes les actus FB de (dé)maquillages et que c'est bon pour mon ego ;p. 


Parce qu'il n'y a pas plus forte qu'Alina pour vous faire tout un tas (mais où trouve-t-elle le temps ?) de revues précises et objectives sur les nouveautés soin & maquillage, avec beaucoup de sérieux, une véritable expertise, beaucoup d'honnêteté, un goût prononcé pour le haut de gamme - sachez-le si vous êtes plutôt Gemey Maybelline, et une maîtrise du français assez dingue quand on pense qu'il y a quelques années encore elle ne le parlait pas – chapeau.
www.kleo-beaute.com


BABILLAGES


Parce que le (périlleux) récent virage blog > webzine Babillages est passé comme une lettre à la Poste, que Capucine, en professionnalisant à 100% son blog a quand même réussi à y conserver une âme et de la personnalité (malgré quelques articles plus dédiés à faire du clic qu'à stimuler notre cerveau disponible mais quelque part c'est bien normal pour un webzine) (ya bien pire ailleurs, bien pire), et parce que, malgré son jeune âge, elle a déjà bien vécu et a acquis une véritable expertise depuis tant d'années qu'elle traîne ses guêtres dans l'univers de la beauté et des réseaux sociaux.


LES CHRONIQUES D'UNE BLONDE


Parce que c'est l'un des rares blogs autant mode que beauté qui assure (en toute simplicité et sans prétention) sur les deux tableaux (en général on est soit modeuse soit beautysta et pas très douée dans l'autre domaine - ne me demandez pas à moi mon #OOTD !! :)), parce que Marie est juste croquignolette et pas que sur les réseaux sociaux, parce qu'elle est dynamique, positive, souriante, n'a absolument pas pris la grosse tête comme la plupart des modeuses (non ?) et que ça fait du bien !
chroniqueblonde.com


Je m'arrête là pour aujourd'hui, et au rythme où je mets cette blogroll à jour, on va se dire... à l'année prochaine pour la suite !

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 17 août 2015

MA COLOGNE QUI FLEURE BON L’ÉTÉ

Oooooh mais je ne vous ai pas encore parlé de MON eau de Cologne ? Celle dont j'use et j'abuse depuis le printemps dernier ! Celle qui m'a rafraîchie lors des (nombreux) passages caniculaires...


Il s'agit de la nouvelle Eau des Mâtines du Couvent des Minimes.

Elle sent vraiment très très très très bon, sans aucune ringarditude Colognale. C'est une Cologne moderne.

Ses notes : orange, basilic, citron, cèdre.

Elle n'est pas très forte donc vous pouvez vous en pshitter un peu partout (l'usage de l'Eau de Cologne dans le temps, c'était de la frictionner sur tout le corps, à la fois pour ses vertus assainissantes et parfumantes - notamment sous Louis XIV pour masquer les odeurs des corps qui ne se lavaient pas) – l'inconvénient étant du coup qu'elle ne tient pas trop, il faut le savoir (prétexte pour en réappliquer dans l'après-midi).

Et puis elle est toute jolie, elle rend bien dans la salle de bain (oui, ça compte, ce n'est pas vous qui me direz le contraire)

Bizarrement, ce matin, quand je l''ai sprayée, elle m'a fait moins d'effet. Je l'ai trouvée moins séduisante. Probablement parce qu'il faisait plus moche et plus froid que ces derniers temps ? 

Ce qui est sûr, c'est que d'ici un mois, j'aurai probablement envie de notes plus rondes, plus chaudes, plus enveloppantes... Je la mettrai de côté jusqu'aux prochains beaux jours... car il m'en restera encore pour l'année prochaine, chouette. :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 14 août 2015

DONNER, C'EST DONNER. REPRENDRE... ?

#Confession.

J'ai volé de l'huile. 

A ma mère.

Mais je la lui avais d'abord donnée !

Et puis pendant les vacances dans la maison ardéchoise de mes parents, je manquais d'huile pour ma peau sèche, j'ai vu ce flacon d'Huile à la Grenade de Weleda sur la tablette du lavabo, et je me suis servie.


J'ai adoré.

Vraiment. J'adore cette huile. Elle sent très bon, elle est assez riche mais ne laisse pas la peau grasse - ou juste quelques minutes, le temps de pénétrer. L'épiderme et ensuite tout joli, satiné, doux, souple... Visage & corps. Je l'ai aussi utilisée sur les cheveux en avant-shampoing, une fois, même si c'est un peu du gâchis, autant mettre de l'huile d'olive toute bête. 

