lundi 29 juin 2009

DOUX ME : INTERVIEW 100% NATURE


Doux Me, c’est la première marque cosmétique à obtenir le label Bio en 2002. Doux Me, c’est du Bio, oui, mais du Bio glamour, poétique et féminin. Doux Me, ce sont des produits cultes chez les bobos et les jeunes actrices françaises. Doux Me, enfin, c’est une créatrice sans langue de bois, qui prône un monde plus naturel sans tomber dans « l’anxiogénisme » aigu. Interview sans fard de Caroline Wachsmuth.



 

D’où est venue l’envie de créer votre propre marque Bio, à une époque où la certification Ecocert n’existait même pas en cosmétique ?C’est un projet qui a mûri bien des années avant la création de Doux Me. J’étais à l’époque journaliste beauté et santé. J’ai eu le déclic lorsqu’on m’a proposé d’être Rédactrice en Chef Beauté chez Elle Afrique du Sud, à une période où beaucoup de marques se revendiquaient naturelles alors qu’elles ne l’étaient pas. Je me suis rendu compte à ce moment là que je n’étais plus très à l’aise pour écrire des articles sur des produits en lesquels je ne croyais pas.
J’ai alors commencé à apprendre, en autodidacte, l’art de l’aromathérapie et des massages. J’ai également commencé à créer mes propres mélanges d’huiles et de crèmes. Puis je suis partie me perfectionner chez Aveda aux Etats-Unis.
Le projet a vraiment germé lorsque, lors d’un cours que je donnais pendant un séminaire, j’ai demandé à mes élèves de détailler les listes d’ingrédients de marques positionnées naturelles, et que j’ai observé que seule 1 sur 20 l’était réellement.
Je me suis alors dit qu’il fallait que je me lance : mettre sur le marché un produit qui fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait, avec une traduction claire de la liste des ingrédients et un positionnement vraiment féminin.
Doux Me est née fin 2002.

Quel est votre secret pour que l’on parle autant de votre marque dans la presse et les dîners en ville ?Cette marque est tellement différente ! Elle porte un message un peu holistique, au-delà de simples produits de beauté, un véritable mode de vie. C’est une marque intime, très généreuse, féminine, avec une vraie âme et une vraie générosité.
C’est vrai que les gens en parlent, car elle a un bon capital sympathie. Un phénomène dû en partie à sa « naïveté », je pense : je ne suis ni médecin, ni cosmétologue, mais j'aime vraiment ce que je fais. Je suis une sorte d'artisane, je crois, avec des envies, des intuitions… J'ai envie de donner et je n'ai pas créé Doux Me pour faire du business.

Que pensez-vous du discours un peu anxiogène de certaines marques naturelles ?
Le 100 % naturel n’est pas forcément 100 % bien : on veut tout mettre dans des cases, mais non, ça ne marche pas comme ça !
On arrive à faire des choses extraordinaires en naturel mais des ingrédients issus de la synthèse peuvent également être très bien. Ce qui compte, c’est de faire les choses en bonne intelligence. Comme dans tout... C'est l'équilibre qui compte, ou plutôt tendre à l'équilibre.
La paranoïa qui règne autour des parabènes est terrible, car les gens finissent par ne penser qu'à ça. Parabène = je vais être malade !!! Et pour encore enfoncer le clou, de plus en plus de marques font de l'utilisation "sans parabène" un outil marketing... Quelle merveilleuse idée pour pousser encore davantage la paranoïa ! Certains produits n'ont peut-être pas de parabène, mais que contiennent-ils d'autres ??? Et les études qui les remettent en question n’ont pas répondu à tout : que mangeaient les sujets de ces études ? Où vivaient-elles ? Quelle était leur hygiène de vie ?...*

