jeudi 16 juillet 2015

LE PLEIN DE SOINS !

Et si on parlait soins visage ? Je vais essayer de rattraper un peu mon retard et vous dire quelques mots sur ceux que j'ai utilisé en cette première moitié de 2015. 
L'avantage d'écrire plusieurs semaines ou mois après avoir terminé des produits, c'est qu'on a oublié pas mal de choses et qu'il ne nous en reste que l'essence, ce qui compte vraiment. On a eu le temps de prendre du recul, et quelque part, ce n'est pas plus mal pour en faire la revue. Non ? ;)


Gelée Eclat du Jour
CLARINS
★★★

J'A-DO-RE. Cette texture crème-gel, whaou. J'avais l'impression que ma peau la buvait en un clin d'oeil et qu'elle était complètement désaltérée. Le parfum me plaisait bien, aussi. Un vrai plaisir.
C'est drôle parce que jusque assez récemment – disons 2-3 ans, Clarins n'était pas une marque qui m'attirait. Je la percevais comme un peu vieillissante, ennuyeuse. Mais je n'avais testé aucun produit, je l'avoue – comme quoi, parfois... :) Et puis je sens que les lignes bougent, que Clarins s'analyse, essaye de se réinventer, de se moderniser. Ce qui a été fait en maquillage (souvenez-vous de l'interview de Suzy) est probablement fait en soin aussi.
A suivre... Avec impatience !



Sérum & crème Exquisâge
Huile revitalisante
DARPHIN
★★★★✩

Les packs sont jolis, les textures élégantes, les parfums raffinés, Darphin aime jouer avec la sensorialité et ça me plaît. 
De mémoire – je les ai utilisés cet hiver, le sérum était un poil collant, mais rien de dramatique, et la crème juste parfaite, confortable mais non grasse, bien hydratante et protectrice. L'huile sent divinement bon, elle est assez riche, très bien pendant les frimas. 
Je ne saurais pas quoi vous dire de plus, si ce n'est qu'en général j'adhère bien aux produits Darphin (au-delà leur petit côté Madeleine de Proust pour celles et ceux qui connaissent mon parcours professionnel :)). 
 



Gamme
ECLAE
★★

Cette nouvelle marque française a vu le jour il y a quelques mois. J'aime bien l'idée d'exploiter les propriétés de la microalgue rose Dunaliella Salina, qui pousse dans les conditions extrêmes du salin de Aigues-Mortes, en Camargue,  je trouve même cela assez poétique, mais voilà, si j'ai accroché sur le fond et les origines de la marque, je n'ai pas accroché à sa forme.
J'ai testé plusieurs produits Eclaé : les packagings ne m'attirent pas trop (chacun ses goûts, bien sûr, mais pour moi, trop d'aplat rose tue le rose), les textures me laissent de marbre (or vous savez que je suis très "cerveau droit", que j'ai besoin de sensorialité en cosmétique) , et je n'aime pas les parfums. Côté résultats, du bon mais rien d'exceptionnel. 
Je suis donc complètement passée à côté. Ce qui ne veut pas dire que c'est une mauvaise gamme, vous avez bien compris – j'ai d'ailleurs lu quelques revues positives, mais elle n'est pas faite pour moi.
Si je devais "sauver" un produit, ce serait leur complément alimentaire solaire qui change un peu des Oenobiol, Doriance et compagnie. Il est riche en caroténoïdes extraits de la fameuse microalgue rose (ça change de l'extrait de tomate), et c'est celui que je prends chaque matin ces jours-ci. 



