mercredi 20 juin 2018

ZOOM SUR LA PEAU DES BEBES

S'il y a un sujet cosmétique que je maîtrise moyennement - en tous cas pas assez à mon goût et qui pourtant m'intéresse particulièrement en ce moment, c'est bien celui de la peau des nourrissons. J'ai un sujet d'étude âgé de 3 mois à la maison mais on ne peut pas tirer de conclusions d'un panel aussi restreint ! ;) 

Je reviendrai dans quelques temps sur les produits de soin et d'hygiène que j'utilise sur lui (en gros : le minimum), mais en attendant, voici déjà les réponses du Dr Philippe Deshayes, dermatologue consultant pour La Roche-Posay, à quelque-unes de mes questions. Et j'aurai d'autres infos à vous fournir plus tard, notamment sur le sujet spécifique des peaux mates à foncées et atopiques (une vraie galère pour les parents).
 
 Un nourrisson anonyme à l'ombre avec son ânon.

Quelles sont les particularités de la peau du nourrisson ?
La structure de la peau est dès la naissance celle de l’adulte même si toutes les cellules ne sont pas encore matures, aussi bien au niveau de l’épiderme que du derme. Très vite, avant la naissance, grâce au "vernix caseosa" fabriqué par les glandes sébacées, les échanges transcutanés intra-utérins se sont régulés et la fonction barrière de l’épiderme s’est mise en place. Parfois, le fonctionnement de ces glandes reste excessif, à l’origine des "croûtes de lait" sur le cuir chevelu. Les glandes sudorales ne sont en revanche pas encore actives pour réguler la température corporelle.
Cas particulier : il en va bien différemment de l’épiderme du prématuré qui n’arrivera à ce stade qu’après plusieurs semaines.

Que peut-on dire sur les peaux sèches, atopiques voire allergiques des bébés ? 
La fréquence des peaux sèches et atopiques est en forte augmentation et affecte surtout les enfants des pays industrialisés (entre 5 et 20% en Europe). Le rôle du style de vie et la pratique d’une hygiène excessive sont discutés. Dans 2 cas sur 3, on retrouve la notion d’un parent atteint d’atopie, d’asthme ou de rhinite allergique.

Quels produits de soin et d'hygiène privilégier sur ces peaux fragiles ?
Le rapport surface de la peau / poids est, chez le nourrisson, 3 fois celui du sujet adulte. Il est donc essentiel que les produits appliqués soient sans aucun risque pour la santé de bébé. Il est recommandé, en dehors de prescription médicale, de n’appliquer sur la peau de bébé que des produits cosmétiques spécifiés "nourrisson". Par ailleurs, certaines zones sont sous occlusion (couches) et on sait que cela favorise la pénétration de produits dans la peau. Là encore, n’utiliser que des produits spécialement formulés pour bébé. Attention aux désinfectants alcoolisés ! En cas de doute, il est préférable de se renseigner auprès de son pharmacien. 

Le liniment est-il vraiment le Graal pour prendre soin de la peau des bébés ?  
Le liniment oléo-calcaire n’a rien du Graal sinon l’ancienneté… Il a un rôle protecteur de la peau, par son effet occlusif, empêchant un contact humide sur la peau (couches, pli du cou) mais n’a pas d’action hydratante directe.

Comment gérer le soleil de l'été pour les bébés ? 
On sait que les coups de soleil de l’enfance favorisent le développement du mélanome chez l’adulte. Il est donc important de bien les protéger (vêtements, écran solaire). Même bien protégée, leur peau recevra toujours la dose suffisante d’UV pour stimuler la synthèse de vitamine D (15 minutes, 2 fois par semaine, sur le visage les bras et les jambe). Avant l’âge de 3 ans, pas d’exposition directe au soleil et prise de vitamine D, à titre préventif, par voie orale.

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 18 juin 2018

NOUVELLE GAMME MONOPRIX BEBE : TROOOOOP CHOUPIE

Monoprix revoit totalement son offre de produits de soin et d'hygiène pour le bébé : exit la marque Bout'Chou, bienvenue à Monoprix Bébé (je préférais le nom Bout'Chou personnellement, mais bon, je peux comprendre cette volonté de pousser le branding Monoprix - je note cependant que c'est "bébé" et pas "baby" = un bon point). 

Exit les packagings un peu (très ??) vieillots et pas bien homogènes...

(ceux-là)

Bienvenue aux super petits nouveaux, clairs, modernes et fonctionnels !! 



  





 




 

J'adore le choix assez original des animaux - notamment les marins - et les illustrations très épurées. 

Je ne vous ai pas mis tous les produits pour vous laisser un minimum de surprise (la gamme sort dans quelques semaines) mais il y a tellement d'animaux mignons qu'on a envie de tous les collectionner MÊME si on n'a  pas d'enfant.

Concernant les formules, il y a de tout : du conventionnel, du less is more (liniment) et du Bio.

Quelques (petits) prix à titre indicatif : shampooing 250 ml 1,99€, lingettes bio 2,29€ les 64, liniment oléo-calcaire 500 ml 7,39€, eau nettoyante 750 ml 4,49 €, crème hydratante 100 ml 2,99€.


Vous aimez ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 11 juin 2018

LA LISTE INCI POUR LES NULS #1 GENERALITES

Je profite d’un trajet Paris-Nord / Bruxelles Midi / Rotterdam / Amersfoort (ma vie est fantastique) pour entamer une petite série d’articles sur le décryptage des listes d’ingrédients cosmétiques. Pas de panique, je vais essayer de faire clair, concis et astucieux (!) pour vous aider à mieux les comprendre et éviter leurs nombreux pièges. 


Vous connaissez peut-être déjà les bases, car de nombreux blogs les ont déjà exposés, avec +/- de justesse ou d’exhaustivité. Reprenons-les ensemble. 

1/ Les noms des ingrédients sont indiqués en langage universel : INCI pour les cosmétiques vendus en Union Européenne, CTFA pour ceux vendus aux Etats-Unis, et en général un mélange des deux quand les produits sont vendus un peu partout dans le monde. C’est une règle obligatoire dans ces pays-là, tout le monde doit s’y soumettre, en toute transparence. 

En revanche, on n’indique pas les % (ce serait quand même le comble, tout le monde pourrait copier tout le monde !) et il y a une exception : on n’est pas obligé (et d’ailleurs on ne le fait jamais) de détailler la composition des parfums (par parfums, j’entends aussi les parfums des crèmes et maquillages), on écrit « parfum » en INCI et « fragrance » en CTFA. 