Je l'aime beaucoup, ce produit.

Du coup j'ai revolé de l'huile à ma mère les jours qui ont suivi.

Elle s'en est aperçu, parce que j'ai tendance à me servir généreusement... :p

Mais POURQUOI ne l'avais-je pas essayée avant de la lui refiler ???

(bon, je sais pourquoi, c'est que j'ai encore plein d'autres huiles très sympas chez moi à Paris...) (mais au moins j'en aurai profité quelques jours, de celle à la grenade !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 12 août 2015

COMMENT EVALUER SOI-MÊME SI UN PRODUIT DE BEAUTÉ EST PÉRIMÉ

L'autre jour, j'ai reçu un mail d'une lectrice qui m'interpellait sur les péremptions des produits de beauté. C'est un sujet qui est régulièrement traité dans la presse ou sur les blogs, et ce qui est dit n'est pas faux mais un peu trop prudent quand même, un peu simpliste. On va aller un peu plus loin dans la réflexion et je vais vous expliquer comment réellement savoir si votre produit est bon à jeter ou pas. 

Tout d'abord, pour celles et ceux qui sont des flippés de la vie et ne voudraient prendre aucun "risque", arrêtez ici la lecture et trouvez un tableau sur les durabilités des cosmétiques sur les Internets, il y en a plein (... et allez voir un psy, peut-être ?) (rhôôô, je plaisante ;)). Pour celles et ceux qui ont la flemme d'entrer dans le détail, rendez-vous en fin d'article pour le résumé.

Pour les autres, approchez-vous........... 

Vous allez voir qu'il faut surtout se fier à son bon sens, et à ses cinq sens (ça fait donc 6 sens en tout, oui)Et vous gaspillerez moins, un bon geste pour la Planète (et votre porte-monnaie) !



Quand un produit cosmétique peut-il devenir dangereux ?

Un produit cosmétique peut "tourner" et devenir """dangereux""" (je mets plein de guillemets, vous ne mourrez pas de produits de beauté périmés, la peau est une barrière efficace et je vais de toutes façons vous donner quelques clés pour éviter cette fin atroce) pour une raison, essentiellement : une contamination bactériologique. 

(ou un ajout de cyanure dans la cuve de crème par une personne mal intentionnée) 

C'est pour cela qu'on y met des conservateurs

(il y a quelques autres raisons particulières à cause desquelles un cosmétique peut devenir indésirable et je vous invite pour cela à lire l'avant-dernier paragraphe)


Les conservateurs, principaux garants de la durabilité des cosmétiques.

Même si certains d'entre vous ne les aiment pas trop, les conservateurs sont indispensables pour que vous puissiez conserver votre produit cosmétique dans de bonnes conditions suffisamment longtemps. 

Les meilleurs en terme de balance efficacité / innocuité sont les parabènes à chaîne courte, qui malheureusement ont disparu de la plupart des formules, au grand dam de la Profession, sur pression du grand public (qui s'est fait avoir par des lobbies et marques ayant souhaité surfer sur une étude très mal faite qui les soupçonnait d'être cancérigènes) (notons qu'ils ne sont pas 100% inoffensifs non plus, les conservateurs servent quoiqu'il en soit à tuer des bactéries, et les bactéries ressemblent un peu à nos cellules cutanées...), il y a aussi le MIT (efficace mais qui va être interdit - ou est déjà interdit, je ne sais plus - car il a trop d'effets secondaires de type eczéma, en particulier chez les enfants), le phénoxyéthanol (qui se fait attaquer de temps en temps lui aussi, comme tous les conservateurs), l'alcool (dans les formules Bio allemandes, souvent), dans une moindre mesure la glycérine à partir d'une certaine dose (mais au-delà de 6-7%, elle rend les textures collantes – quoique, on m'a dit qu'il y avait une nouvelles astuce de formulation pour éviter cela, mais je n'en sais pas plus), les huiles essentielles (avec les irritations et allergies potentiellement liées et une action de toutes façons limitée), divers acides (qui comme leur nom l'indique nécessitent une formule à pH acide), d'autres substances acceptées dans les référentiels Bio comme l'alcool benzylique (mais souvent elles sont assez irritantes), quelques extraits de plantes vaguement efficaces (ou coupés illégalement au formol, oui ça s'est déjà vu)... J'arrête la liste ici, il y en a plein et j'ai peur de vous avoir déjà perdus avant même d'entrer dans le vif du sujet. 

