jeudi 5 mars 2015

MON MASSAGE TUI NA "DETOX"

Vous le savez, j'aime beaucoup les massages chinois sans chichi, avec une dimension plus thérapeutique que relaxante - le deuxième effet étant quoi qu'il en soit forcément une conséquence du premier. Parmi les salons de massage asiatiques réputés de la Capitale, j'avais beaucoup entendu parler et très envie d'essayer La Maison du Tui Na.
 


C'est chose faite !

Il y a 3 adresses à Paris dont une - alléluia - dans le centre / est Parisien, pas trop loin de chez moi, je peux y aller à pieds (... enfin, pour être tout à fait honnête, dans 2 jour je déménage et à pieds ça fera un peu loin) (mais c'est déjà ça, parce que les autres salons de massage chinois que j'apprécie sont plutôt dans le far far west ou le Grand Nord). Il y a aussi une adresse à Lyon (ce qui fera plaisir à certaines d’entre vous, je le sais).

J'ai testé le "massage détox", une spécialité de la Maison, axée notamment (évidemment) sur le massage du ventre.

Autant vous dire que j'y allais un peu tendue quand même car je déteste qu'on me masse le ventre.

Et bien figurez-vous que ça n'a pas été désagréable. Comme quoi, il faut juste bien connaître l'anatomie, appuyer où il faut comme il faut, et tout roule....

Ensuite, la masseuse s'est attaquée à mes bras. Je ne suis pas hyper fan du massage des bras et des mains, en général on vous fait ça histoire de patienter pendant une pause de masque, par exemple, et ça n'a aucun intérêt. Et bien là, c'était vraiment bien !

Le reste du corps n'était pas en reste, bien sûr, j'ai eu le droit à un massage en règle de la nuque, des épaules, de la tête (rapidement), du dos, des jambes, jusqu'aux pieds...

Je vous mets le pitch complet du massage, si ça vous intéresse :


J'ai remarqué que la masseuse n'avait pas réalisé exactement les mêmes manœuvres à droite et à gauche du corps. Soit elle était tête en l'air, soit elle s'est adaptée à ce qu'elle sentait sous ses doigts... J'ai envie de pencher pour la 2ème option, c'est le principe du Tui Na : ok, on suit un protocole précis car on est quand même en France dans un salon à visée avant tout relaxante (c'est comme cela qu'est vu le massage pour la plupart des français, je suppose), mais on maîtrise les bases de la Médecine Traditionnelle Chinoise, et on s'adapte quand même un minimum aux tensions et autres blocages que l'on perçoit.

Quand elle m'a accueillie, la masseuse semblait épuisée, un peu malade (je ressens fortement tout cela quand on me touche, je ne suis pas sûre que vous l'auriez ressenti, vous), j'ai donc eu un petit moment d'inquiétude les premières secondes en me demandant si elle allait pouvoir quand même "s'impliquer" vraiment dans le soin. Mais ouf, elle a été parfaite, malgré tout, avec des gestes précis et profonds, comme si elle était en pleine forme, et je l'ai trouvée du coup très professionnelle. 

Le soir, bien évidemment, j'ai dormi comme un bébé. Et, croyez-moi ou non, j'avais des courbatures le lendemain !!! Même au niveau du ventre, comme si j'avais fait des abdos ! (ce qui relève de l'impossible). Bon, des courbatures légères qui n'ont pas duré, rassurez-vous. Mais cela prouve que les muscles ont bien été stimulés. Et sans douleur, précisons-le, parce que parfois, les chinoises, aïe aïe aïe...

Un petit bémol à cette super expérience : il n'y a pas de miroir dans la cabine pour une remise en beauté après le massage. On ne sait pas à quoi on ressemble, on peut avoir le cheveu fou ou le mascara qui coule... Ce n'est pas bien compliqué à installer, je pense que ma parole sera entendue... :)

Les tarifs sont abordables pour cette qualité de soin, et cette qualité de lieu : 60€ d'heure de massage Tui Na, 90€ l'heure et demie. 70€ l'heure pour mon massage détox.