Comment pensez-vous que la cosmétique Bio va évoluer dans les années à venir ?Il y a déjà l’arrivée de ce nouveau label européen, COSMOS, qui est plus exigeant que les labels actuels** (mais malheureusement encore moins compréhensible !). La conséquence, c’est qu’il va y avoir beaucoup « d’écrémage » : les marques qui ont surfé sur la vague verte sans y croire suffisamment pour tout remettre en question vont s’arrêter. Et personnellement, ma crainte est dans la perception des consommateurs, qui commencent juste à comprendre les labels actuels et qui demain devront à nouveau décrypter COSMOS.
Il y a ensuite l’arrivée de grands groupes et de marques de distributeurs dans la cosmétique Bio. Quelque part, c’est bien pour l’avenir car ils ont des moyens de communication énormes et cela va permettre d’éduquer les consommateurs, d’élever les consciences. Mais cela signifie aussi la mort programmée des petites marques Bio. Il n’y aura pas assez de cultures Bio pour satisfaire tout le monde. Les ressources vont s’appauvrir, et qui croyez-vous que le fournisseur d’eau d’oranger Bio va privilégier : la petite marque et sa petite commande, ou le grand groupe ? Il faudrait un véritable changement politique pour qu’il y ait de plus en plus de cultures Bio sur la planète.

Quelles sont les actualités de Doux Me ?
Nous avons « rhabillé » la Brume Lactée Démaquillante. C’est une très belle formule 2 en 1, hypoallergénique, nettoyante et hydratante, qui n’était pas assez mise en valeur. Nous avons testé son pouvoir hydratant : 52% d'hydratation gagnée après 8 heures !

Quels sont vos propres secrets de beauté ?
Et bien, j'utilise mes produits et j'en fabrique un bon nombre moi-même. Des huiles que j’applique sur le corps par exemple. Sinon, j’utilise quotidiennement la Crème Caroline, des produits capillaires Melvita, un crayon Lakshmi, des soins Dr. Hauschka. Je fais beaucoup de yoga et je mange bio, pratiquement tout le temps. Mais je ne suis pas en crise si ce n'est pas possible !

Avez-vous un conseil à donner à vos consommatrices ?Qu’elles lisent bien les listes d’ingrédients, qu’elles ne se fient pas juste aux labels mais qu’elles sachent regarder un peu plus loin… Qu'elles se fassent plaisir aussi, c'est important !
Contact : caroline@douxme.com - http://www.douxme.com/

(EDIT : Caroline a revendu la marque en 2012)

* On n’en parle jamais mais il y a aussi des parabènes dans les produits alimentaires (E214 à E219) et certains médicaments et vaccins. Pour info, jusqu’à présent, les autorités françaises de santé (AFFSAPS) n’ont émis que des avis positifs au sujet des parabènes utilisés en cosmétique. Ceux-ci sont d’ailleurs 10 000 fois moins oestrogéniques que la pilule contraceptive, et il y en a même à l’état naturel dans certaines plantes...

** Issu de l’harmonisation des labels Bio du français Ecocert, de l’allemand BDIH, de l’anglais Soil Association, etc…

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 28 juin 2009

LA B.A. BEAUTE DE L’ETE : SURFEZ SOLIDAIRE !


Vous savez que je suis assez fan des opérations caritatives qui consistent à reverser une partie du chiffre d’affaire de la vente d’un produit cosmétique à une association*. Même si, bien sûr, ce n’est jamais totalement « gratuit » et qu’il y a toujours un intérêt marketing pour la marque à communiquer sur ce genre d’évènement. Et même si ce n’est parfois que très ponctuel. Il n’y a pas de mal à se faire du bien en faisant du bien autour de soi !

Aujourd’hui, je vais m’attarder sur un nouveau phénomène qui s’étend sur le Net : l’e-commerce solidaire. Soliland, Achats du Cœur ou Solidarshop : ce sont ces nouveaux espaces de vente en ligne, associés à des e-shops classiques comme Séphora, Marionnaud, Yves Rocher ou le Club des Créateurs de Beauté, qui reversent jusqu’à 15% du montant de vos achats à des ONG.

Sur ces sites solidaires, vous faites votre shopping beauté** sans que ça ne vous coûte plus cher que sur un site d’e-commerce classique. Vous continuez même à bénéficier des promotions que proposent les partenaires. Et une association de votre choix bénéficie d’une partie du montant de vos achats : Care, Reporters sans Frontières, WWF, Handicap International, Terre des Hommes, Enfance et partages…

Certains de ces sites ont même mis au point un logiciel qui, lorsque vous vous rendez sur un e-shop partenaire, le détecte automatiquement et effectue les reversements promis à l’association que vous avez choisie (logiciel à télécharger gratuitement, bien sûr).