2/ Les ingrédients naturels ou d’origine végétale sont souvent en latin (pour la dénomination INCI) (c’est en fait leur classification botanique) et/ou en anglais (dénomination CTFA). En CTFA, on précise aussi la forme (huile, extrait, poudre,…) et la partie de la plante dont il est extrait (graine, fleur…) - le tout en américain, bien sûr. 

Exemple : Simmondsia chinensis, Jojoba seed oil, Simmondsia chinensis (jojoba) seed oil, 3 manières d’indiquer l’huile de jojoba. 

Mais quand ce sont des molécules précises extraites ou dérivées du naturel (pas un extrait « total » végétal comprenant de multiples molécules comme les huiles végétales, huiles essentielles et divers extraits de plantes), elles sont la plupart du temps indiquées sous leur nom chimique (chimique ne veut pas dire synthétique, ni d’ailleurs irritant ou toxique) ou un équivalent spécifique INCI / CTFA quand le nom chimique est trop compliqué, et parfois en anglais s’il s’agit d’une molécule « commune » (exemple : coco glucoside, hyaluronic acid, escin, bisabolol, sodium chloride, chitosan, kaolin...). 

Nous reviendrons sur les moyens de repérer les ingrédients naturels dans un article dédié. 
Test pour voir si vous avez bien suivi : quelle(s) dénomination(s) réglementairement correcte(s) parmi les 3 précédentes pour l’ingrédient huile de jojoba si j’achète mon produit cosmétique en Italie ?
3/ Les substances de synthèse sont indiquées par leur dénomination chimique ou un équivalent plus court lorsque ce sont des molécules à rallonge, en version anglaise (exemples : isononyl isononanoate, methylparabène pour 4-hydroxybenzoate de méthyle, citric acid, acetyl hexapeptide-1…).

Nous reviendrons aussi sur ce point, notamment pour voir comment déceler les silicones (il ne suffit pas de chasser les terminaisons en -one, il y a des « faux-amis) ou les molécules « plastiques ». 

4/ Les ingrédients sont classés par ordre décroissant jusqu’à 1% et sous 1%, les fabricants peuvent les inscrire dans l’ordre qu’ils souhaitent (personnellement, j’aime bien jouer avec cette exception à la règle mais tous ne le font pas). 

Nous y reviendrons plus tard également, avec des astuces simples pour évaluer les doses des ingrédients, puisque nombre d’entre vous aimeraient avoir une idée des concentrations en molécules polémiques (y a-t-il plutôt 30% ou 3% de silicones ?), en ingrédients d’origine naturelle et/ou en actifs (et d’ailleurs, est-ce forcément mieux d’avoir 30% d’actifs que 3% pour que le produit soit efficace ? il y a un piège mais vous le savez déjà si vous avez lu mon article sur les peptides). 

5/ Il y a beaucoup de faux-amis. Des ingrédients qui semblent hyper toxiques ou irritants alors que non (comprenant notamment les mots « acides » ou « alcohol »), des ingrédients avec la même dénomination INCI qui peuvent être à la fois d’origine naturelle ou synthétique (comment faire la différence ?), des ingrédients animaux qui cachent bien leur jeu, des ingrédients qui portent mal leur nom (par exemple « castor oil » ne signifie pas « huile de castor », vous le saviez, j’espère !)...

Je prévois également un article dédié sur le sujet, on va bien rigoler. 

Voilà pour le programme, j’espère qu’il vous plait, j’oublie peut-être des points qui me reviendront plus tard ou que vous me soufflerez en commentaire, j'espère n'avoir pas écrit de coquille car je fais tout cela de tête, et sur ce je vous laisse, j’arrive à Rotterdam !

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 8 juin 2018

QUOI DE NEUF CHEZ SEPHORA (AUTOMNE 2018) ?

Hop hop hop un petit post rapide pour vous dire que j'ai fait un petit résumé en images des nouveautés en avant-première ou exclusivité qui vont arriver chez Séphora entre aujourd'hui et les mois de septembre / octobre en Instastory et que je l'ai épinglé ici (le petit rond sous ma photo de profil), vous pouvez donc le voir et revoir à volonté ! Il y a aussi le réumé de la dernière journée presse Monoprix d'ailleurs.


Je vais avoir encore beaucoup de travail la semaine prochaine (ah oui je ne vous ai pas dit ici, mais mon congé maternité est terminé, je rebosse depuis lundi et les 15 premiers jours sont hyyyyper chargés 😓) donc je pense reposter par ici dans une dizaine de jours, il y a plein de choses dont j'aimerais vous parler, des nouveautés, des focus soins grossesse et bébés et des astuces simples pour vous aider à ne pas vous planter dans le décryptage d'une liste INCI, par exemple !

Profitez bien de ce joli mois de juin et à très vite !!
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 1 juin 2018

1968-2018 : DIPTYQUE A 50 ANS !

Il y a quelques mois, j'ai été conviée à une journée presse de la marque Diptyque, qui nous présentait ses nouvelles fragrances (la 36ème et la 37ème), directement inspirées de leur toute première née en 1968. 

1968. Oui, Diptyque a 50 ans. Je pensais qu'elle était plutôt née dans les années 80, moi - pas vous ?

 
La scénographie de cette journée presse m'a marquée : au milieu d'un mobilier esprit 60's, de pancartes à slogans "révolutionnaires", de reportages TV de l'ORTF, d'affiches d'un concert de Janis Joplin ou de la comédie musicale Hair..., l'Histoire de Diptyque : le 1er flacon, et tout le reste que j'ai oublié car tout cela a eu lieu il y a plus de 6 mois 😅. Ce que j'ai retenu, c'est que cette présentation était vraiment bien foutue, une vraie réussite. Et ça m'a donné une nouvelle vision de la marque, comme si jusque là je ne la voyais qu'en 2D.

J'ai notamment appris que les 3 co-créateurs étaient des artistes. Pas vraiment soixante-huitards pour le coup, peut-être un peu trop bourgeois pour cela. Mais de véritables révolutionnaires dans leur genre, qui ont créé d'abord une sorte de concept store avant l'heure (ou de cabinet de curiosités revisité), et inventé une nouvelle façon, très artistique, de créer des parfums.