Vous l'avez compris : je vous conseille vraiment La Maison du Tui Na, je la place au même niveau que le Spa Lanqi, ce qui en font mes deux massages chinois préférés de Paris !


La Maison du Tui na
17 rue Saint Gilles - 75003 paris

 (d'autres tests de massages ici)

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 2 mars 2015

CRASH TEST : LA DECOLORATION A DOMICILE AVEC COLOURB4

J'ai reçu il y a quelques temps un produit que j'avais vraiment envie de tester pour vérifier par moi-même ce qu'il en était, tout en n'ayant aucune envie de le tester car ce qu'il apporte ne m'intéresse pas du tout : ColourB4.


Colour B4 est une décoloration maison pour cheveux colorés dont les revendications sont très fortes : gommer toute trace de coloration, retrouver sa couleur d'origine, et en plus en douceur - "sans ammoniaque ni peroxyde".

Alors moi vous le savez, je suis très contente de mon brond-broux pas totalement naturel actuel, donc je ne souhaitais pas tester ce produit apparemment miraculeux. Il a fallu que je trouve un autre cobaye.

Figurez-vous que ma mère, qui a des cheveux blancs depuis quelques années déjà, et les colore sous la pression de ses filles qui ne souhaitent pas la voir prendre de l'âge, a décidé il y a quelques semaine de stopper toute coloration et assumer ses cheveux blancs. Ou gris - on ne sait pas encore, ce sera la surprise.

Sauf que, quand vous partez d'une couleur artificielle châtain clair et que vous vous laissez pousser les cheveux sans plus toucher à leur teinte, les racines sont blanches et le résultat, pour quelques mois, pas forcément harmonieux.

Quoique. Ca peut donner un certain style... ;)

(regardez Agnès Varda...)

Bon, ce n'est pas le style de ma mère, qui n'est pas très punk inside.

Du coup, je lui ai demandé si elle voulait bien me servir de testeuse, ce qui en soit est plus risqué que quand je lui demande de tester la dernière crème anti-âge Weleda, et, parce qu'on ne peut rien refuser à ses enfant, elle a dit oui.

Elle a trouvé le mode d'emploi assez contraignant, mais pas trop non plus, mais quand même un peu long - notamment le rinçage "d'au moins 5 minutes" (ce qui n'est pas très écologique, par ailleurs, a-t-elle souligné), et contrairement à plein de personnes ayant déjà essayé ColourB4, elle n'a pas trouvé que ça sentait l'oeuf pourri.

Par contre, elle n'a pas été satisfaite du résultat. Elle m'a même appelée, un peu inquiète, me disant que la couleur avait mal tourné et qu'elle allait vite se rendre chez le coiffeur pour couper un peu tout ça.

Voici le avant / après.

(bon, sur le avant il y a une petite nuance verte, je ne sais pas pourquoi, évidemment ce n'était pas le cas en vrai)

Personnellement, j'ai été rassurée quand je l'ai vue après, parce que contrairement à elle je ne trouve pas cela catastrophique. Les cheveux châtains sont devenus plus blonds, un blond un peu inhabituel, certes, mais du coup il y a moins de contraste entre les racines naturelles et les pointes, donc moi j'ai plutôt envie de valider l'effet du produit. Au moins en partie.

D'autant plus que pour une décoloration sur cheveux blancs, il faut prendre la version EXTRA, et moi j'ai reçu la version NORMALE, donc pas forcément la plus adaptée pour le cas particulier d'un passage aux cheveux blancs. Et puis ma mère m'a dit je crois que pour les cheveux blancs, justement, il fallait réitérer l'opération une deuxième fois (c'est écrit quelque part sur la très très longue notice que je n'ai pas eu le courage de parcourir).

Voilà pour ce crash test. On va dire résultat mitigé, mais conditions extrêmes, aussi.

Vous avez testé, vous ? Vous en avez pensé quoi ?

