mardi 14 février 2012

TIMOTEI AUSSI SE LANCE DANS LE BIO.......



Après Ushuaïa, Mixa, Diadermine, Garnier (... à vous de compléter), une nouvelle gamme Bio issue d'une marque pas du tout écologique est arrivée dans nos linéaires de grandes surfaces il a quelques semaines : Timotei Organic Delight.

« Fidèle à l’histoire et aux racines de Timotei, mais fraîche, moderne et originale, la ligne Timotei Organic Delight porte le naturel un cran plus haut. » explique Kim Duchayssoy, Senior Marketing Manager, d'après Premium Beauty News.

Rappelons que Timotei est une marque du géant "lessivier" américain Unilever (Skip, Omo, Cif, Cajoline, Axe, Dove, Rexona...) dont la philosophie me semblait personnellement plutôt être de conquérir le monde à base de produits chimiques non écologiques à bas coût de revient.

Le point positif de toutes ces grandes marques qui se lancent dans Bio, c'est que ça le démocratise, c'est moins cher (économies d'échelle) et que tout le monde ou presque peut du coup acheter des produits écologiques.

Par contre.... Comme disait Caroline Wachsmuth de Doux Me quand je l'avais interviewée à ce sujet ici : "Quelque part, c’est bien pour l’avenir car ils ont des moyens de communication énormes et cela va permettre d’éduquer les consommateurs, d’élever les consciences. Mais cela signifie aussi la mort programmée des petites marques Bio. Il n’y aura pas assez de cultures Bio pour satisfaire tout le monde. Les ressources vont s’appauvrir, et qui croyez-vous que le fournisseur d’eau d’oranger Bio va privilégier : la petite marque et sa petite commande, ou le grand groupe ? Il faudrait un véritable changement politique pour qu’il y ait de plus en plus de cultures Bio sur la Planète."

Et puis bon, faut se leurrer, hein, c'est une démarche 100% commerciale ici.

Ça vous inspire quoi, vous, cette énième gamme Bio chez une marque pas du tout Bio dans ses origines et sa philosophie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

30 commentaires:

  1. J'avoue que je n'aurais pas autant confiance en ce bio que Melvita et autre mais avec mon petit budget d'étudiante, c'est quan dmême très tentant au niveau des prix. /: Mais dans l'idéal j'essaye d'alternet 2 shampoings, 1 plus chère (type phyto, parce que le vraiment bio j'ai du mal) et un moins chère et ceux de cette gamme pourraient me tenter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Côté shampooings, oui, le Bio n'est pas (encore) souvent terrible...
      Phyto, c'est top, et oui, tu peux tenter d'alterner entre un shampooing Bio de GMS et Phyto, pourquoi pas ?

      Supprimer
  2. Idem je ne suis pas très convaincue du côté" bio" de ce type de marque je me dis que si ça se trouve ils mettent des ingrédient mauvais par ailleurs type parabens sous couvert d'utiliser des extrait bio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les produits certifiés Bio, les parabènes sont interdits, donc pas de "risque" de ce côté là si tu te méfies des parabènes.
      D'une manière générale, cette gamme est CERTIFIEE, donc pas d'ingrédients trop sujets à polémique à l'intérieur.

      Supprimer
  3. Ce qui me gêne c'est que contrairement aux marques bio, c'est une démarche commerciale faite pour garder captive leur clientèle: "on fait du bio aussi, alors pourquoi iriez-vous ailleurs?" Par principe, j'achèterais plutôt des marques purement bio car je partage les craintes de CW de DouxMe, ces grands groupes vont écraser les petites marques bio si on ne les soutient pas!..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça, pour garder une clientèle (et en recruter une nouvelle). C'est le même principe pour les "sans parabènes" : comme je l'expliquais l'autre jour, la plupart des marques les ont enlevés non pas parce qu'elles pensaient qu'ils étaient dangereux, mais plutôt pour ne pas perdre de clients et en recruter d'autres. Argument commercial.
      Et la remarque de Caroline fait réfléchir, c'est sûr.......

      Supprimer
  4. De toute façon le "vrai consommateur bio" n'achète pas ce genre de produits. Je ne suis d'ailleurs pas sûre que ces gammes bio de Timotei ou autre marque de GMS soient réellement rentables!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est sûr ! Le conso Bio convaincu va aller acheter du Weleda ou du Dr Hauschka chez Biocoop !

      Ton interrogation sur la rentabilité est une très bonne question. Il y a 3 ans, j'avais interrogé le DG d'une marque de GMS qui s'était aussi lancée dans le BIO (je ne peux pas dire laquelle, mais c'est une connue), il me disait que le fait de communiquer sur leur gamme Bio avait boosté les ventes de leur gamme non Bio (parce que le Bio restait + cher et que les consommateurs de GMS sont très à cheval sur les prix), du coup, la gamme Bio ne se vendait pas hyper bien mais ça avait fait beaucoup de bien à l'autre gamme et à l'image de maque en général (= confusion positive). Par contre, les comportements vis à vis du Bio évoluent très vite, donc je ne sais pas si depuis leur gamme Bio est devenue vraiment rentable, c'est possible.