Je vous copie-colle un joli texte de la genèse de Diptyque en pleine révolution que j'ai trouvé dans le dossier de presse :

"De la révolution...
À Paris, au début des années soixante : on roule en Dauphine ou en
DS19, neuf Français sur dix n’ont pas le téléphone ni un sur deux
de télévision ; le train met sept heures pour atteindre Marseille ; la
jeunesse rebelle est divisée en deux : d’un côté les rêveurs qui vont
jusqu’à Goa en stop, de l’autre les énervés qui seront bientôt en colère.
Toutefois dans le même temps, trois heureux artistes tiennent
commerce d’angle au 34 du boulevard Saint-Germain. Ils s’appellent
Desmond (Knox-Leet), Christiane (Gautrot), Yves (Coueslant), sont
peintre, architecte d’intérieur, décorateur de théâtre et fomentent
pareillement le grand renversement.

Dans ce bazar chic, concept store avant la lettre, qu’ils ont ouvert
au début de la décennie, on découvre des choses très désirables, très
introuvables. Lanternes magiques, jouets précieux, belles faïences et
jolis cahiers. Quelques produits home made aussi, tissus imprimés
et premières bougies (Aubépine, Thé, Cannelle, dès 1963) et, sous
l’influence de Desmond - sujet britannique -, des sent-bon anglais,
colognes au lilas, muguet, seringa, et diverses frictions exotiques type
bay rhum, ignorés au sud du Channel. Puisqu’elle a deux vitrines et
eux quelque vocabulaire, la boutique s’appelle diptyque.
Au printemps de 68, il y a donc pile 50 ans, deux événements agitèrent
le quartier. Le premier, connu de tous, comporta barricades, jets de
pavés et interdiction d’interdire. Il s’agissait de réinventer le monde.

L’autre, plus silencieux, fut la naissance d’une fragrance singulière,
tribulation d’épices et souvenance de pomander médiéval (roses
anciennes, cannelle, orange, clou de girofle) imaginée par Desmond,
désormais «nez » autoproclamé de la Maison, et laconiquement
baptisée L’Eau. Il s’agissait de réinventer un art.
Premier parfum de niche, premier parfum non assigné à un genre,
premier parfum d’auteur, L’Eau se distingue également par deux
canons qui vont devenir indissociables de la marque : les vocables
contenant une sonorité en O (Oponé, Tam Dao, Ofrésia, Eau des Sens,
Olène, etc...) et «l’accident olfactif», c’est-à-dire une note inattendue
(rapprochement, rupture ou point d’exclamation), l’inopiné que l’on
n’aurait pas senti venir... L’Eau, d’où tout découle."


Ce que ne précise pas cette petite présentation est que le premier parfum est né d'une performance artistique de Desmond Knox-Leet, qui a voulu mettre en odeurs, à l'aide d'un parfumeur, un tableau qu'il avait lui-même peint. 

Depuis, le processus de création des parfums Diptyque est resté sur la même lignée : faire appel à un illustrateur assez tôt dans le développement pour qu'il travaille main dans la main avec le Nez. Ainsi, fragrance et étiquette du flacon sont intimement liées.


En 2018, pour fêter dignement ses 50 balais, Diptyque sort 2 eaux de parfum inspirées de "L'Eau" de 1968 : "Tempo", ou comment moderniser la note patchouli très hippie, et "Fleur de Peau", un musc raffiné absolument pas banal, mon préféré.


De magnifiques illustrations accompagnent ces 2 fragrances : sur les étiquettes des flacons, mais aussi en reproduction XL que nous avons eu la chance de pouvoir ramener chez nous après la journée presse (elles sont vraiment très belles - reste plus à leur trouver une place... ou les offrir ?).


Vous connaissiez tout cet historique de Diptyque ?

Tempo, Eau de Parfum, 75 ml - 125 €
Fleur de Peau, Eau de Parfum, 75 ml - 125 €
https://www.diptyqueparis.fr/

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 28 mai 2018

SERIAL TESTERS #15 (BARNANGEN, NIVEA, DARPHIN, ANTIPODES, SANOFLORE, BIOTHERM)

Et si on se refaisait un petit "Serial Testers" ? Ça faisait longtemps, le dernier date de... juillet dernier. Oui, j'ai été un peu occupée ces derniers temps. Le principe, pour info ou mémoire, c’est de donner la parole à d'autres testeurs que moi (mais il y a quand même du moi dedans), car on est tous différents et que c'est toujours intéressant d'avoir d'autres avis que le mien.

 AQUASOURCE EVERPLUMP NIGHT 
BIOTHERM
★★★✩✩
Sophie (c'est moi) (âge confidentiel) (comment ça, je vous l'ai déjà donné ?) :
"Le petit détail qui m'a plu dans cette formule est la présence d'un extrait d'algue qui ne s'active qu'à l'obscurité. Donc Biotherm l'a intégré dans un masque de nuit. CQFD. A part ça, la texture est une sorte de gelée bleu nuit (forcément, la cohérence marketing, toussa) translucide et presque solide, et comme toutes les textures "à mémoire de forme", assez difficile à prélever (ça se casse en petits morceaux qui n'adhèrent pas bien aux doigts). Je ne suis pas vraiment fan de ce genre de textures. Je l'aurais souhaitée plus fluide, plus désaltérante. Le produit hydrate pas mal mais ne nourrit pas donc ce n'est pas suffisant pour moi. Avis mitigé, donc."
En sélectif, 52€

 BROSSE NETTOYANTE VISAGE PURE SKIN 
NIVEA
★★★★✩
Louis, 35 ans :
"Sincèrement je ne pensais pas du tout tester ce genre de chose dans ma vie. Mais pour être tout à fait honnête, il y a toujours eu au fond de moi une petite envie de « coquetterie » que l’on accorde peu aux hommes dans le monde de la cosmétique (même si les choses commencent à changer doucement). Alors quand j’ai vu que ma femme avait en sa possession la brosse Nivea Pure Skin avec plusieurs brosses, je n’ai pas résisté longtemps… Je n’ai jamais vraiment fait de soins du visage du coup je suis vraiment surpris par le résultat, ma peau est plus douce et plus propre et surtout petit à petit j’ai beaucoup moins de points noirs. J’ai pu tester différentes brosses et la plus dure, la verte, m’a vraiment  irrité la peau, du coup je suis passé à la rose, plus douce, et là plus aucun problème. Je l’utilise une fois toutes les deux semaines environ depuis 3 mois et franchement c’est facile et rapide d’utilisation et je suis vraiment content des résultats. Au début j’avais un peu peur de cet objet avec son look cireuse à chaussure mais aujourd’hui je suis vraiment conquis !"
Chez Boulanger, Amazon et en grande surface, 69,99€