Flawless Skin
LAURA MERCIER

Je fantasmais un peu sur le soin Laura Mercier que je n'avait jamais essayé, avec une petite réserve car ses produits sont souvent très "gourmands", avec des overdoses de parfums (tarte au citron, crème pistache...), et que je me demandais dans quelle mesure j'allais apprécier, même si je lisais de-ci de-là que justement, on arrivait au parfait équilibre avant l'écœurement.
Quoiqu'il en soit, mon huile visage à la rose n'a aucun code food. Et ne sent pas la rose fanée de nos grands-mères, mais une rose subtile.
Elle est tellement ravissante, tellement sensorielle, que c'est un vrai plaisir de l'utiliser. Vous savez que j'aime beaucoup les huiles, et celle-là tient le haut du pavé. Attention, les peaux mixtes à grasses la trouveront probablement un peu trop riche.



Sérum & crème Flawless Future
ELIZABETH ARDEN


Je dois vous avouer quelque chose : d'une manière générale, je ne suis pas du tout attirée par les produits de soin américains. Outre les raisons esthétiques et sensorielles (je suis latine, pas anglo-saxone, c'est fou ce que la culture nous influence !), essentiellement pour des raisons de formules : souvent trop synthétiques à mon goût pour un usage quotidien (c'est la fête aux dérivés pétrochimiques, silicones et paraffine), et toutes blindées de filtres solaire.
Et moi, je suis désolée, un SPF15 en automne / hiver à Paris, ça ne me sert à rien. Ça m'angoisse plutôt : c'est inutile, donc, ça passe dans le sang et les urines, ça a un effet potentiellement oestrogen-like, ce n'est pas bon pour les poissons qui se féminisent, ça rend les formules plus lourdes et grasses, bref, je ne mets des écrans solaires que lorsque que j'en ai besoin, c'est dire en gros de juin à septembre, et éventuellement en terrasse le reste de l'année. En ce moment, donc, c'est le bon timing, et je me suis mise à la gamme Flawless Future ("flawless" signifiant "sans défaut" pour info).
Le sérum est pile poil dans la tendance "bulles" du moment – comme celui d'Eclaé (il faudra que je vous reparle de ces bulles : réel intérêt ou pur marketing ? - suspense...). Il n'est pas mal, mais il colle un peu (des sérums qui ne collent pas, il n'y en a pas beaucoup ! Je ne suis pas contre un pouième de silicones dans ces cas-là, pour améliorer le ressenti). La crème est plutôt agréable pour une crème avec filtres solaires, je l'aime bien. Il font partie d'une nouvelle gamme qui cible les trente-quarantenaires, donc juste moi.
Ce sont donc les produits que j'utilise actuellement le matin, le soir je suis sur l'huile Laura Mercier et une crème de nuit Eclaé. Je les aime bien, sans plus. J'aurais aimé qu'ils me procurent "plus d'émotions". 



Linden Blossom Face Cream
LULU & BOO
 

C'est la crème que j'utilisais en mai aux Etats-Unis, je vous en ai déjà parlé ici, à la fin de l'article (chez Mon Corner B.).



Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 13 juillet 2015

#MIRACLE : NE PLUS SENTIR MAUVAIS SANS SELS D'ALU !

Je crois à peine moi-même à ce que je m'apprête à écrire : j'ai trouvé un déodorant sans sels d'aluminium aussi efficace que s'il en était bourré. Nan : PLUS efficace.

(je vous jure)

Alors, attention, avant de vous en parler, je tiens à préciser que je n'ai RIEN contre les sels d'alu. Je sais qu'il y a un doute sur leur toxicité (non avérée à ce jour selon mes sources de la profession – je parle des sources fiables, pas celles qui essayent de vous vendre leur déo à l'alcool et aux huiles essentielles), mais vous savez quoi ? JE N'EN MOURRAI PAS. Certainement pas. Donc à choisir entre un déo qui fonctionne et un déo sans sels d'alu qui me fait puer des aisselles (j'en ai essayé quelques-uns), je prends la première option. Sans hésiter.

Jamais sans mes sels d'alu !