(en avant-première chez Monoprix,
3 versions, à un peu moins de 15€)
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 27 février 2015

BEBE N'AURA PAS MA PEAU !

Aujourd'hui, je laisse la parole à mon amie Clémence, maman d'une petite Léane de quelques mois, qui a bien voulu me servir de #SerialTesteuse pendant sa grossesse. :)

~♥~♥~♥~~~~♥~♥~♥~

2014, grand bouleversement, un bébé arrive ! Un mélange de bonheur et d’appréhension, un flot d’émotions, un saut dans le monde des adultes (bah oui, tant que tu n’as que ta petite personne à s’occuper, tu restes un grand enfant je trouve !)

Bref, une année intense pour moi et pour… ma peau (et un peu le papa aussi ;-)) ! La pauvre a été mise à rude épreuve avec ce flot d’hormones mais aussi (et surtout) avec ce bidon qui n’a cessé de s’arrondir.


Pendant le premier trimestre, j’ai jeté mon dévolu sur l’huile sèche La Surdouée d’Omum.

Cette marque m’avait tapée dans l’œil suite à une rencontre lors d’un salon pro. Dédiée à la femme enceinte, son concept est simple et bienveillant et son design doux, féminin et cocon.

Sa compo est 100% d’origine naturelle, un mélange de 10 huiles végétales, une pointe d’aloe vera et un peu d’antioxydant pour éviter le rancissement des huiles.

Je l’ai appliquée (à peu près ^^) consciencieusement tous les soirs sur le ventre, les cuisses et la poitrine. Le parfum est divin, il ne s’agit pas d’un parfum ajouté mais de l’odeur naturelle de l’huile d’amandons de prune, un petit air de frangipane, gourmand mais pas écœurant. L’huile pénètre facilement, sans laisser de fini gras, la peau est plus souple, bien nourrie et délicatement parfumée.

Bref, un vrai plaisir ce produit !

Deux bémols : le pack (un flacon pompe en alu) qui finit par être un peu grassouille car il y a toujours une goutte qui dégouline de la pompe ; et le prix : 37,90€ les 100ml, c’est assez onéreux mais c’était un coup de cœur donc j’avoue ne pas avoir regardé à la dépense…
.



Pour la suite, j’ai eu la chance de me voir offrir l’Huile de Soin Vergetures d’Elancyl et Phytolastil Gel de Lierac.

J’ai utilisé ces 2 produits pendant les 2 autres trimestres puis encore 3 semaines après l’accouchement selon le rituel suivant : le matin le gel pour pouvoir m’habiller rapidement et ne pas risquer de mettre des traces d’huile sur mes vêtements, et le soir l’huile car c’est aussi le moment où on peut prendre le temps de se masser plus longuement.

Le gel m’a agréablement surpris. Je m’attendais à une texture collante et pelucheuse à l’application. Que nenni ! C’est frais, ça s’étale bien, pénètre très rapidement pour disparaître totalement sans résidu sur la peau. Et hop, on peut sauter aussitôt dans ses fringues !

Côté compo, on n’est pas dans du naturel hein, carbomer, silicone… mais c’est ce qu’il faut pour une texture si fine. L’action ici est obtenue grâce à l’association de 3 extraits végétaux : alchémille, lierre et prêle. Pas de parfum, bref un produit parfaitement discret.




Et l’huile alors ? Côté compo, c’est un mélange simple de triglycérides et de 4 huiles végétales (carthame, onagre, cameline et olive) avec des antioxydants.

Mon premier souci avec ce produit, c’est le pack, un joli flacon pompe en plastique transparent, jusqu’ici tout va bien. Mais la pompe est trop « violente » ! Elle expulse l’huile brutalement et ça saute un peu partout. Résultat : un pantalon taché de gras ! Mais je ne voulais pas reléguer le produit au placard pour autant alors pour la suite, j’ai pshitté l’huile dans ma main bien fermée autour de la pompe (qui devient pour le coup rapidement grasse…). Côté odeur, ça sent l’huile, genre Isio 4 quoi, donc assez neutre. A l’application, l’huile glisse très bien sur la peau et est rapidement « bue » mais on note quand même un fini un peu gras que je ne trouvais pas avec l’huile Omum.