Bref, ça ne vous coûte rien, vous n’avez rien à faire, et une partie de vos achats se transforme toute seule en dons. Tout est géré automatiquement : un véritable outil caritatif pour les pressés et les paresseux. Vous n’avez donc aucune excuse : allez vite ajouter ces sites solidaires à votre liste de favoris !

* Voir la rubrique B.A. de (Dé)maquillages
** Beauté, mais également hi-fi, alimentaire, mobilier, produits culturels...



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 24 juin 2009

LES RONDES ONT-ELLES UNE PLUS BELLE PEAU ?


Vous n’avez jamais remarqué que les filles qui s’habillent en XL ont souvent une peau superbe ? Lisse, hydratée, éclatante, rebondie… Bref : le genre de peau qui n’a pas l’air de souffrir des marques du temps. A 40 ans, ces filles en paraissent 10 de moins...

Là, vous vous dites que si j’aborde le sujet maintenant, c’est parce que j’ai peut-être trouvé une explication…
Eh bien oui ! Enfin, peut-être…

Car si on en croit une étude réalisée par des chercheurs californiens*, il y a un dénominateur commun entre le stockage des graisses et la bonne santé de la peau et des cheveux. Ce dénominateur commun, c’est une enzyme, la DGAT1. Les chercheurs ont mis en évidence sur des souris que, d’une part, celles qui étaient déficientes en DGAT1 sont plus menues que celles qui synthétisent normalement cette enzyme, et que d’autre part, ces mêmes souris avaient tendance à souffrir d’alopécie et à présenter certaines anormalités au niveau de la peau.

On ne peut pas encore en conclure que "surpoids = belle peau + beaux cheveux", mais d’après l’auteur de l’étude, Michelle Shih : "These findings may have implications for the treatment of human skin or hair disorders." [et je vous laisse traduire par vous-même, ça n’est pas bien compliqué, tout de même ! :)]

*Gladstone Institutes of Cardiovascular Disease

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 19 juin 2009

LA CHASSE AUX IDEES RECUES (épisode 2)



En avril dernier, je commençais la chasse aux idées reçues de la beauté (ici). L’idée étant de rétablir quelques vérités incontestables, et également de vous faire partager mon humble avis sur d’autres sujets un peu plus polémiques - ceux qui ne font pas l’unanimité parmi les spécialistes - en me basant sur ma graaaande expérience en la matière.

Vous l'avez réclamé : voici l’épisode n°2 !

Idée reçue n°5
Les cheveux peuvent devenir blancs en une seule nuit.

On raconte que les cheveux de Marie-Antoinette ont blanchi d’un seul coup la nuit précédant son exécution. D’où cette légende urbaine : un gros stress pourrait faire blanchir la chevelure en quelques heures.
Est-ce possible ?
Eh bien pas tout à fait. Car le cheveu ne pousse pas par son extrémité mais par sa racine, bien ancrée à l’intérieur du cuir chevelu. La tige du cheveu est biologiquement morte (eh oui - c'est pour cela que quand vous coupez les cheveux vous ne sentez rien, alors que quand vous arrachez votre cheveu avec son bulbe, ça fait mal !) et sa couleur ne varie plus (sauf en cas de (dé)coloration, exposition au chlore ou aux UV bien sûr)
Un cheveu poussant de 1 à 2 cm par mois, il faudrait donc attendre un certain temps pour que la chevelure blanchisse en totalité.
Cela dit, si l'apparition rapide de mèches blanches est très rare, elle est tout de même possible ! Un gros stress peut en effet provoquer une chute brutale de cheveux (= pelade), en général 2 à 3 mois après le choc émotionnel. Les cheveux pigmentés étant moins résistants que les cheveux blancs, il est donc envisageable qu’ils tombent préférentiellement, et que les cheveux blancs se retrouvent proportionnellement (et visuellement) plus nombreux.

Idée reçue n°6
Les gels douches « sans savon » sont plus doux que les savons.