(mais comment font ces filles qui utilisent des déos alternatifs en pleine chaleur et/ou effort et qui sentent toujours la rose ?)
(à mon avis, elles s'inventent une vie - comme celles dont Ninie parle ici :p)

Lorsqu'on m'a proposé de tester le Déodorant 120 Soin Probiotique Fraîcheur Intense de DayDry, contact inconnu, marque inconnue ("jeune marque de cosmétique et de textile 100% française"), je me suis dis que ça ne serai probablement pas terrible, mais bon, j'ai l'occasion d'essayer, je suis curieuse, et puis sait-on jamais, si je peux dénicher un déo pour les effrayées de l'aluminium qui puisse mieux réduire leurs odeurs aissellaires que les déos habituels, je ferais des heureuses. Donc j'ai accepté.


Bien m'en a pris (mais ça vous l'aviez déjà compris).

C'est un déo qui s'applique tous les 3 à 5 jours. La dernière fois que j'ai essayé de sauter 24 heures, c'était avec un Vichy pourtant très réputé, et j'ai senti mauvais à la fin de la journée (c'était le Traitrement Crème Antiperspirant 7 jour, qui est vraiment très bien pour une journée, deux si on ne transpire pas trop genre l'hiver, et c'est tout). 

J'ai reçu le DayDry au moment de la Canicule et je n'ai pas osé le mettre le premier jour parce que j'avais des RV boulot et bon, vous voyez, quoi. J'ai mis mon Narta. Ou mon Dove. Ou Nivea, on s'en fiche. Le baril de déo classique, quoi.

Le deuxième jour, j'étais chez moi. Il faisait 26° dedans, 36° à l'extérieur. J'ai sprayé le déo après la douche (j'ai bon ?), je n'ai pas trop bougé. Je n'ai pas pué.

Le troisième jour, il faisait toujours 36° et j'ai un peu marché. Je sentais de temps en temps mes aisselles (vous savez, ce geste élégant de levage de bras associé au baissage de nez vers le côté) (pas en public, hein, bien sûr), et ça ne sentait toujours rien. Une odeur à peine fruitée qui doit être celle du produit...

Le 3ème jour... Je sentais toujours plutôt bon.

Je me suis arrêtée là et en ai remis le 4ème matin, ça me stressait déjà trop de ne pas en avoir mis 72 heures durant !

(et j'ai bien fait car la seconde fois je n'ai tenu "que" 2 jours et demi avant de sentir le besoin d'en remettre)

Incredible, non ?

Cela fait maintenant une dizaine de jours que je l'utilise et je ne lui ai trouvé qu'un seul défaut : il ne faut surtout pas le sprayer sur aisselle fraîchement épilée car ça piiiiiique ! Il n'y a pas d'alcool mais de l'acide lactique, et la formule est à un pH acide (je précise que ça ne pique pas sur peau normale, je le tolère très bien).

J'ai regardé la composition : une association de probiotiques (lactobacilles et saccharomyces) (je précise que ce sont des bactéries et levures - bon appétit ^^ -- naaan, ne vous inquitéez pas, on les trouve aussi dans les produits laitiers ou la levure de bière, par exemple) -  qui cible les bactéries responsables des odeurs de transpiration (sans vous dévoiler tous les secrets des labos avec lesquels j'ai travaillé, je savais que les probiotiques pouvaient réguler la flore bactérienne, mais de là à être aussi efficaces...), de l'acide lactique, des conservateurs (beaucoup de conservateurs, mais on veut éviter la prolifération bactérienne, on est bien d'accord) (et c'est sans triclosan ni parabènes pour celles et ceux qui se poseraient la question) (enfin, vous savez que moi j'aime les parabènes...) (mais le triclosan, par contre, il ne me dit trop rien).

Le déo 120 Soin Probiotique n'a même pas le défaut du prix car à 13,50€ les 50 ml, alors qu'on doit n'en appliquer que tous les 3-4 jours, je vous laisse calculer son prix équivalent pour une application quotidienne : ça reste plus que correct.