Je précise quand même que les produits estampillés "sans conservateur" soit n'en nécessitent pas parce qu'ils ne contiennent pas d'eau nécessaire au développement bactérien, soit contiennent des conservateurs non listés dans la liste officielle des conservateurs mais on peut considérer, vues leurs propriétés bactéricides, qu'ils en sont bien, soit sont conditionnés dans des flacons airless dans une salle où l'air est particulièrement contrôlé comme dans l'industrie pharmaceutique mais c'est extrêmement rare en cosmétique, ou alors sont stockés dans un emballage à usage unique, pas très écologique à grande échelle.


Que se passe-t-il si un produit est mal conservé ?

Si le système conservateur du cosmétique n'est pas suffisant performant, ce dernier se fait coloniser par des bactéries, des champignons, des levures... Et il commence à tourner : il suinte, et/ou déphase, devient granuleux, change de couleur, d'odeur... ça ne passe pas inaperçu, vous le verrez forcément et n'aurez aucune envie de l'appliquer (si vous le faites quand même parce que vous avez perdu la tête, ce n'est pas très grave la plupart du temps, car comme je le disais plus haut, la peau est une barrière plutôt efficace) (et puis si le produit pique, vous n'en remettrez pas une seconde fois !).

En général, le produit cosmétique se fait contaminer parce que vous avez mis les doigts dedans. Car niveau production, à quelques exceptions près pas très sérieuses, c'est toujours très propre et contrôlé. 

Donc tant que vous n'avez pas ouvert le produit, d'une manière générale, vous ne risquez rien (sauf si vous retrouvez la crème Oil of Olaz de votre grand-mère stockée dans son armoire de salle de bain depuis 1984) (... encore que).

Vous déduisez également du paragraphe pré-précédent que le choix d'un tube ou mieux, d'un flacon-pompe ou d'un emballage à usage unique, limitera plus le contact avec les doigts pleins de bactéries que celui d'un pot. 

A savoir aussi, pour votre culture générale : on met souvent plus de conservateurs dans un pot que dans un tube ou un flacon-pompe, justement pour anticiper ce genre de désagrément, donc en réalité, vous ne risquez pas trop de contaminer votre peau avec un produit stocké dans un pot, mais par contre vous vous appliquez probablement une plus forte dose de conservateurs.


La clé de la durabilité : de l'eau, ou pas ?

Maintenant que vous êtes rassurés, entrons un peu dans le détail pour mieux évaluer vous-même si un produit cosmétique est bon à jeter ou pas encore, malgré un dépassement de date de péremption.

Il y a une chose principale à savoir : les bactéries, pour se développer, ont besoin comme nous d'eau et de nourriture (du gras d'origine naturelle, des extraits de plantes...), et d'un milieu de vie plutôt sympa (pas trop acide, pas trop alcoolisé...). Retenez surtout qu'elles ont besoin d'EAU.

Du coup, les formules SANS EAU ne risquent pas vraiment de se faire contaminer puisque les micro-organismes ne peuvent y survivre.


Les formules sans eau

Il s'agit essentiellement de produits de maquillage, des huiles et des savons.

Vos fards à paupières, fonds de teint poudre, crayons secs yeux et lèvres, huiles (attention à la mode actuelle des fausses huiles qui contiennent aussi de l'eau, à vérifier sur la liste d'ingrédients), la plupart de vos rouges et baumes à lèvres solides (on commence à y mettre un peu d'eau parfois mais pas suffisamment en général pour permettre une contamination bactérienne)certains mascaras notamment waterproofs, le talc, la plupart des savons... (et j'en oublie, n'hésitez pas à me dire en commentaire ce qu'il manque), vous pouvez les garder aussi longtemps que vous le souhaitez... jusqu'à ce que vos sens (le bon et les 5) vous indiquent de vous en débarrasser.

Personnellement - et je vous jure que c'est vrai, j'utilise encore un talc Poupina que j'avais récupéré en stage en l'an 2000 (!!) pour me poudrer les aisselles avant épilation à la cire (pardon pour ce détail pas glamour mais vous vous demandez certainement comment il peut m'en rester après tout ce temps, c'est juste que je ne l'utilise pas souvent et en faible quantité). 