Un nettoyant « sans savon » est un produit qui, comme son nom l’indique… ne contient pas de molécule de savon. Appelé aussi pain dermatologique ou syndet (pour synthetic detergent), il est à base de tensioactifs synthétiques (ex : sodium laureth sulfate ou cocamidopropyl betaine). Son pH est proche de celui de la peau.
Lors de la toilette, le savon dissout le film hydrolipidique naturel et fragilise donc l'équilibre cutané jusqu'à ce que, au bout de plusieurs heures, le film se reconstitue. Mais c’est également le cas avec les tensioactifs ! Les produits « sans savon » se sont installés sur la croyance en l'effet déshydratant du savon alors que les tensioactifs agissent de la même manière et que certains savons respectent tout autant l'épiderme.
Le seul inconvénient réel du savon est qu’il est basique (pH proche de 10). Il perturbe donc l'acidité de la peau dont le pH est proche de 5,5. Alors que l’on peut avoir des pH neutres avec des tensio-actifs…
Petite précision tout de même : les marques ont tellement intégré cette croyance populaire que si vous achetez un produit estampillé « sans savon », dites-vous qu’il a de toutes façons été formulé pour les épidermes sensibles...

Idée reçue n°7
Les petites taches blanches sur les ongles sont un signe de carence en calcium.

Quand j’étais petite et que j’avais des taches blanches sur les ongles, ma mère me disait que c’était parce que je manquais de calcium. Et en profitait pour me faire boire plus de lait (beurk). Je suis sûre que ça vous est arrivé aussi. Eh bien c’est totalement faux !
Il s’agit simplement de la conséquence de micro-chocs que l’ongle a subi pendant sa pousse. L’ongle est constitué de plusieurs couches de kératine, qui habituellement sont organisées de manière à donner un rendu transparent, mais lorsqu’elles reçoivent de petits chocs, elles se désorganisent un peu et deviennent opaques au niveau de l’impact. C'est tout !

Idée reçue n°8
Les séances d’UV en cabine préparent la peau à l'exposition au soleil.

Voilà une idée qui a la peau dure et qui mérite une petite explication scientifique ! Il faut d’abord faire la différence entre les UVB et les UVA.
¤ Les UVB, qui représentent à peine 2% des rayons UV en cabine, sont les principaux responsables du bronzage : 1000 fois plus puissants que les UVA, ce sont également eux qui nous donne nos coups de soleil. Ils stimulent la synthèse de mélanine, ce pigment qui fait brunir l’épiderme tout en lui apportant une protection solaire. Il faut attendre 2-3 jours après l'exposition au soleil avant que la mélanine soit bien répartie à la surface de la peau et que le bronzage se voit.
 ¤ Les UVA, quant à eux, ont la particularité de pénétrer plus profondément dans la peau et sont les principaux responsables du vieillissement cutané (rides, taches...). Ils ne stimulent pas la synthèse de mélanine (ou assez peu), ils ne font qu’oxyder la mélanine déjà présente dans la peau - celle qui fait que l'on n’est pas tous albinos et qu’il y a des teints +/- mats. Et ce, dès les premières heures après l’exposition ! C’est ce qu’on appelle le hâle du soir… mais il est éphémère, ne dure que 48 heures environ et ne protège ni ne prépare la peau à l'exposition solaire.
Les UV des cabines, qui sont à 98% des UVA, fonctionnent sur ce principe. En aucun cas ils ne préparent la peau en stimulant la synthèse de mélanine. Ils ne font que colorer la peau pour quelques jours.
Pour finir, sachez que les UV, naturels ou non, sont responsables de 80% du vieillissement prématuré de la peau, et, bien sûr, des mélanomes malins. A bon entendeur…


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 17 juin 2009

UN SOIN DIVIN D’1h30 A PRIX TOUT DOUX


Avis aux parisiennes avides d’éclat et de légèreté ! J’ai un super plan beauté pour vous. Une offre unique, un moment de pure détente, pour toutes les lectrices de (Dé)maquillages.

« Visage dans les Nuages et Jambes légères »

C’est le nom de ce soin. Toute une promesse ! Promesse qui sera tenue car je connais bien la jeune magicienne aux doigts de fée qui s’occupera de vous, et croyez-moi, elle fait l’unanimité, même auprès des plus fins connaisseurs en la matière.