Un déo sans sel d'aluminium, VRAIMENT efficace au moins 72 heures, et made in our country by a new start up, moi je dis Alléluia.

Vive la France.

Et vive l'entrepreneuriat.

Vous vous y mettez quand, vous ?

En vente 
en pharmacie 

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 9 juillet 2015

HARRY ROSELMACK SE LANCE... DANS LA COSMETIQUE

J'ai frotté mes yeux (il était 8 heures du matin, j'avais peut-être mal lu). J'ai remis mon cerveau en place (il était 8 heures du matin, dois-je vous faire un dessin). J'ai vérifié qu'on n'était pas le 1er avril (le temps passe si vite).

"Harry Roselmack lance sa gamme de cosmétiques". 

C'est le Figaro qui le dit. 

D'ailleurs il y a même une interview de l'heureux papa de Neoclaim, gamme de cosmétique pour les peaux "denses" (!!??). Où il explique notamment qu'il n'en sera pas l'égérie (ça aurait été pourtant sympa, non ?) mais un actionnaire.


Sur le site Afrosomething, un peu plus de détails sur la marque.
NEOCLAIM est une ligne de produits spécifiques pour répondre aux attentes de toutes les peaux denses et sur-pigmentées : 
- une peau très sèche mais brillante en surface
- une surproduction de cellules entraînent des poils incarnés chez les hommes
- un teint terne, manquant de luminosité
- des désordres pigmentaires (taches brunes, dépigmentation...)


Apparemment, l'info circule déjà depuis le mois de mai, mais moi en mai je n'étais pas là (remember), je suis donc COM-PLE-TE-MENT passée à côté. 

Vous en aviez entendu parler, vous ? Qu'est-ce que ça vous évoque cet actionnariat ? Et la marque, pour celles et ceux qui sont concernés, elle vous tente ?

+ d'infos : 

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 6 juillet 2015

ENFIN DE L'INNOVATION DANS LES SOLAIRES !

Vous ne le savez probablement pas, mais la formulation de produits solaires, c'est un peu galère...

Il est déjà difficile de stabiliser des filtres dans une texture pas trop désagréable et pas trop blanchissante, alors si vous ajoutez à cela les doutes sur l'innocuité des filtres micronisés ("nanoparticules") et les problématiques réglementaires (tous les filtres ne sont pas autorisés dans tous les pays, et parfois, comme aux Etats-Unis, les solaires sont même considérés comme des OTC "Over The Counter", soit presque des médicaments)... le secteur a vraiment du mal à innover, malgré les enjeux de santé et (plus encore ? ;)) les enjeux économiques.

D'ailleurs, il y a peu de nouveaux filtres. On utilise toujours les mêmes. Depuis des lustres.

Les avancées intéressantes de ces dernières années, c'est, je dirais, d'avoir pu intégrer des hautes protections type SPF30 dans des huiles assez glamour (L'Oréal ayant été pionnier sur ce coup-là, mais perso, j'en suis un peu revenue, en tous cas pour les Tropiques - remember) ou dans des "graisses à traire" (comme celle de Lancaster je vous en parlais l'autre jour ici). Et, d'une manière générale, d'avoir progressivement réussi à améliorer les textures des produits solaires, comme pour la dernière brume Vichy dont je vous parlais aussi l'autre jour . Mais c'est à peu près tout. Dont je me souvienne. (j'ai la mémoire sélective) (il y a peut-être eu d'autres innovations de dingue mais je ne m'en souviens pas)

On peut ajouter à cela le fait que les labos ont aussi compris l'importance d'une protection contre les UVA, en plus de celle contre les UVB (en gros : UVB > coups de soleil // UVA > vieillissement prématuré et cancer - si vous voulez en savoir plus sur le sujet, c'est par ici). Ceci dit, de de toutes façons, ils n'ont pas eu le choix, c'est devenu obligatoire, de protéger à la fois contre les UVB et les UVA

Et voilà que 2 VRAIES innovations ont été lancées sur le marché cette année !