Le 2ème souci sur ce produit, et pas des moindres, c’est l’odeur qui a imprégné toutes mes nuisettes : ça sent la FRITE !!!! C’est horrible, à la fin de ma grossesse j’ai dû jeter 2 nuisettes car malgré plusieurs lavages, l’odeur persistait fortement. Et je continue à la sentir sur les fringues que je n’ai pas eu le cœur de jeter…

Bref, une déception !



Alors là, si je vous laisse comme ça, vous allez me dire « nan mais oh, on a lu tout ton pavé de blabla alors on voudrait bien savoir si tu es devenue zèbre ! ».

Quel suspense…

Au cours de ma grossesse, j’ai eu le temps de penser à tout ce qui allait changer dans ma vie, mais aussi dans mon corps : prise de poids, modification de la poitrine (en plus ou en moins !), vergetures… Et je me suis préparée à sacrifier (non sans nostalgie) tout ça sur l’autel de la maternité (oh que c’est beau !). Les vergetures seraient mes tatouages à moi, témoins du miracle de la vie que mon corps a accueilli. Je m’étais faite à l’idée d’abandonner les maillots de bain 2 pièces (après tout, y’a des 1 pièces super sympa, j’adore les formes un peu rétro !). 


Mais quel suspense…

Et bien non ! Pas la moindre petite vergeture à l’horizon, ni sur le ventre, ni sur les cuisses. Je vous entends déjà : « oh la veinarde ! » et de vous ruer sur internet pour commander les mêmes produits. Oui, je me trouve chanceuse et non, je ne peux vous garantir la même efficacité à rituel similaire ; parce qu’on est toutes différentes, et que toutes les grossesses sont différentes aussi. A ma décharge, je n’ai pris que 9 kg, tout dans le bidon, et pas de rétention d’eau, ça joue aussi toussa !

Pour vraiment savoir si les produits anti-vergetures y sont pour quelque chose, j’aurai pu faire comme les vrais tests de pro, ne traiter que la moitié du corps et comparer à la fin les 2 zones. NON MAIS OH, ça va pas là, je n’allais pas risquer d’être un demi-zèbre pour la science !

Au delà de la chance, je pense que ces produits ont réellement contribué à maintenir ma peau suffisamment élastique pour supporter la déformation sans dommages.

Autre avantage de ce rituel, le massage avec une huile m’a permis de mieux apprivoiser mon corps qui changeait de jour en jour, et d’envelopper de caresses le petit être que je couvais. Un moment de détente et de bonheur partagé régulièrement avec Monsieur Papa.


J’ai eu aussi la chance de pouvoir tester le Lait jambes lourdes de Clarins.

Ayant ce problème régulièrement en période de chaleur, je redoutais que la grossesse n’accentue le phénomène. Mais vu le magnifiiiiique été 2014 que nous avons eu en Ile de France, mes gambettes ont été relativement épargnées. Je ne me suis servie de ce lait qu’à 3 reprises mais on s’est tout de suite bien entendu lui, M. Papa et moi !

Mais que vient faire M. Papa ici me direz-vous ? Et bien, symptôme étonnant de la grossesse : vos bras raccourcissent (je vous rassure, tout redevient normal après l’accouchement) ! Et donc, ne pouvant atteindre facilement mes mollets, c’est M. Papa qui me massait.

Alors, ça sent bien les huiles essentielles, perso j’adore mais c’est souvent tout oui ou tout non avec cette odeur forte et caractéristique. La texture, très légère, pénètre rapidement et assouplit bien la peau. Et le point essentiel, l’effet frais tant attendu, est bien là. Il met 30 secondes à se faire sentir et alors là, c’est l’extase des gambettes ! Et en plus, ça dure un temps fou (comparé à d’autres produits similaires que j’ai pu tester), environ une demi-heure de fraîcheur, le pied (la jambe ?) total !

En plus, le flacon est très élégant, tout en rondeur avec un effet soft-touch. Bref, j’adopte ce produit, il est parfait !


 
Un grand merci à So d’avoir contribué à la sauvegarde de ma peau de bébé !

~♥~♥~♥~~~~♥~♥~♥~

Merci à toi Clémence, parenthèse addict comme moi (est-ce contagieux ?), d'avoir accepté de jouer le jeu, et on attend les témoignages d'autres (futures) mamans en commentaires sur les produits qu'elles conseillent ou pas... :)


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 26 février 2015

ETAT PUR SE REFAIT UNE BEAUTE

Cela fait longtemps qu'on n'a pas parlé relooking par ici !

Je vous propose de vous présenter le nouveau design des produits de la gamme Etat Pur, et vous me direz en commentaire ce que vous en pensez, si ça vous parait mieux qu'avant, plus attirant, si ça gagne en lisibilité et compréhension des produits, ou pas, et pourquoi... :)

Et pour ceux qui ne connaîtraient pas la marque, le concept en gros c'est d'appliquer quelques gouttes d'un ou plusieurs "actifs", selon les besoins du moment de sa peau, puis une crème dont la texture est la mieux adaptée à son épiderme et ses envies. C'est pour cela qu'il y a les "actifs" et les "textures" séparés. Une sorte de cosmétique sur-mesure.

LES ACTIFS ETAT PUR 

AVANT
.

 MAINTENANT


LES TEXTURES ETAT PUR 

AVANT



MAINTENANT




Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 24 février 2015

LA CROISIERE S'AMUSE

Vous connaissez les "Poulette Party" organisées par l'Amie Manuela ? Ces soirées comme des speed datings où des marques, blogueuses et lectrices se rencontrent et passent un bon moment toutes ensemble ?

 

J'étais invitée à la dernière Party et il faut que je vous raconte. Que je vous raconte les coulisses. Hashtag "Vis ma vie dangereuse de blogueuse" (on prend des risques, vous n'imaginez pas).

La French Poulette Party avait tout pour être alléchante : une croisière en péniche sur la Seine, et voyez-vous, même quand on est parisien, on n'a pas tous les jours l'occasion d'en faire ! Plus une présentation de marques 100% made in France, la plupart que je ne connaissais pas : Cho Nature, Dermtech, Coiffance, Raphaël Perrier, Mon Petit Paradis (je vous invite à les découvrir par ici).

Nous avions rendez-vous sur un quai, "mais soyez bien ponctuelles, avant 19h45, sinon la péniche partira sans vous", avait jugé bon de préciser la Gentille Organisatrice, connaissant bien son public.

Eh bien figurez vous que nous étions à l'heure.

Sauf que...

Pas de péniche.

Juste un troupeau de blogueuses qui attendait, transi de froid, sur un quai de Seine devant le Musée d'Orsay, se demandant si Manuela n'avait pas été enlevée par une péniche fantôme.

Le Capitaine a fini par venir nous chercher, à pieds, car pour des raisons que je n'ai pu éclaircir, le bateau avait dû appareiller un peu plus loin.

Le troupeau a suivi.

La croisière a commencé dans la bonne humeur, les filles étaient complètement fascinées par les différents produits présentés, en train de se faire manucurer ou coiffer, et/ou déguster des petits jambons-beurre et quiches lorraines (vous constaterez que la G.O. avait bien respecté sa thématique).

Et puis avec La Paresseuse (on est inséparables), on se disait qu'on irait profiter de tout cela plus tard, car là, MINCE, on était quand même en train de traverser Paris via son artère centrale, qu'on ne pouvait louper ça, et donc on était toutes seules dehors (on n'est pas très sociables), sur le pont (glacial), à mitrailler (de photos) la Capitale.

(vous remarquerez qu'entre la sombritude ambiante et le roulis, mon appareil photo de portable qui déjà en temps normal n'est pas ultra-performant a vu plutôt flou) 
(mais ça donne un certain style)
("impressionnisme post-moderne")


Au moment où on s'est décidées à rentrer profiter des différents ateliers beauté (mes viscères étaient en cours de congélation), BIM, la lumière s'éteint.

"Joyeux anni..." ont tenté certaines (le comique de répétition qui fonctionne toujours et permet de masquer les petits malaises post-obscurité).

On attend un peu, la lumière ne revient pas. On amène des bougies. Ambiance Mille & Une Nuits (Manuela se demande avec inquiétude dans quelle mesure la thématique "Frenchy" est encore respectée). Les filles continuent à se faire les ongles, rien ne les atteint. Elles sont heureuses.

Plus d'électricité signifie aussi plus de chauffage. De la buée commence à se former sur les vitres.

Puis la péniche s’arrête, au milieu de nulle part....

(ok, juste après l'Ile Saint Louis, mais c'est plus effrayant de dire "au milieu de nulle part", ça vous tient en haleine)

Quelques minutes plus tard, nous patientons toujours. Les blogueuses et lectrices continuent à se faire coiffer, comme si de rien n'était. Ou à se prendre pour des stars, devant l'objectif... (leur sang-froid me fascine)


Avec La Paresseuse, on commençait à avoir peur. Elle a tenté de prévenir les secours en traçant un HELP sur une vitre embuée. En vain. Il faut dire que ses lettres mesuraient 10 cm de haut.

Puis elle s'est jetée sur le hublot, désespérée.

(elle est un peu tragédienne, dans son genre)


La Frenchy Poulette Party s'est transformée en Scary Poulette Party.

C'est là que j'ai pensé à prévenir BFM via Twitter. Je l'ai fait. Mais ils n'ont pas répondu. J'avais pourtant précisé qu'on était une cinquantaine de blogueuses influentes en détresse sur cette péniche. Ils n'ont aucun humour. Et sous-estiment totalement notre popularité.


Manuela pensait qu'ils nous attendraient à l'arrivée, quand le bateau aurait pu repartir et revenir à quai, elle nous disait de profiter de l'atelier coiffure pour assurer lors de notre passage TV.

(Manuela ne perd pas le Nord)

(vernis Kure Bazaar, je crois - oui, j'aurai réussi à vous placer mon vernis ^^)

Pensant mon heure venue, dans un ultime Ego Trip, j'ai laissé le nom de mon blog sur la vitre arrière (le hublot arrière ?) de la péniche.


Le temps semblait long...

(ou pas)

Au bout d'un moment, Captain ô My Captain dit à la G.O. que le générateur (?) était mort et qu'on avait le choix : soit on remettait la lumière et le chauffage mais on restait là, soit on restait dans le noir mais on allait au bout de la croisière, c'est à dire jusqu'à la Tour Eiffel.

La collectivité a choisi le petit b.


La péniche s'est alors prise pour un hors-bord et on a fendu les flots jusque dans l'Ouest Parisien. Certaines se sont retenues de vomir (enfin, j'imagine).

On attendait un drame, une fille qui passe par-dessus bord, toussa, mais non.

On a quand même croisé un bateau-mouche en détresse, secouru par la Police Maritime (fluviale?). Il s'en passe des choses le soir, sur la Seine.

(tout cela est vrai, les filles présentes confirmeront)
(je dramatise juste un peu pour rigoler :p)

Puis, là...

video

Petit moment magique : passer sous la Tour Eiffel au moment-même où elle clignote...

Avec tous ces rebondissements, j'ai à peine eu le temps de passer sur les stands des partenaires beauté de la soirée... Mais je suis repartie avec un sac contenant quelques produits, ouf.

Au final, je crois que cette Poulette Party restera dans les annales de la Blogostory !!

Rendez-vous sur Hellocoton !