      Supprimer
  5. Moi, ce que ça m'inspire, c'est que si c'est un énième shampooing bio qui me fait des cheveux de poney (rêches et/ou malodorants), je continuerai à prendre du pas bio...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon avis, il y a des chances que ce soit le cas ! ;)
      Si tu veux une bonne gamme capillaire Bio pas trop chère et qui ne donne pas des cheveux de paille, essaye LAVERA la gamme à la rose (7€ le shampooing je crois).

      Supprimer
  6. ca m'inspire quoi... euuuh.. Stratégie et gain de parts de marché =P

    RépondreSupprimer
  7. je ne suis absolument pas sensible aux sirènes de ces produits "bio" ... c'est plutôt un beau cas d'école pour étudiants en marketing ! je suis d'accord avec Cath, le "vrai consommateur bio" n'achète pas ce genre de produits. Aujourd'hui on applique la mention BIO pour tout et n'importe quoi... ce qui en décrédibilise l'impact à mon sens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord et c'est bien dommage pour les marques qui ont une démarche sincère sur le sujet et qui peuvent être mises dans le même panier...

      Supprimer
  8. Personnellement, ça m'embête aussi pour le côté commercial, le côté "on surfe sur la mode" au détriment de marques plus confidentielles mais plus engagées... A terme, il est inévitable que, comme tu le dis, ces grosses marques écrasent les petites, qui ont fait tous les efforts d'innovation, d'éducation... et c'est super dommage.
    Par ailleurs, souvent, ces marques se contentent de mettre le minimum de bio requis pour avoir la certification, si ne me trompe pas (je ne suis pas une maniaque du bio, mais j'ai une copine qui vérifie systématiquement le pourcentage de bio dans ce qu'elle achète et en effet, quand j'ai jeté un oeil, j'ai eu l'impression que les marques qui commercialisent du bio pour la mode font le minimum syndical...).
    Donc au final, je me dis que oui, on a la certification bio dans du timotei / monoprix / garnier BIO mais on n'a pas la volonté de faire un bon produit, avec le max de bio et d'ingrédients "nobles" et efficaces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce sont deux approches différentes pour deux cibles avec des exigences très différentes.

      FYI, un shampooing ou un gel douche sont composés de 95% d'eau env, donc on ne peut pas avoir là-dedans de % élevé de Bio (ils y arrivent en mettant des eaux florales bio mais je crois que ce n'est pas terrible pour la stabilité de la formule, ils sont obligés de couper avec de l'eau classique).

      Supprimer
  9. A mon avis le "vrai consommateur bio" militant existe toujours mais est de moins en moins majoritaire vs les "vrais consommateurs normaux" qui prennent progressivement conscience des bienfaits du bio mais ne sont pas prêts à renoncer à la sensorialité (textures, odeurs, et même packagings...) de leurs grandes marques habituelles.

    Grandes marques qui l'ont bien compris et peuvent se permettre financièrement de développer de subtiles formules de bio qui sent bon (ou moins mauvais, c'est déjà ça, même s'il y a des exceptions), tout en proposant des prix défiant toute concurrence, en assumant complètement de renoncer au "vrai consommateur bio".

    Par ailleurs, les grandes marques sont aussi les plus surveillées et les logos BIO certifiés ne sont pas de logos qui s'achètent mais qui se méritent, et ce pour tout le monde. Les grandes marques sont aussi celles qui ont le plus de moyens pour vérifier l'innocuité/l'efficacité de leurs produits.

    Quant au fait que ça leur fasse gagner des consommateurs et des parts de marché, c'est le but de toute marque, même la plus petite et la plus bio.

    Enfin, si les produits bio grand public se développent, les agriculteurs/producteurs vont vite se rendre compte de la manne possible et réagir en développant leurs productions bio pour pouvoir satisfaire tout le monde dont les petites marques.

    Bref, je suis 100% POUR les lignes BIO de grandes marques, je ne vois pas pourquoi le bio devrait rester pour les seuls "connaisseurs" jaloux de leur "savoir" et de leur vraie "culture", "philosophie" bio.

    Disons que je suis pour le bio en supermarché comme je suis pour l'art dans la rue, je ne vois pas pourquoi il resterait réservé à une élite plus "éduquée", tout le monde a le droit d'en profiter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les grandes marques qui se mettent au Bio et les marques bio depuis toujours ont effectivement 2 approches / 2 cibles différentes (j'en avais touché un mot ici http://demaquillages.blogspot.com/2011/11/un-cosmetique-bio-efficace-cest.html).

      Je vais par contre te contredire sur la vérification de l'innocuité des produits : ce sont les mêmes règles (même législation européenne) pour tous, grandes ou petite marques, produits distribués en pharmacie ou chez Leader Price. La différence de moyens peut se traduire sur le nombre d'études d’efficacité réalisées, mais en aucun cas sur la sécurité des cosmétique (ce n'est pas ce qui coûte le plus cher, en plus).

      Concernant ta remarque sur les logos qui ne s'achètent pas, je suppose que ça fera sourire les pro bio "authentiques", il y a quelques polémique à ce sujet sur l'indépendance des Ecocert et autres Qualité France. Personnellement, je n'ai pas d'avis, je ne maîtrise pas assez le sujet.

      Et je ne suis pas certaine que les agriculteurs vont réagir comme tu le dis en développant plus de bio, je pense que c'est beaucoup plus compliqué que ça en a l'air mais encore une fois, sur ce sujet précis, je manque d'informations donc je m'abstiendrai de tout avis tranché.

      Dernière chose : je partage ton avis sur la démocratisation du Bio, l’accessibilité à toutes les bourses et l'éducation. Mais c'est le seul point positif que je vois à l'émergence de ces gammes Bio chez les "grandes marques", car il ne faut pas oublier les conséquences pas toujours positives pour les marques alternatives, les pionnières, celles qui ont des vraies valeurs écologiques, celles qui ont osé, celles que les grandes marques ont copié des années plus tard car elles n'auraient jamais risqué de se lancer dans du Bio avant d'être sûres que ça pouvait être rentable.

      Supprimer
  10. Il est évident qu'il n'y pas d'éthique bio de la part de ces marques, mais uniquement une démarche commerciale. Ca veut dire pas de politique globale concernant la réduction des déchets et des emballages, pas d'usine conçue "développement durable"...bref du bio pas cher mais qui ne vaut pas plus !
    Ceci étant dit, ça contribue malgré tout à démocratiser ce type de produits en les faisant apparaître dans les circuits de distribution classique. Alors, bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, ya du pour et du contre !

      Pour info, contrairement à ce qu'on pourrait croire, les grands groupes comme l'Oréal ont parfois une démarche développement durable assez importante, notamment sur la gestion des déchets, les économies d'énergie dans les usines, etc, mais ne communiquent pas forcément dessus. :)

      Supprimer
  11. on m'a dit un jour lors d'une interview que dans dix ans, la cosmétique bio serait la norme... c'était déjà il y a quelques années donc ça arrive! je trouve ça encourageant aussi de se dire que la cosmétique va devenir "propre", dommage pour les petites marques mais elles auront été pionnières et garderont toujours une petite clientèle fidéliser... Il faut évoluer, ça c'est sûr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dirais plutôt (et j'observe déjà) qu'on va tendre vers une cosmétique "raisonnée" plus que 100% Bio, cad avec un max d'ingrédients naturels, moins de matières premières "louches" mais sans se passer des avancées scientifiques qui permettent d'avoir des résultats que le Bio ne permet pas encore, notamment sur la sensorialité des produits (texturants, parfums...)

      Supprimer
  12. Je pense qu'il y a bio et bio. Les teneurs en principes actifs ne seront pas les mêmes très certainement, c'est généralement ce qui différencie les produits de qualité des autres. Et le choix de produits bio correspond à une façon de vivre qui ne consiste pas à acheter des produits fabriqués loin et avec une "éthique industrielle poussée".

    RépondreSupprimer
  13. Tous les shampooings bio ne se valent pas c'est comme pour les crèmes. L'avantage du bio c'est qu'il n'y a pas de paraben et surtout de silicone qui n'est pas bon pour les cheveux. Mon shampooing préféré c'est Phyto...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bon, les parabènes et les silicones sont moins mauvais que ce qu'on essaye de nous faire croire ;)

      cf par ex http://demaquillages.blogspot.com/2012/01/marre-de-lanxiogenisme-anti-cosmetique.html et http://demaquillages.blogspot.com/2010/11/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu_10.html

      Supprimer
  14. Ton article fait désormais parti de la sélection de Share the Paper de Dimanche.

    RépondreSupprimer
  15. Bof, ça m'inspire pas grand chose, si la marque se met au bio si tard, c'est simplement pour atteindre d'autres parts de marché, faut pas prendre le client pour un pigeon ! ^^

    RépondreSupprimer
  16. Une énième gamme d'une marque de GMS qui est certifiée et communique là dessus... voilà ce que ça m'inspire. Pas de valeur ajoutée par rapport à Mixa et consorts, juste une gamme dans l'air du temps. C'est certainement bon pour l'image de Timotei (qui va peut-être dynamiser les ventes de sa gamme conventionnelle) mais il faut replacer ça dans une tendance 2012 moins favorable au bio que les années précédentes : maintenant c'est seulement le panier des consommateurs convaincus qui augmente... Qui achètera Timotei Organic Delight ?
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/02/14/le-marche-du-bio-explose-mais-le-nombre-de-consommateurs-recule_1643337_3244.html#xtor=AL-32280258

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info sur le recul du Bio, je ne savais pas ! :)

      Supprimer