J'utilise aussi encore des crayons yeux et lèvres que j'avais achetés avant l'ouverture de ce blog, il y a donc au moins 6 ans et demi. Ils sont nickels.

Les rouges à lèvres et les huiles dureront probablement moins longtemps que les poudres (considérons que les crayons sont de la poudre compressée), parce que l'huile rancit avec le temps, surtout si elle est d'origine végétale, prend alors une odeur pas toujours sympa, modifie la texture du produit, et sa couleur, parfois, mais dans ce cas, comme je le disais plus haut, vous vous en apercevrez et jetterez le produit d'office.

Moi, j'ai gardé certains rouges à lèvres des années ! Plus de 5 ans avant qu'ils ne soient plus très "cosmétiques", qu'ils soient plus secs, ne glissent plus trop bien, et que je décide de les mettre à la poubelle. Ceci dit, je n'aurais rien risqué à continuer à les appliquer - à part un rendu visuel pas terrible.

Niveau efficacité, en général les actifs sont hyper stables en milieu anhydre (sans eau). Pour les poudres, pas de problème, pour les huiles, il peut y avoir des pertes d'efficacité car elles évoluent dans le temps.

A noter : ces formules anhydres ne contiennent souvent pas de conservateur. Ou alors si, par excès de zèle de la part du fabricant, mais c'est inutile (ou alors ça peut l'être parce qu'ils conseillent d'appliquer le fard avec une éponge humide, par exemple - encore une fois, le bon sens, le bon sens...).


Les formules avec de l'eau

Il s'agit de la plupart de vos soins et produits d'hygiène : crèmes, sérums, shampoings, laits, lotions, fonds de teint fluides, BB creams, certains gloss, certains mascaras...

Si ces formules ne contenaient pas de conservateurs, elles se feraient vite contaminer (pensez au devenir d'aliments sans conservateur ajouté qui contiennent de l'eau et que vous laisseriez sur la table de votre cuisine - du pain ou des fruits, par exemple). 

Avant d'être mis sur le marché, les produits cosmétiques ont subi une batterie de tests, notamment le fameux "challenge test" qui consiste à inoculer dans la formule des bactéries / levures / moisissures (bon appétit) que l'on peut potentiellement y retrouver après la production ou pendant l'utilisation du produit, et à vérifier dans quelle mesure le système conservateur arrive à les faire disparaître, ou au moins empêcher leur prolifération. Si la formule ne passe pas le challenge test haut la main, son système conservateur est retravaillé.

Tant que le produit contenant de l'eau et des conservateurs efficaces n'est pas ouvert, il n'y a pas vraiment de risque de contamination bactérienne (sauf s'il a été stocké dans des conditions climatiques extrêmes, ce qui est quand même peu probable en France, Belgique, Québec, Suisse..., un peu plus probable dans les pays en voie de développement où la réglementation serait moins stricte et/ou moins respectée).

Une fois ouvert, peu de risques non plus, à condition de bien faire attention à avoir les mains propres lors de l'utilisation et à ne pas le stocker derrière la fenêtre de la salle de bain humide plein sud pendant 3 mois de canicule.

Niveau efficacité (anti-âge, hydratante, amincissante...), elle va peu à peu être réduite avec le temps, car la formule est "vivante", les ingrédients interagissent entre eux, certains actifs vont perdre en performance, mais en général, même 2 ou 3 ans après, voire plus, on garde une certaine efficacité.

Vous pouvez donc garder vos formules avec eau plus de temps que le fabricant ne l'indique (principe de précaution tout à fait normal de sa part - comme dans l'industrie alimentaire) (d'ailleurs moi je n’hésite pas à manger des yaourts 8-10 jours après la date de péremption et je sais que je ne risque rien, pas vous ?) (et même un jour, pour rigoler, j'ai mangé une portion de fromage frais oublié au fond du frigo du bureau et périmée depuis plusieurs mois, il était tout ratatiné, mais toujours bien emballé dans son emballage individuel, ce n'était pas hyper mauvais, et je n'ai eu aucun problème digestif)

Encore une fois, et ce sera le leitmotiv de la journée, fiez-vous à vos sens : si le produit semble conforme (texture homogène, odeur agréable, pas de picotement...), pas de problème, il risque juste d'être un peu moins efficace.

Les peaux sensibles feront un peu plus attention quand même. 

Et d'une manière générale, on fera plus attention pour les produits visage (notamment les contours des yeux) que les produits corps et cheveux.

Encore un exemple personnel : j'ai laissé dans les maisons de campagne de la famille que je visite une fois par an divers shampoings, après-shampoings, laits corps et huiles pour éviter de me les trimbaler à chaque fois. Certains ont été entamés il y a 3-4 ans, et ils n'ont pas bougé. Par contre j'amène systématiquement mes produits pour le visage.


Les cas particuliers à ne pas prendre à la légère !

NE ZAPPEZ PAS CE PARAGRAPHE.

Car il y a toujours des exceptions à la règle.

Ne dépassez pas la DLUO (date limite d'utilisation après ouverture) ou plutôt PAO (Période après Ouverture) comme on dit en cosmétique pour les produits avec protection solaire (SPF), d'autant plus si vous les avez laissés traîner sur la plage en contact avec les éléments (chaleur, sable, eau de mer, petites bêtes diverses), ou sur la plage arrière de la voiture en plein soleil. Les filtres solaires sont peu stables, au bout d'un moment (rapidement), votre protection 30 ne sera plus que du 12 et là, bonjour les méfaits des UVB et UVA (et je ne parle pas que des coups de soleil) !!! 

J'avoue qu'il m'arrive quand même de garder un produit solaire entamé d'une année sur l'autre mais je le stocke au frais, je vérifie qu'il n'a pas tourné et je pars du principe (arbitraire) dans ce cas-là que son SPF est divisé par 2.

Faites également attention avec les crèmes dépilatoires. Je ne suis pas très calée en la matière mais comme ce sont des produits hyper irritants et toxiques, on n'hésite pas à les jeter en cas de dépassement de la PAO.

Idem avec les crèmes dermatologiques (acné, psoriasis...), qui ne sont pas des cosmétiques mais des médicaments.

Attention aux produits pour le contour de l’œil, zone plus sensible. En général, les fabricants vous indiquent 3 à 6 mois de PAO, vous pouvez dépasser un peu selon ce que vos sens vous diront, mais pas trop non plus.

Et si vous avez la peau très sensible, ou des problèmes dermatologiques, respectez bien les PAO.


En résumé
(parce que je n'ai pas été très concise dans cet article ;))

  • On peut la plupart du temps dépasser sans aucun risque les PAO indiquées par les fabricants, qui sont toujours très prudents par principe de précaution (comme en alimentaire - on vit dans une société ultra-sécurisée).
  • On fait confiance à ses 5 sens : vue (aspect : la texture est-elle toujours homogène, le produit a-t-il épaissi, séché, la couleur a-t-elle changé...), odorat (le produit dégage-t-il une odeur bizarre), toucher (est-ce que ça pique, ça chauffe...), ouïe (est-ce que ça crépite - je plaisante ;)), goût (les produits lèvres ont-ils un goût rance...). Tant le le produit ne semble pas avoir évolué, on peut continuer à l'utiliser, et si on estime que le produit a bougé, on le jette.
  • Pour les produits sans eau (la plupart des poudres, huiles, savons, rouges à lèvres, crayons...) : vous pouvez les garder tant que vos sens ne vous indiquent pas de les jeter, 5 ans après ouverture si ça vous chante, voire plus. Youpi.
  • Pour les produits avec eau (crèmes, lotions, shampoings, masques, sérums, laits, fonds de teint fluide...) : vous pouvez les garder également plus longtemps que la PAO indiquée (qui est souvent de 12 à 18 mois), mais ils sont plus susceptibles d'évoluer ou de se faire contaminer, donc soyez un peu plus prudents. Le système conservateur reste efficace très longtemps, vous risquez de perdre un peu en efficacité, mais rien de bien méchant en général. Faites appel à vos 5 sens pour trancher.
  • On respecte par contre bien la PAO pour les produits avec protection solaire (SPF) et les crèmes dépilatoires. Et on fait attention à leurs conditions de stockage.
  • On fait aussi bien attention si on a la peau réactive, des problèmes dermatologiques, et pour les produits avec eau qui s'appliquent sur le contour des yeux.

A vous de jouer !


Rendez-vous sur Hellocoton !