 LUMIÈRE ESSENTIELLE SÉRUM HUILE ILLUMINATEUR 
DARPHIN
★★★★✩
Sophie (toujours moi) :
"C'est un sérum formulé avec la technologie d'encapsulation Capsum, dont je vous avais parlé ici. Objectif : hydrater et illuminer les teints fatigués (les nôtres, quoi). Objectif atteint : l'épiderme est désaltéré, repulpé, plus lumineux. La texture est agréable. Le parfum aussi. Le produit joli. RAS de plus."
En parapharmacie, 59€


 HOSANNA H20 SKIN PLUMPING SERUM 
ANTIPODES 
★★★★
Aline :
"Mon nouveau Graal de l'hydratation. Il fait des miracles sur les peaux à plat qui ont besoin d'être regonflées et de retrouver de l'élasticité. 4 gouttes suffisent, il pénètre extrêmement rapidement et a une petite odeur végétale fraîche très agréable. Le flacon est original comme tous les packaging d'Antidotes. Une super découverte !"
Chez Oh My Cream, Feelunique, Mademoiselle Bio, BirchBox... 40€


 DOUCHE CRÈME NOURRISSANTE 
BARNÄNGEN
★★★★✩
Sophie (encore moi) :
"Vous ne connaissez pas cette marque ? C'est normal. Elle est assez ancienne et très connue en Suède et vient juste de débarquer chez Monoprix. Ce sont des produits de soin & hygiène assez basiques (lait corps, gels-douche...), enrichis en "cold cream" (ils viennent du Grand Nord, le contraire nous aurait étonné), et celui-ci contient également de l’extrait de mûre des marais. Il est très onctueux, riche ,très agréable sur la peau qu'il ne déssèche pas, il sent bon le Lagom (si tu ne sais pas ce que c'est, demande à un moteur de recherche, c'est tendance), et contenu dans un format XXL de 400 ml. Seul bémol : il est trop épais pour passer le réducteur de la capsule et c'est très énervant de compresser fort le flacon le matin quand on a encore la tête dans le... lit."
En exclusivité chez Monoprix, 5,19€


 MASQUE DE NUIT MERVEILLEUX 
SANOFLORE
★★★★✩
Aline :
"Un baume-masque qui purifie et regonfle la peau. A utiliser en masque ou en crème de nuit. Au réveil, le teint est lumineux, la peau regonflée. Les huiles essentielles d'agrumes présentes dans la composition diffusent une odeur apaisante parfaites pour l'utilisation nocturne. Sa texture est épaisse mais pas lourde. Adopté en moins de deux !"
En parapharmacie, 20€

 AQUA ROSA  
SANOFLORE
★★★✩✩
Aline (oui, elle a bien travaillé pour vous) :
"Un gros hit de ces derniers mois. Je l'utilise le matin et j'ai l'impression que ma peau la boit littéralement. Elle assouplit la peau immédiatement. La texture entre lotion et gelée est très douce. Le seul petit bémol est l'odeur qui rappelle moins celle de la rose que celle de la pêche je trouve. Peut-être un peu trop sucrée."
En parapharmacie, 20€

Avez-vous essayé certains de ces produits ? On attend vos avis en commentaire !

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 25 mai 2018

COMMENT JE ME SUIS DÉBARRASSÉE DE MON ECZÉMA ! 💪

Il y a quelques mois, je vous parlais de cet eczéma (ou psoriasis ?) apparu subitement en milieu de grossesse et début d'hiver alors que je n'en avais jamais eu auparavant.

Je me trouvais alors fort dépourvue devant cette nouvelle situation cutanée, ayant pensé qu'elle n'était que temporaire et allait disparaître en quelques jours. 

Que nenni.

J'ai alors un tâtonné pour traiter cet eczéma, essayé plusieurs solutions, et vous ai raconté cette aventure ici

J'avais été surprise par la quantité de commentaires / témoignages, preuve que ce problématique concerne nombre d’entre vous, c'est pourquoi j'ai décidé d'en écrire la suite et la fin, en espérant pouvoir aider certains à oublier leur eczéma (et je vous invite à lire les retours d'expérience de lecteurs suite à l’article précédent, il y en a pas mal !).

Donc.

Tout d'abord, vous aviez raison : la fin de grossesse a sonné le glas de l'eczéma !!!

Plus précisément, il avait encore réduit après la publication de l'article précédent (comme quoi ma routine de soin fonctionnait), migré des paupières au contour du nez (???), s'était enrichi en passant d'une sorte d'acné sur le menton - côté droit uniquement (???), puis juste après avoir mis au Monde sa 8ème merveille, je n'en avais plus qu'un petit peu autour du nez. Parallèlement, ma peau qui n'avait jamais été aussi sèche et me donnait 10 ans de plus (et probablement est-ce lié à l'eczéma) s'est réhydratée et adoucie progressivement.

Aujourd'hui j'ai une très jolie peau, plus belle que juste avant la grossesse, même.

Même si vous n'êtes pas directement concerné par l'eczéma de grossesse, je vais quand même vous lister les produits qui ont contribué chez moi à améliorer l'état de ma peau car les principes de traitement restent les mêmes.


1. Sur conseils et prescription de mon médecin, j'avais fait une cure de pommade Locapred 0.1% du laboratoire Pierre Fabre, qu'il m'avait dit d'appliquer 7 jours maximum car elle contient des corticoïdes. Ça avait fonctionné mais pas suffisamment, j'ai donc un peu repris sans l'avis du médecin (don't do this) (je l'ai fait parce que c'étaient de toutes petites zones et je n'ai pas excédé 1 semaine à nouveau - et ça a bien marché) (mais don't do this quand même).

2. Lors de l'écriture du dernier article, quand la crise commençai à s'atténuer, j'étais passée sur du 100% cosmétiques pour peaux atopiques. Vous en trouvez chez certaines marques vendues en pharmacie comme La Roche Posay, Avène, Bioderma, Uridage, Saint Gervais Mont Blanc, Ducray... J'ajoutais quand même une huile végétale juste avant la crème car ces produits sont presque 100% synthétiques (tolérance oblige) (car oui, c'est dans le synthétique - ou le "chimique" si vous voulez - que l'on trouve les substances les mieux tolérées par la peau comme les huiles minérales) et moi, c'est psychologique, j'ai besoin d'un minimum de naturel, notamment d'acides gras que l'on trouve dans n'importe quelle huile végétale et qui font beaucoup de bien aux peaux sèches et atopiques.
 👉 Niveau soins visage, j'ai beaucoup utilisé les produits Saint Gervais Mont Blanc : Lait Démaquillant Thermal, Soin Emollient Relipidant et Masque Réhydratation Thermale, et pour les crises, Atoderm Intensive Baume de Bioderma. Ainsi que le pshitt d'Eau Thermale Reminéralisante Vichy. Et l'Huile Visage Cranberry Bio & Argan Bio de Lavera.
J'ai aussi pris des compléments alimentaires omégas 3 (Vitarmonyl en grande surface et Arkopharma en pharmacie), aux vertus anti-inflammatoires - et en plus ils sont essentiels au bon développement du cerveau du foetus et nouveau-né, donc bim, coup double.
Pour le maquillage, le Fond de Teint Correcteur Fluide et la Poudre Mosaïque Lumière de Couvrance, et la poudre pressée Covermatte de Dermablend pour tenter de masquer le pire.

3. Puis progressivement, au fur et à mesure de l'amélioration de ma peau, j'ai commencé à réintroduire des cosmétiques plus conventionnels mais triés sur le volet, à la composition plutôt courte et douce, par exemple du bio sans huile essentielle (ou peut-être vaguement dans le parfum mais pas à dose potentiellement irritante).
👉 J'ai appliqué l'Eau Micellaire Démaquillante de Jowae,  l'huile-sérum Nuit des Reines (que je mettais aussi le matin) de Sanoflore, le booster Resist 10% Niacinamide de Paula's Choice qui a un effet anti-âge global et apaisant (avec notamment un bénéfice anti-taches intéressant quand on est enceinte), la Crème de Nuit Revitalisante Ren bien dense que j'appliquais le jour (oui je suis une rebelle), la Re-Energizing Sleeping Cream de Lavera, la BB Crème Nude de Erborian.

4. .... Jusqu'à ce que ma peau retrouve son état normal, et là je me suis fait plaisir avec l'une des dernières crèmes Clarins, Extra Firming Jour, dont j'adore la sensorialité ou le fond de teint Synchro Skin Teint de Shiseido, qui était bien trop matifiant (donc desséchant) en pic de crise mais parfait aujourd'hui.

Voilà.

En résumé, quand on a de l'eczéma qui dure un peu, on va d'abord voir son médecin pour traiter sa peau avec un vrai médicament si c'est nécessaire, on passe parallèlement sur une routine +/- 100% "dermocosmétique" pour peaux atopiques (formules courtes, pas d'ingrédients "superflus" comme le parfum) en ajoutant quand même une petite huile végétale comme sérum (même simplement de l'huile d'olive ou de l'Isio 4 comme j'aime à le répéter ici), et quand la peau va mieux, on ajoute progressivement, un par un, des cosmétiques plus classiques, en ne réintégrant les très "complexes" (cf. longueur de la liste INCI) ou aux actifs potentiellement irritants (huiles essentielles, rétinol, AHA/BHA...) qu'à la toute fin.

Et vous, vous en êtes où niveau eczéma ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 19 mai 2018

#BREAKINGNEWS : IT COSMETICS ARRIVE CHEZ NOCIBE !

Ce qui est cool quand tu traînes dans des espaces beauté avec des passionnées de cosmétiques, c'est que tu apprends plein de choses que tu ne savais pas.

Hier, nous étions avec quelques blogueuses chez Selfridges à Londres dans le cadre d'un voyage blogs avec la marque Paula's Choice, et Hélène de Mon Blog de Fille s'est ruée sur le stand It Cosmetics et m'a précisé qu'ils débarquaient dans quelques semaines chez Nocibé. 


Elle m'a aussi dit que leur bestseller était leur CC Cream, et quand j'en ai parlé en story sur Instagram, vous avez été une douzaine à me confirmer que ce produit était topissime (j'hallucine parfois sur les connaissances de certaines d'entre vous, sincèrement, moi, It Cosmetics je ne connaissais que de nom !).


Du coup je voulais absolument l'acheter mais en regardant la composition de près (pour voir notamment la place des silicones - ça ne me dérange pas dans ce genre de produits, il y a toujours des silicones dans une BB crème, mais juste pour info), j'ai lu ceci en 2ème position : 

"SNAIL SECRETION FILTRATE"
(filtrat de bave d’escargot)

(...)
Ça m'a un peu coupé l'envie de l'appliquer, je vous l'avoue.
 
Et sinon je note et apprécie que Jamie Kern Mina, la créatrice de la marque, ose s'afficher sans makeup, tous boutons d'acné et/ou rosacée dehors, pour faire la promo de ses produits. Même si la photo après est ultra-photoshopée, ne nous voilons pas la face.


A découvrir en juillet chez Nocibé, donc !

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 15 mai 2018

LES PEPTIDES EN COSMETIQUE : C'EST QUOI, AU JUSTE ?

Je rebondis sur une story que j'ai publiée il y a peu sur Instagram dans un "Quoi de neuf en beauté ?" où je vous présentais succinctement le nouveau Peptide Booster de Paula's Choice qui contient, comme son nom l'indique, pas moins de 8 peptides.


On entend souvent parler de peptides comme actifs cosmétique ultra-pointus et efficaces. 

C'est vrai ou c'est juste ce qu'on essaye de nous faire croire ?

Eh bien OUI c'est vrai. Mais vraiment. Et parfois très très efficace.

Vous savez (ou pas, mais vous êtes alors sur le point de le savoir) que je développe moi-même des produits cosmétiques pour certains de mes clients, et que je suis en contact régulier avec des fournisseurs d'ingrédients depuis mes premiers stages, c'est à dire depuis... 20 ans maintenant (je n'arrive pas à y croire moi-même).

J'ai ainsi accès à des informations que vous n'avez probablement pas, que vos copines n'ont pas, que les journalistes et influenceuses n'ont probablement pas : les résultats des tests menés par les laboratoires qui développent ces actifs, SANS FILTRE, NI PHOTOSHOP. Et j'ai aussi accès aux résultats des test in-vitro, ex-vivo, cliniques et de satisfaction de certains de mes clients, SANS FILTRE, NI PHOTOSHOP là non plus. Des résultats chiffrés modérés statistiquement, et des photos avant / après brutes de décoffrage.

Juste pour le fun, voici un exemple de photos non retouchées issues d'une étude indépendante sur un produit Talika que j'avais eu l'autorisation de publier à l'occasion d'un précédents article sur l'efficacité des crèmes minceur :


Forte de toutes ces informations, je peux vous assurer que les peptides sont la plupart du temps - et peut-être même systématiquement - diablement efficaces

Et à toute petite dose ! Je pense à un peptide très employé au début des années 2000 tellement il était fortiche sur les rides, qu'on mettait à 0,005% seulement. Non, je n'ai pas fait de coquille : 0,005% et les rides étaient lissées en 1 mois top chrono ! J'avais développé une formule avec cet actif et l'étude clinique avait montré qu'on perdait 32% de rides en 1 mois, c'est vous dire. Le produit n'existe plus, inutile de me demander lequel c'est. ;)

En fait, quand je cherche la meilleure efficacité pour un produit en développement et que je "benchmarke" les actifs du marché, y compris les tout nouveaux, les peptides sont toujours en nombre parmi les plus performants. Et j'en mets donc pas mal dans mes formules.

Attention, ça ne veut pas dire que certains extraits végétaux, ou vitamines (A = rétinol, B3 = niacinamide, et C notamment), ou acides de fruits AHA / BHA ou autres molécules "skin identiques" comme l'acide hyaluronique ou l'adénosine ne sont pas efficaces ! Mais là on parle peptides et les peptides c'est TOUJOURS efficace.

Sauf si la formule n'en contient que 0,0001%. Car s'ils sont performants, ils sont quand même très chers et il n'est pas impossible que certains opportunistes n'en mettent vraiment qu'une larmichette histoire de.

J'en profite pour faire une parenthèse pour celles et ceux qui essayent d'analyser les listes INCI pour faire leurs choix de produits de soin : si les ingrédients sont effectivement classés par ordre décroissant (sauf après 1% où on peut faire ce que veut), ce n'est pas parce que votre peptide ou votre acide hyaluronique est en fin de liste qu'il est à "dose marketing". Comme je l'évoquais plus haut, ils sont certes à très faibles doses mais ce sont les doses nécessaires et suffisantes  pour ce genre de molécules : plus ne servirait au mieux à rien, au pire nuirait à leur efficacité ou à celle de la formule voire, dans certains cas, leur donnerait peut-être des propriétés plus négatives que positives - irritations, interactions avec d'autres ingrédients provoquant des instabilités, etc...


Maintenant que vous êtes convaincus de l'efficacité même à tout petit pourcentage des peptides, il faut quand même que je vous explique ou rappelle ce que c'est, structurellement, biologiquement et fonctionnellement parlant. Je vais essayer d'être assez claire sans trop entrer dans le détail pour ne pas vous compliquer la vie et si vous avez des questions, les commentaires sont là pour ça mais je ne vous garantie pas que je saurai répondre à toutes, car c'est quand même pointu.

Tout d'abord, rappelons ce qu'est un acide aminé.

Il y a 21 acides aminés, dont certains que l'organisme ne sait pas synthétiser et qu'il faut apporter par la nourriture (les acides aminés "essentiels"). Ils sont indispensables à la vie, et vous connaissez peut-être certains de leurs noms (glutamine, aspartate, cystéine, sérine...). Schématiquement, ce sont de toutes petites molécules qui servent de "briques" de base à tout un tas de molécules plus grosses.

 

Les peptides sont des petites séquences de 2 à quelques dizaines d'acides aminés. Plus d'acides aminés, ça donne une protéine - ou lipoprotéine, glycoprotéine..., comme le collagène, l'élastine ou les enzymes. Une protéine est donc un énorme peptide, et un peptide une toute petite protéine, si vous voulez. Constitués tous deux de combinaisons des 21 acides aminés. Vous suivez, c'est bien.

 (je mets des images de molécules comme ça on aura tous l’impression d'être cultivés)

Les peptides servent à tout un tas de réactions biologiques dans la cellule, notamment comme messagers cellulaires ou activateurs de la synthèse de certaines molécules spécifiques. Et c'est là qu'ils nous intéressent dans notre objectif beauté.

On peut par exemple trouver des neuropeptides comme la Calmosensine du fournisseur d'ingrédients Serderma ("Acetyl Dipeptide-1 Cetyl Ester" en dénomination INCI), capable de stimuler la synthèse d'endorphines, ces hormones ultra-relaxantes que l'on secrète naturellement après le sport ou l'amour et qui en cosmétique vont apaiser les peaux réactives, l'Argireline de Lipotec ("acetyl hexapeptide-3"), aux effets "Botox-like", qui est (réellement) capable d'inhiber le passage de l'influx nerveux de contraction des rides au niveau de la jonction neuromusculaire, ou encore le Sin-Ake de Mibelle / DSM ("Dipeptide Diaminobutyroyl Benzylamide Diacetate"), cette fameuse copie synthétique d'un peptide de venin de serpent qui lui aussi "fige" les rides. Ces peptides ne sont pas les plus jeunes mais toujours d'actualité car très efficaces.

La plupart des peptides à visée cosmétique ont une fonction anti-âge (en général ils agissent sur la synthèse de molécules comme le collagène ou l'acide hyaluronique pour raffermir la peau et lisser les rides), mais on en trouve aussi des apaisants, anti-taches, hydratants, activateurs de mélanine...

Ces peptides sont mis au point par des laboratoires indépendants (très très rarement par les labos R&d des marques elles-même, d'ailleurs aucun ne me vient en tête) et les marques les achètent. Parfois les renomment pour que l'on ait l'impression que le peptide leur appartient, voire y ajoute même un ® pour donner l'impression qu'il est breveté, mais mais que nenni et je vous invite à relire cet article à ce sujet. Je précise que c'est bien sûr tout à fait légal et moi-même j'incite mes clients à le faire, c'est ce qu'on appelle le marketing ;). Donc on peut trouver le même peptide (ou le même ingrédient d'une manière générale) sous différents noms chez différentes marques (par contre son nom INCI sera identique, bien sûr) (amusez-vous à  les pister si vous voulez) (je vous ai encore révélé des secrets de fabrication, oups).

Et comment les peptides fonctionnent-ils au niveau cellulaire ? Schématiquement, ce sont des sortes de "clés" qui vont déclencher une réaction unique et précise en s'imbriquant parfaitement dans la "serrure" provocant cette réaction quelque part sur l'ADN. Synthétiser plus de collagène, par exemple. C'est notamment cette précision qui fait qu'on n'a pas besoin de beaucoup de peptides pour qu'ils soient efficaces.

Et quid de leur origine ? Comment sont-ils synthétisés ? Sont-ils tous safe pour la peau ? C'est vrai que lorsque l'on regarde leurs noms INCI, on peut prendre peur. Par exemple, les 8 peptides du sérum dont je parlais plus haut sont dénommés ainsi :
  • Tripeptide-1
  • Palmitoyl Tripeptide-1
  • Palmitoyl Tetrapeptide-7
  • Palmitoyl Hexapeptide-12 
  • Myristoyl Hexapeptide-16
  • Myristoyl Pentapeptide-17
  • Hexanoyl Dipeptide-3 Norleucine Acetate
  • Azelaoyl Bis-Dipeptide-10

Ça ne donne pas très envie de se les appliquer sur la peau !

Mais ne vous inquiétez pas, ils sont tous très bien tolérés par l'épiderme, d'autant plus, comme je le disais plus haut, qu'on en met en microdose.

Les peptides à visée cosmétique sont synthétisés soit par voie biotechnologique 100% naturelle (un microorganisme comme une levure va en fabriquer à partir de protéines végétales qu'on lui donnera à manger), soit par voie un peu plus chimique mais il me semble que ce n'est jamais de la chimie "lourde", toxique et polluante, ça reste toujours light. Et puis encore une fois,de toutes façons, à ces doses...

Voilà voilà pour le petit éclairage sur les peptides en cosmétique. J'espère que ça vous a plu. A très vite sur les Internets !

👉 mes stories 
sur Instagram,
c'est par ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 12 mai 2018

DO IT YOURSELF : UN BAIN MICELLAIRE

Ce n'est jamais simple de laver un nourrisson. Les parents sont toujours un peu paniqués : il ne tient pas assis tout seul et ne sait même pas encore tenir sa tête, alors comment le maintient-on, comment peut-on le savonner sans risquer de le lâcher voire le noyer, comment le rincer... ?

En général, si j'ai bien compris, papamaman (ou papapapa ou mamanmaman ou mamantoutcourt ou papatoutcourt ou mamiepapi ou...) le savonnent avant le bain, en humidifiant leur main ou un gant de toilette et en y ajoutant un peu de nettoyant, puis le "rincent" dans l'eau du bain.


Ce n'est pas du tout ce que je fais. 

Je lui donne des bains micellaires. Je le trempe dans une eau micellaire format XXL, oui.

Je me suis inspirée de la méthode de la marque Zawadi, et plus précisément de l'Eau de Bain Douceur. Méthode qui est d'ailleurs aussi celle de la maternité des Bluets où mon enfant et moi-même quelques années auparavant sommes nés.

Le principe est simple : une eau micellaire est simplement une sorte de gel-douche ultra-dilué, dans lequel les tensioactifs (les agents moussants détergents) se réunissent en petites structures nommées micelles. Les tensioactifs sont en fait des molécules constituées d'une extrémité lipophile (qui aime le gras et attrape ainsi les résidus gras type sébum, huiles et cires des fonds de teint, rouges à lèvres ou mascaras...) et l'autre hydrophile (qui aime l'eau et attrape les impuretés solubles dans l'eau mais aussi se dissout dans l'eau en emportant avec elle les impuretés grasses qu'elle a captées à l'autre extrémité). Comme le gras et  l'eau ne sont pas miscibles, quand on met des tensioactifs dans l'eau, ils se regroupent spontanément en petites billes, queues hydrophobes au centre, têtes hydrophiles côté eau.

 (micelle Wikipedia)

La recette du "bain micellaire" est donc facile : on verse une toute petite noisette (une noisettouillette) de nettoyant (en général, ce sont des 2 en 1 gel-douche + shampooing pour ces âges-là) dans la baignoire, puis on ajoute l'eau qui va faire légèrement mousser le produit (très légèrement, comme quand on secoue un flacon d'eau micellaire, c'est à dire une mousse peu dense qui ne tient pas - le but n'étant pas de faire un bain moussant même si sur le principe c'est la même chose en moins concentré), on trempe le bébé, on frotte doucement les parties à nettoyer, inutile de rincer, on sort le bébé, ET VOILA !!! (comme disent les américains qui veulent imiter les français)

Pour avoir une idée de l'intensité de mousse tolérée, ceci est le maximum :


Si vous pensez que Bébé ne sera pas assez rincé, dites-vous qu'avec la méthode classique "je savonne avant et je rince dans le bain", il y aura plus de tensioactifs dans l'eau du bain puisque vous en aurez mis plus qu'une noisettouillonnette au moment du savonnage. Au moins une bonne noisette. Non ?

Je pratique cette méthode depuis la naissance de Loup il y a 2 mois, une fois tous les 2 jours environ (à cet âge-là, sauf canicule, diarrhée ou autre épisode exceptionnel, un bain tous les 2-3 jours suffit car les nourrissons bougent peu, transpirent peu et ne traînent pas dans la boue), avec le Gel Douche & Shampooing Baby & Kinder Neutral de LAVERA et je crois qu'il doit bien me rester la moitié du tube - oui, cette méthode est en plus économique, ne me remerciez pas. 

Je nettoie BIEN SÛR quand même ses fesses quand je le change, avec un carré de coton et de l'eau, et exceptionnellement avec une lingette humide nettoyante (en ce moment, celles de Mustela) si vraiment je sens qu'il le faut ("sentir" aux 2 sens du terme 😁) (nan en vrai un bébé allaité fait un caca qui sent le yaourt donc c'est très supportable) (... je n'en reviens pas d'avoir parlé des selles de mon enfant en public sur Internet 😩), et je nettoie aussi quotidiennement son visage, son cuir chevelu, ses pieds et ses mains, là aussi avec de l'eau et du coton et une lingette nettoyante si nécessaire (et un coton tige pour atteindre les minuscules entre-orteils ou nettoyer le pavillon et le derrière de l'oreille, mais sans entrer dans l'orifice, bien entendu, c'est trop risqué, je ne veux pas d'un bébé sourd).
 
Bien sûr vous pouvez réaliser votre bain micellaire avec n'importe quel nettoyant formulé pour bébés (Klorane, Mustela, Mixa, Bioderma, Cadum, Gifrer, Cattier, Fleurance Nature, Weleda, Weleda,aï, j'en passe et des meilleurs) mais aussi avec un gel-douche pour peaux sensibles et/ou atopiques comme vous pouvez en trouver dans les gammes dermocosmétiques pour toute la famille (La Roche Posay, Avène, Uriage...).

Est-ce qu'on peut prendre un bain micellaire quand on est un enfant de plus de 12 mois ou un adulte ? C'est vous qui voyez mais a priori vous aurez quand même besoin d'un nettoyage un peu plus intense, au moins sur les parties qui sentent mauvais - aisselles, fesses, pieds, ainsi que sur le visage et les mains.

Pendant qu'on y est, allez voir ici ma vieille recette home made pour se faire une mousse de shampooing ou gel-douche économique, écologique et ultrapratique !
 
Elle vous a plu ma petite recette conceptuelle de bain micellaire ?

(photos > Pexels)
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 11 mai 2018

MAIS COMMENT FAIT EMAIL DIAMANT POUR BLANCHIR LES DENTS ?

J'ai essayé le nouveau dentifrice "Le Charbon" de Email Diamant.


Force est de constater un réel effet "blanchissant" immédiat, bien plus visible que tous les autres "blanchissants" du marché.

Comment cela se fait-se ???

Petit retour historique, d'abord, que je copie colle de l'emballage joliment rétro du dentifrice :
120 ans d'Histoire...
A la fin du 19ème siècle, Annette et Jean-Baptiste Barreau tiennent un magasin de mode à Paris et sont les premiers à proposer à leurs clients une poudre de dentifrice "du chimiste John Walton de Philadephie". En 1915, ils lancent la désormais célèbre "formule rouge" sur laquelle apparaît une photo de leur fils André, jeune chanteur lyrique, en costume de Figaro dans le Barbier de Séville, et non pas en toréador comme on le croit si souvent.
Parlons de la fameuse formule rouge, ensuite.

J'ai fait un stage il y a un millier d'années au Laboratoire Santé Beauté qui détient Email Diamant depuis environ des millions d'années. J'ai donc su très précocement, bien que n'ayant même pas alors pensé à le demander, quel était le secret de La Formule.

Je ne sais pas si vous êtes prêts à ce que je vous le révèle, c'est un secret d'initiés...

Bon, ok, puisque vous insistez.

Le secret, c'est le CI 45430, boosté de CI 75470 et CI 77491.

"CI", ça veut dire "color index" dans la dénomination européenne INCI des ingrédients. Suivi d'une série de 5 chiffres, il désigne les colorants.

CI 45430, c'est de l'erythrulose. Un colorant rouge / brun qui a la particularité de colorer durablement les tissus, également utilisé comme... autobronzant !

CI 75470, c'est du rouge carmin. Un rouge bien bien rouge, traditionnellement extrait de cochenille mais ici très probablement d'origine synthétique (je vous invite à (re)lire cet article à ce sujet).

CI 77491, c'est du trioxyde de fer, un autre colorant rouge.

Donc le secret d'Email Diamant, c'est que la pâte te teinte la gencive d'un rouge profond et durable, révélant par contraste plus de blancheur à tes dents.

C'est juste un effet d'optique !!

Un effet d'optique qui ne traite pas réellement la tonalité de l'émail mais qui fonctionne. Comme du maquillage, quoi.

Et ce nouveau dentifrice au charbon ?

Alors déjà, il a une formule assez clean (dont 92% d'ingrédients naturels). Sans être totalement parano, je fais attention à ce point depuis quelques années (remember).
Ensuite, sa pâte est violette : les 3 colorants rouges précédents mais aussi un colorant bleu (CI 42090) qui aurait peut-être, outre la fonction marketing de charbonner la couleur de la pâte, un effet bleuté / brillant sur les dents (c'est ce que j'ai lu sur les Internets mais je ne saurais le confirmer, je maîtrise mal les colorants).

Et il contient du charbon, très à la mode comme vous le savez depuis 2 ans environ notamment dans les nettoyants visage et masques "detox" mais aussi en hygiène dentaire comme dans le Mr BlancTeeth (chez Séphora), qui est effectivement connu depuis des millénaires pour présenter des effets purifiants et blanchissants (pas le Mr BlancTeeth qui est tour jeune, le charbon).

J'ai donc essayé ce dentifrice et non seulement il est hyper sensoriel (sensation de bouche fraîche durable) mais en plus il tient ses promesses. ET SURTOUT son tube est trop chouette.

4,20€ en grande surface.

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 6 mai 2018

#NEED!! LA NOUVELLE COLLECTION BATH DE SEPHORA

On ne parle pas beaucoup produits d'hygiène par ici, encore moins ceux de MDD (marques de distributeurs), car il n'y en a souvent pas grand-chose à dire. 


Ce sont des formules un peu kif kif bourricot (j'aime les expressions désuètes), basiques, et - sauf si on a la peau particulièrement fragile, on les choisit essentiellement pour le parfum (qui n'a jamais ouvert un flacon pour en sentir le contenu en linéaire ? qui ?? QUI ???) et, dans une moindre mesure, le look, la marque, les ingrédients (forcément "marketing" dans ce genre de produits : agrumes parce que ça évoque le réveil ou ylang ylang pour voyager dans sa tête sous les tropiques, par exemple)


Bon oui, ok, je vous ai parlé d'un gel-douche SVR il y a peu, mais c'est parce qu'il n'était vraiment pas comme les autres.


Aujourd'hui, nous allons revenir sur une gamme de bain que je vous ai rapidement montré ici : la nouvelle ligne Bath de Sephora.



Pourquoi ?


Parce que.


Je fais bien ce que je veux sur mon blog.


Et surtout parce qu'elle me plaît, je la trouve très réussie. 


Dans les packs, le design, les noms des produits ("bataille d'oreiller", "rouler dans l'herbe"...), les évocations lifestyle (moments de vie), les parfums madeleines de Proust que je ne peux pas vous retranscrire ici mais que je trouve vraiment bien, assez subtils...


Cette gamme donne très envie, je trouve, et elle va cartonner, j'en suis sûre.



Non ?

De 1 à 9,99€ chez Sephora (bien sûr)



Rendez-vous sur Hellocoton !