Hydrabio Eau de soin SPF 30
[BIODERMA]

Ce concept, je pense qu'un paquet de labos travaille dessus depuis des années, EN VAINet Cocorico, c'est Bioderma qui remporte la palme de la 1ère brume solaire visage SPF 30 "sans les mains" !


Alors attention, ce n'est pas tout à fait une "eau" comme une brume thermale, même si la texture est très légère, et le produit, d'un point de vue galénique, n'est pas encore tout à fait parfait car il faut bien shaker le flacon avant brumisation pour que la formule soit bien homogénéisée afin de 1/ éviter que les filtres ne bouchent la pompe (vous êtes prévenus) 2/ s'assurer que le produit soit correctement étalé sur le visage, sans "trous" dépourvu de protection solaire. Mais c'est déjà pas mal !

L'avantage de ce produit, c'est que l'on peut s'en appliquer en  retouche dans la journée, avant  un déjeuner en terrasse ou pendant une rando quand on n'a pas de quoi se rincer les mains, par exemple (parce que vous savez bien que même si vous avez mis un SPF à 8h du mat' avant de partir, il n'en  reste plus grand-chose 5 heures plus tard). Et ce, par-dessus son maquillage, sans avoir à l'étaler avec ses doigts (pleins de bactéries) - et parallèlement sans bousiller l’homogénéité de son fond de teint en étalant un truc par-dessus.

4 pshitts et quelques secondes d'attente suffisent à obtenir une hydratation et une protection solaire uniforme et efficace.

(pour être tout à fait précise, d'après ce que m'a dit l'équipe Bioderma, 4 pshitts ça fait un SPF15 - sachant que dans la vraie vie, personne ne met les 2 mg / cm² que l'on dose en labo pour les tests de protection SPF donc d'une manière générale, quand vous appliquez un SPF30, vous appliquez toujours à peu près une quantité qui donne un SPF15, voire moins)

Ils sont sympas chez Bioderma, car ils nous ont donné les secrets de cet exploit :
  1. Utiliser les 2 seuls filtres solaires disponibles sur le marché qui se solubilisent dans l'eau + 1 autre qui se solubilise dans l'huile (c'est pour cela qu'il y a quand même une toute petite phase grasse dans la formule, mais rien de désagréable, rassurez-vous, ce sont des silicones volatiles qui ne collent pas, ne font pas briller, ne sont pas occlusifs).
  2. Aller dénicher une pompe utilisée habituellement en parfumerie, qui permet une brumisation plus fine et plus homogène - d'ailleurs, on a l'impression que le flacon est un aérosol, mais non !
  3. Des mois de patience, de formulations et reformulations, de foi sans faille en les Dieux de la Galénique (il paraît qu'au début, quand elle a eu le brief produit, la Formulatrice en Chef avait refusé de s’atteler à la tâche, pensant que c'était impossible, mais, challengée, a finalement décidé de s'y mettre - et elle a eu raison, la preuve).
Une brume hydratante SPF30 "sans les mains", qui se spraye de manière homogène sur la peau, qui peut s'utiliser en retouche dans la journée même par-dessus le maquillage, c'est donc possible, et je prends les paris que d'autres labos sont déjà en train de "déformuler" la composition de HydraBio Eau de Soin SPF30 pour vous proposer un dupe l'année prochaine. Mais nous on se souviendra de celui qui aura dégainé le premier.

Chère équipe Bioderma, on attend avec impatience la suite, c'est à dire la version corps qui évitera le graissage des mains lors de réapplications sur la plage ou en rando... :)

Et sinon, c'est 9€ les 50 ml, en pharmacie, et à raison d'une utilisation par jour, vous devez bien en avoir pour 2 mois de protection. Attention, le produit a déjà tellement de succès qu'il est parfois en rupture de stock.