En avant-goût des vacances, Amaryllis vous propose un soin d’1h30 de bonheur, avec au menu :

*** Un délicieux soin du visage : démaquillage rafraîchissant, gommage exotique, masque gourmand, modelage.
*** Un incroyable massage aux huiles précieuses des jambes et des pieds, pour repartir légère comme une bulle.

1h30 de pur plaisir, oui, un peu égoïste, mais vous le méritez bien !

Et la bonne nouvelle, c’est que grâce à (Dé)maquillages, vous allez bénéficier d’une offre privilège :

Jusqu’au 15 Juillet 2009, le soin vous est proposé à 70 € au lieu de 110€.

A condition de donner la formule magique lors de votre réservation.

Et cette formule, c’est…

« Abracadabra ! »

Vous vous en souviendrez ?

Alors contactez vite Amaryllis pour prendre RV dans son charmant appartement du Marais : contact@amaryllisj.com.

Vous m’en direz des nouvelles............
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 14 juin 2009

MAQUILLAGE & ILLUSIONS D'OPTIQUE : PARAITRE PLUS FEMININE

J’ai découvert un truc incroyable. Un truc du domaine de l’inconscient, que partagent tous les êtres humains. Un truc prouvé scientifiquement qui permet d’accroître sa féminité et son attractivité en quelques instants, grâce à une astuce maquillage, que l'on applique déjà souvent... mais sans savoir pourquoi.

Je ne vais pas vous donner ce truc tout de suite, il faut d’abord en comprendre le mécanisme.

Je vous propose donc de commencer par un petit jeu. Regardez bien les deux visages de la photo ci-dessous. On dirait des jumeaux. Qui est à votre avis la fille, et qui est le garçon ?


Vous avez envie de répondre : « La fille est à gauche », non ? Eh bien non ! Il s'agit en réalité de la même personne, et même de la même photo. La seule différence est une différence de contraste : plus le visage est contrasté, plus la personne semble féminine. 

Tout cela est très sérieux. Cette illusion d’optique, présentée par un professeur de psychologie de Harvard, Richard Russell, a gagné le 3ème prix de la Meilleure Illusion d'Optique 2009. 

Mais pourquoi notre cerveau associe t’il contraste et féminité ? 

- Selon l'anthropologue Peter Frost, la peau masculine serait en moyenne moins claire que la peau féminine, à cause d’une différence de taux d'hémoglobine (sang = rouge) et de mélanine (pigment du bronzage = brun).

- Selon Richard Russell, la principale différence de perception homme/femme résiderait en réalité dans le contraste entre le duo lèvres + yeux et la peau. Sur le visage de gauche, les lèvres et les yeux se détachent plus nettement du reste du visage. « Les gens se basent sur cette différence sexuelle, dans le contraste facial, pour décider du genre d'un visage et son degré de féminité ou masculinité. Manipuler le contraste facial a des effets opposés sur l'attractivité masculine et féminine. De façon intéressante, l'industrie cosmétique exagère cette différence sexuelle. » 

En conclusion, les filles : privilégiez le teint clair et n’hésitez pas à charger vos yeux ou vos lèvres. Et montez le contraste sur vos photos de vacances !!!


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 10 juin 2009

LES PROS DE LA COSMETO VOUS REVELENT LEURS ASTUCES BEAUTE

Comme vous le savez, mon métier m'amène à rencontrer plein d'acteurs de l’industrie cosmétique : formulateurs, parfumeurs, marketeurs, commerciaux, esthéticiennes, responsables de boutique...

Et parfois, au détour d’une conversation, ils m’apprennent une petite astuce beauté personnelle. En général, une truc super malin et super efficace. Il faut dire que les mieux placés pour parler cosméto sont bien ceux qui inventent, fabriquent, commercialisent et conseillent les produits de beauté, non ? Et comme ils sont troooop sympas, certains d’entre eux ont accepté de partager avec vous quelques-uns de leurs secrets.

Stéphanie & son gommage au marc de café :
"J’utilise le marc de café comme matière exfoliante : dans la baignoire, on se barbouille bien tout le corps (mouillé), visage compris. Après la percolation, les particules sont assez molles et de formes peu abrasives, donc ce geste reste relativement doux. En plus, c'est bon pour les canalisations ! Remarque : veiller à bien se rincer partout car de petits grains peuvent rester cachés dans un trou de nez ou le creux d'une oreille !"
[Stéphanie Machon, Pharmacien, Cosmetic Designer, Make it Bloom]

Oriane & ses 2 mascaras :
"Toujours avoir 2 mascaras : l'un qui va bien dessiner les cils et les séparer un à un… Et l'autre qui va les "charger" pour donner le volume nécessaire à des yeux de biche glamour !!!!"
[Oriane,représentante Nuskin]

Elisabeth & ses mains qui le valent bien :
"Quelque soit le produit de beauté que j'utilise (lait démaquillant, gommage, masque, crème), j'en fais toujours profiter mes mains. Je les démaquille, je les gomme, je les masque, je les masse après chaque utilisation de ces produits. Cela évite les éphélides [taches de rousseur, NDLR], fait de beaux ongles, et ça évite le gaspillage ! Et je fais la même chose pour les produits solaires, que j’applique sur les mains, les pieds et même les cheveux. J'ai comme cela la sensation de profiter encore plus de mes produits."
[Elisabeth Provasi, Responsable de la boutique Comptoir de l'Homme, 7 rue de Tournon, 75006 Paris]

Alexandra & son remède "ongles de tigresse" :
"Si mes ongles sont cassants, je mélange dans un bol le jus d'un citron avec un peu d'huile d'olive, je chauffe le tout 30 secondes au microondes, puis j'y trempe les doigts. Les ongles durcissent tout de suite !"
[Alexandra, Responsable Grands Comptes chez Hip - EDIT 2014 : chez Lavera]

Maud & sa crème apaisante popotin & visage :
"Le Mitosyl [crème pour les érythèmes des fesses de bébé, NDLR] est un bon moyen de calmer les petites irritations… du visage, également ! Même si ça sent un peu le poisson !!!"
[Maud Jouandeaud - Le Guillou, Responsable Unité Tests In-Vivo chez Silab]

Aurélie & son gommage comestible :
"Je fabrique mon gommage moi-même avec du sucre en poudre et de l'huile végétale : du jojoba, c'est le top, mais de l'huile d'olive ou de pépin de raison font très bien l'affaire. Avec éventuellement quelques gouttes d'huiles essentielles. Et j'en profite pour me faire aussi un gommage des mains. Ce n'est pas super agréable mais ensuite elles sont hyper douces et hydratées (bien rincer à l'eau chaude pour éliminer les restes d'huile)."
[Aurélie de Larminat, Responsable Recherche & Développement chez Polaar - EDIT 2015 : aujourd'hui plus dans la cosmétique]

Soum & son mascara tordu :
"J'avais vu dans une émission de relooking qu'on pouvait tordre légèrement la branche de son mascara pour mieux voir ses yeux lors de l'application. Du coup, je le fais tout le temps. Ne pas forcer pour ne pas l'abimer ! Mais c'est effectivement plus pratique pour voir et pour tenir la brosse. Astuce confirmée par une valeur sûre : une démonstratrice maquillage de Make Up Forever."
[Soumya, bloggeuse passionnée de mode & beauté : Trends&friends - EDIT 2013 : aujourd'hui créatrice de Noxidoxi]

Corinne & son baume cicatrisant :
"Je détourne le Gel Collagène Natif de GM. COLLIN de sa fonction pour éliminer toutes traces de cicatrices grâce à son fort pouvoir régénérant (acné & vergetures superficielles par exemple). Une petite astuce beauté à connaître, qui n'est pas inscrite sur le packaging ! Très économique, il peut être utilisé pour gommer les cicatrices sur les jambes avant qu'elles ne soient ancrées dans la peau, en tout cas être utilisé en prévention. Il peut aussi être appliqué après l'épilation des zones sensibles comme le maillot ou les aisselles, là où des poils sous la peau peuvent persister. J'adore ce produit, c'est ma potion magique pour les p'tits bobos !"
[Corinne Coulange, consultante en cosmétique, Beauty Executive]

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 6 juin 2009

DES ALTERNATIVES CHEAP & CHIC POUR SE LAVER LES CHEVEUX



Ce sont les dermatos qui le disent : on se lave trop les cheveux. Trop souvent et avec beaucoup trop de shampooing. Résultat : les glandes sébacées sont excitées, les cheveux regraissent plus vite, on les lave plus souvent… Mais, me direz-vous, il est hors de question de sortir avec le cheveu sale !

Pour les laisser respirer un peu, il existe quelques solutions. Des alternatives au shampooing chics mais chères, et surtout… des alternatives-maison astucieuses et tout à fait abordables.


1. LES CREMES LAVANTES

La Crème au Citron de Christophe Robin
Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur le shampooinage : Christophe Robin fait tout à l’envers !
A utiliser en traitement 1 fois sur 4 en remplacement du shampooing habituel, la crème s’applique sur cheveux secs. Laissez poser 5 à 20 minutes, ajoutez progressivement de d’eau pour faire mousser, rincez. En gros, on a l’impression de faire un masque capillaire avant le shampooing… Déroutant.
Et quelle surprise ! La mousse est super douce, on ne ressent même pas le besoin de faire un après-shampooing et les cheveux sont nickel chrome.
Voilà donc un très bon produit qui mérite amplement sa réputation. Mais à 28 € les 250 ml, je ne le réutiliserai que si on me l’offre !
+ d'infos ici.

La Crème aux Fleurs de Leonor Greyl

Même mode d’emploi, à quelque chose près. Un peu moins convaincante sensoriellement que la précédente, 22 € les 200 ml. + d'infos ici.

L’alternative cheap mais chic : l’après-shampooing !

L’idée de me laver les cheveux avec un après-shampooing à la place du shampooing m’est venue naturellement, car finalement, les crèmes lavantes y ressemblent étrangement*.
J’ai sélectionné une formule légère, pour cheveux gras, avec de l’argile bien absorbante : l’après-shampooing Douce Argile de Jacques Dessange. Et ça marche nickel ! Cheveux propres et soyeux. A faire de temps en temps en alternance avec un vrai shampooing.


2. LES SHAMPOOINGS SECS

Le Shampooing Sec Extra-Doux Spray de Klorane

C’est le pionnier, quasiment le seul shampooing sec à base de poudre absorbante que l’on peut trouver en France.
Mode d’emploi : on spraye la poudre sur le cuir chevelu, on attend quelques instants que le sébum ait été bien absorbé et on brosse énergiquement pour éliminer les résidus.
Bon, ça marche, mais il faut accepter d’avoir le cheveu gris et terne, genre perruque Louis XIV… Surtout que le produit est vraiment difficile à doser. 7,70 € les 50 ml.
+ d'infos ici.

Shampowder de Buttercream Cosmetics
J’ai la chance en ce moment de bosser à la Direction de l'Innovation d’un grand groupe, ce qui me permet de tester un certain nombre de merveilles cosmétique. Le Shampowder en fait partie. Je ne crois pas qu’il soit disponible en France, mais je tiens à en parler car c’est la version glamour du shampooing sec, avec un résultat beaucoup plus naturel.
Il se présente sous la forme d’un pinceau pour le teint avec poudre intégrée dans le manche, un peu comme le Terracotta Pearly Bruch de Guerlain. Ses plus : petit, pratique, sans gaz propulseur, le dosage est minutieux et les poudres sont colorées (blond, châtain/roux, brun). On applique la poudre sur les racines, et voilà !
Ca coûte 15,99 $ et apparemment, c’est possible d’en e-shopper de France, ici.

La solution alternative cheap mais chic : la poudre bronzante !

Le Shampowder ressemble tellement à de la Terracotta que j’ai essayé, sur mes cheveux châtains, d’appliquer avec un gros pinceau la poudre Terra Sun de Gemey Maybelline qui traînait dans ma trousse de beauté.
Résultat : NI-CKEL ! Je vous le conseille fortement. (10,65€ la Terra Sun + pinceau poudre Pupa 13,80€).

* J'ai depuis découvert que cette solution est à la base du mouvement « no poo » de Laurraine Massey, une tendance venue des US qui consiste à abandonner
totalement le shampooing et n’utiliser que de l’après-shampooing. A réserver aux cheveux crépus / très secs. Voir le principe en français ici.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 2 juin 2009

L’OREAL FETE SON PREMIER CENTENAIRE


[petit billet corporate tant que je le vaux bien]


Branle-bas de combat chez L’Oréal ! Le 4 juin, le leader mondial des cosmétiques fête ses 100 ans.

Toutes les divisions du groupe s’affairent depuis des mois pour faire de cet évènement un moment inoubliable. Inoubliable en tous cas en interne, car bizarrement, je n’ai pas l’impression que le grand public soit vraiment au courant…

L’histoire de L’Oréal n’est pas banale et la réussite du groupe n’est pas due au hasard. Je trouve la saga intéressante, alors sans entrer dans les détails que d'autres raconteront mieux que moi, voici un petit flashback chronologique pour mieux comprendre...

Tout a commencé en 1907, quand Eugène Schueller, jeune chimiste visionnaire, crée une teinture pour cheveux moins décapante que celles que l’on trouvait alors sur le marché. En 1909, son premier produit est lancé, sous la marque L'Auréale (l’auréole = une image très début XXème pour évoquer le halo de lumière des chevelures blondes).

Les succès s’enchaînent, d’abord dans l’univers capillaire, puis Schueller se diversifie et rachète Monsavon en 1928. Dans les années 30, L’Oréal révolutionne l’hygiène en lançant Dop, le premier shampooing « sans savon » destiné au grand public. Il faut savoir qu’à l’époque, on ne se lavait les cheveux que très rarement. Le génie marketing de Schueller a été de s’adresser aux enfants, pour que le shampooing deviennent une pratique réflexe dès le plus jeune âge. L’Oréal investit alors dans de la publicité à la radio, en affichage, en animations (concours de la plus belle mousse), ect, etc... bref, de la communication moderne, transversale. Et il crée même le magazine féminin Votre Beauté, pour s'adresser directement à ses clientes !

Eugène Schueller (ou ses équipes ?) met ensuite au point une huile filtrante contre les coups de soleil, Ambre Solaire. Coup de bol : elle est commercialisée en 1935, l'année précédant les premiers congés payés. D’où un énorme succès. Son parfum, quasiment inchangé depuis, n’évoque t’il pas l’odeur des vacances
à tous les français ?

En 1957, la nomination de François Dalle à la tête de L’Oréal amorce un véritable tournant
avec l’acquisition de plusieurs marques du monde de la beauté, qui permettent au groupe de devenir un acteur incontournable dans d'autres secteurs que le capillaire : le soin de la peau, le maquillage et le parfum.

A partir de 1988, le nouveau dirigeant, Lindsay Owen-Jones opère un tri dans le portefeuille de marques qu'il gère : il en cède quelques-unes, se concentre sur d’autres et internationalise le groupe.

(ça, c'est du résumé !...)

Résultat, L’Oréal est présent aujourd’hui dans tous les domaines de la distribution : grandes surfaces (Gemey, Garnier, Mixa, L’Oréal Paris, Ushuaia…), pharmacie (Vichy, La Roche Posay, Inneov, Sanoflore…), parfumerie (Lancôme, Helena Rubinstein, Yves Saint Laurent, Biotherm, Shu Uemura..), salons de coiffure (Kérastase, Matrix…), franchises (Kiehl’s, The Body Shop).

Jean-Paul Agon, nouveau PDG depuis 2 ans, a moins de chance que ses prédécesseurs. Il doit faire face à la crise, qui n’a pas tout à fait épargné le groupe car pour la 1ère fois depuis 24 ans, la progression du bénéfice de L’Oréal n’atteignait pas ses 2 chiffres habituels en 2008...

On ne s’inquiète pas pour autant pour le géant de la beauté, qui nous réserve, croyez-moi, de bien belles surprises pour les années à venir !



Et pour tout savoir sur les sagas des principales marques du groupe, rendez-vous sur ce site très pro-marques mais néanmoins intéressant : Prodimarques.



Rendez-vous sur Hellocoton !