Gamme solaire WetForce
[SHISEIDO]

Autre exploit, cette fois chez nos amis nippons de chez Shiseido, qui ne sont jamais les derniers en matière d'innovation.

Une petite révolution qui va bousculer nos certitudes en matière de protection solaire.

Vous pensiez que les écrans solaires perdaient une partie de leur protection après une baignade ? Vous n'aviez pas tort. MAIS. Aujourd'hui... Plus tout à fait raison non plus !

Croyez-le ou non, Shiseido a réussi à développer une nouvelle technologie, "WetForce", qui AUGMENTE la valeur du SPF au contact de l’eau.



Les formules de leurs écrans sont enrichies avec des capteurs ioniques qui se lient aux minéraux contenus dans l’eau de baignade, douce ou de mer, ... et même la sueur (#GlamourToujours) pour créer une barrière hydrophobe (c'est à dire qui repousse l'eau, donc la possibilité de diluer le produit) et augmenter le niveau de protection UV.



Les zexplications en images :




J'avoue que je n'ai pas tout compris, parce qu'il y a aussi des ions négatifs dans l'eau qui n’apparaissent pas dans leur schéma simplifié, mais bon, je leur fais confiance.

Je trouve cette approche vraiment marrante : on se sert des éléments minéraux contenus dans la "méchante" eau qui dilue habituellement les crèmes solaires pour éviter que cette même eau ne les dilue. Un vrai délire de scientifique, ce truc. J'imagine bien des Japonais en blouse blanche se dire "Tiens, et si on détournait ce que contient naturellement l'eau pour détourner l'eau de nos formules ?".

Évidemment, tout cela a été testé et en gros, votre crème solaire se prendra 10% de SPF en plus après baignade ou sudation. Sauf si vous restez des plombes dans l'eau, bien sûr.

Et je ne résiste pas à l'envie de vous mettre cette petite vidéo explicative (en anglais) avec démonstration poétique de l'augmentation du SPF dans un esprit 100% japonais !
 

Vous pouvez trouver ces nouveaux solaires chez Sephora, entre 33,90 et 39,90€.

Vous avez repéré d'autres super innovations solaires cette année, vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 4 juillet 2015

LA PETITE ASTUCE ANTI-BRILLANCES SPECIALE CANICULE

Quand il fait vraiment vraiment chaud comme ces derniers jours, et que - soyons honnête - on transpire tous du visage, les solutions habituelles pour le matage des brillances liées aux excès de sébum ne sont souvent pas assez efficaces.

Trop de poudre libre vous plâtre le teint, le fige, et - ça m'est arrivé cette semaine - les pigments peuvent s'accumuler et faire de jolies plaques beiges.

Les papiers matifiants se font vite déborder, il faudrait vider la boîte pour tout éponger.

La "roulette coréenne" roule sans vraiment rien absorber.

Les bases de teint ou blurs siliconés étouffent l'épiderme et le font encore plus suer.

La meilleure solution que j'ai trouvée ? 



Elle est transparente, toute douce, absorbante mais non desséchante... Elle ne se voit pas, elle est adaptée à toutes les carnations (sauf peut-être si on en met beaucoup beaucoup sur une peau très foncée ?) (edit : on me dit en commentaire qu'effectivement ça ne convient pas à toutes les carnations, même si elle a l'air totalement transparente sur la mienne !). On peut l'appliquer par-dessus un fond de teint ou seule pour un effet ultra-naturel (Messieurs, c'est pour vous). Elle unifie tout en subtilité. Elle donne de la luminosité. Bref, elle a tout bon.

Son prix : 31€ (oui mais c'est du MUFE, quoi !).


Je l'applique avec un pinceau type Kabuki - ici un ELF qui est très bien et ne coûte que 6€ (ça compense).

C'est quoi votre truc anti-brillances, vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !