mercredi 22 octobre 2014

L'INCONGRUITE DU VERNIS "ANTI-VIOL"

(j'aime bien ce mot, "incongruité" --- vas-y, répête-le 5 fois rapidement sans oublier le son "u", tu verras, c'est presque impossible)

Vous en avez peut-être entendu parler cet été (pendant mes 2 mois de vacances, huhu) : des étudiants d'une université de Caroline du Nord auraient mis au point un vernis à ongles qui change de couleur au contact de molécules comme le GHB (la fameuse "drogue du violeur" versée à votre insu dans votre verre), le Xanax ou le Rohypnol (elles aussi parfois utilisées dans ce but).


Le principe est simple : "N'importe quelle femme pourra discrètement s'assurer de sa sécurité en plongeant simplement son doigt dans sa boisson. Si son vernis change de couleur, elle saura qu'il y a un problème". 

(chouette)


La société "Undercover Colors" est déjà créée, elle n'attend plus que vos sous pour financer le lancement du fameux vernis.

Bon.

Je ne reviendrai pas sur la polémique qu'a engendrée cette nouvelle (d'après les activistes de la cause féministe, ce serait ici encore aux femmes de se prémunir contre les risques d'agression alors qu'il serait quand même mieux de s'attaquer aux causes, c'est à dire au comportement des violeurs).
 
Moi, cosméto-experte et vernis-addict, la question que je me suis (forcément) spontanément posée en lisant ça, c'est :

... Mais pourquoi du vernis ?? 

Pourquoi pas une touillette ou une paille recouvertes de ces mêmes pigments, ou un liseret de ces pigments à l'intérieur d'un verre ? Par exemple. Ou autre chose, c'est facile avec tous ces objets publicitaires que l'on peut trouver dans les bars.

Mais du vernis ?? Parce qu'on est des filles donc on met du vernis ? Ou que les filles attirant les violeurs mettent forcément du vernis ? Je trouve ça hyper sexiste comme idée. Et puis vous voyez, vous, en train de mettre votre doigt sale dans votre verre ? Ou votre main entière, s'il ne reste qu'un fond de boisson ? Et puis les victimes masculines, on en parle ? Ils doivent mettre du vernis aussi ?

Et puis surtout je trouve tout cela très anxiogène. Personnellement, je ne me dis jamais que ce soir je risque de me faire violer. Et heureusement, sinon je ne vivrai plus sereinement. Même si ça peut arriver, bien sûr, et je connais une fille qui a failli y passer justement après avoir été droguée à son insu.

Je trouve enfin cela complètement
inutile. Je ne suis pas sûre que si ce vernis sort, il sauvera beaucoup de femmes. Je suis même sûre que non. Et je suis sûre que ça ne sera qu'une dépense supplémentaire pour rien chez certaines femmes particulièrement angoissées et le fait d'avoir les ongles recouverts de ce vernis ne réduira pas leur stress, bien au contraire. De toutes façons, la meilleure façon de ne pas se faire piéger c'est de ne pas quitter son verre des yeux, non ?

Enfin bref.

On ferait n'importe quoi pour vendre. Même du vernis anti-viol.

(bon, je précise qu'il est à mon avis très probable que ces étudiants aient eu cette idée de vernis anti-viol avec une vision très naïve des choses, sans réfléchir aux implications et conséquences... ma conclusion peut sembler un peu cash, pardon ;))

Rendez-vous sur Hellocoton !

26 commentaires:

  1. Réponses
    1. Oui parce que spontanément, on a tendance à se dire que c'est une bonne idée.

      Supprimer
  2. ça m'a paru un peu bizarre aussi. Parce que même si on gardes les yeux sur son verre, il peut y avoir aussi des gens qui t'offrent un verre. Mais si tu ne leur fait pas confiance, ben tu bois pas, je ne vois pas qq'un tester son verre (avec du vernis ou autre dans les faits) s'il a un doute.
    Bon après je ne suis pas du tout dans la cible donc je n'y ai pas trop réfléchi en fait mais c'est vrai que c'est super mal pensé. Et le pire c'est que si tu dis qqchose, les gens vont te dire "oh vous êtes jamais contente les filles, on pense à vous !".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout cela est un peu confusant...
      Après, pourquoi pas un détecteur de GHB et compagnie, l'intention est louable, mais à mon avis dans ce cas fourni par le bar (c'est moins anxiogène et moins culpabilisant - imagine "oh je me suis fait violée, mais c'est un peu ma faute, j'avais pas mis mon vernis détecteur de GHB"), et surtout pas du vernis, c'est une fausse bonne idée.

      Supprimer
  3. Tu as tout à fait raison, puis bon je n'ose imaginé le prix du vernis ! Je ne pense pas que toutes les femmes vont se ruer pour acheter le vernis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce côté commercial sur le dos d'une peur ça me gêne toujours. C'est comme ceux qui surfent sur la "toxicité" supposée cdes cosmétiques, ok pour qu'on fasse attention mais parfois c'est too much et (avis objetcif d'une professionnelle) pas toujours réellement justifié - donc très "commercial" en réalité (cf. http://demaquillages.blogspot.fr/2012/01/marre-de-lanxiogenisme-anti-cosmetique.html)

      Supprimer
  4. D'autres idées farfelues vont peut-être germer dans les cerveaux d'ici quelques années... c'est dingue quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr, et il est fort possible qu'au départ celle-ci ait été une idée "louable", pas forcément à visée commerciale pure en se disant qu'on va surfer sur cette peur du viol, juste une fausse bonne idée naïve d’étudiant, quoi.

      Supprimer
  5. Tiens c'est drôle, en lisant le titre j'étais pas vraiment d'accord avec toi (je ne m'étais pas vraiment penchée sur la question à vrai dire), je trouvais ça bien et novateur. Mais finalement, tu as plutôt raison...
    Je pense que ces étudiants n'avaient pas pensé à tout ce côté-là, ils avaient peut-être pour simple vocation de protéger les femmes. Ou peut-être suis-je utopiste ?

    En tous cas merci pour ton point de vue, ça m'a donné à réfléchir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu sais, moi aussi ma toute première impression en entendant parler de ça, c'était "tiens, c'est intéressant ce truc". Finalement, c'est en commençant à écrire le post - et donc en réfléchissant un peu, en "me projetant en situation", que j'en suis arrivée à la conclusion qu'ils étaient soit complètement à côté de la plaque (ce qui est probable, ce côté "utopiste" dont tu parles :)), soit qu'il y avait une dimension commerciale un peu trop cynique à mon goût (ce que je ne pense pas, en réalité, enfin je n'espère pas !).

      Supprimer
  6. C'est quand même un peu bizarre comme concept

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très. Probablement que ces étudiants n'ont pas assez réfléchi à la réalité tordue de cette proposition...

      Supprimer
  7. Ton article est très intéressant, ton point de vue ne m'était pas venu à l'esprit.
    Moi je vois ça comme quelque chose de discret et pratique, qui s'adapte à notre vie actuelle. Cela nous permet en un clin d'oeil, sans froisser ou attirer l'attention des personnes autour de nous, de tester son verre.

    Effectivement le choix du support vernis peut être discuté par rapport aux hommes. Mais qui nous dit que ce n'est pas qu'un début et que cette réaction chimique pourrait être ensuite déployée sur d'autres supports?

    Je trouve qu'on montre un peu vite les crocs du féminisme et qu'on oublie que ce projet est mené par des étudiants, plutôt responsables et inventifs vu leur initiative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, le choix du vernis m'interpelle parce que je trouve ça très cliché (je rejoins un peu les féministes sur ce point - pourquoi ne pas avoir pensé à d'autres supports, franchement ?), mais le fond du problème finalement, ce qui me dérange le plus, c'est le côté anxiogène, on vit vraiment dans une société qui exacerbe de plus en plus les peur les plus irrationnelles - je dis ça parque je suis persuadée que ce genre de vernis n'éviterait pas les viols, en tous cas pas de manière significative, et à ceux qui diraient "oui mais éviter déjà un seul viol c'est déjà bien", oui, je suis d'accord, mais parallèlement faire peur à plein de femmes qui mettraient ce vernis et ne se feraient pourtant pas violer avec ou sans vernis... alors que le plus simple serait de penser à surveiller son verre... Enfin je sais pas... Et comme je le disais plus haut en commentaire, il est probable que ces étudiants aient eu cette idée de manière assez naïve, oui.

      Supprimer
  8. Alors c'est marrant, parce que je me suis dit exactement la même chose que toi en ce qui concerne le support du produit, à savoir le vernis !
    Je bosse dans la santé, il est inconcevable que je porte du vernis au travail (question d'hygiène).
    De même, je n'ai pas pour principe de tremper mes doigts dans un verre, mais pourquoi pas :p

    En règle générale, j'approuve ce genre de projet ne serait-ce que parce que ça véhicule les messages -basiques mais manifestement faut le répéter- type "le viol c'est mal".

    En revanche, les féministes montent un peu vite au créneau, et même si effectivement, ça ne devrait pas être aux femmes de se prémunir contre les viols, je préfère ce genre d'initiative à l'attente d'une modification des mentalités des violeurs ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le support est vraiment très mal choisi.
      L'initiative est intéressante, oui. Car pour la modification des mentalités de violeurs, c'est pas demain la veille qu'on trouvera une solution, effectivement.

      Supprimer
  9. Comme toi je préférerais que le réactif soit sur la touillette, la paille ou même le petit parasol chinois. Depuis quand on doit tremper un doigt dans son verre avant de boire ?
    Ce n'est ni élégant, ni hygiénique, il va falloir changer les règles de savoir vivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de bon sens, que diable !!! ^^

      Supprimer
  10. Héhé j'ai effacé mon commentaire au lieu de le publier ^^
    Je disais donc : merci d'avoir exprimé ma pensée. Déjà c'est pas propre de tremper son doigt dans son verre, surtout en boîte. Du coup même si aucune drogue ne s'y trouvait tu vas boire avec délectation des bactéries en tout genre...
    Ensuite oui, il y a des victimes masculines de viol, auxquelles on ne pense au bas mot jamais.
    Et surtout, on va se préparer entre copines pour sortir, choisir nos vêtements avec soin et notre vernis anti-viol pour aller avec. Super soirée qui s'annonce, on se prépare à l'éventualité d'un viol...
    Mais franchement tu devrais lancer l'idée de la touillette, je suis sûre que ça a de l'avenir pour le coup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore comment tu mets en scène le côté hyper-anxiogène, c'est vraiment ça...
      Bon je vais déposer l'idée de la touillette, je crois :p.

      Supprimer
  11. Et bien pour ma part je trouve quand même que l'idée est chouette, d'autant que c'est pratique l'idée du vernis. C'est discret contrairement à une touillette.
    Je vois bien la scène: le "violeur" qui t'offre un verre avec du GHB (ou un nouveau truc à la mode) et hop discrètement on glisse un bout de doigts dedans.

    Après certes ce n'est pas à nous de nous prémunir de ça, et il faudrait attaquer la source, mais on m'a toujours appris que mieux vaut prévenir que guérir.

    Sinon je suis d'accord avec Marmotte au sujet des féministes, je trouve que ces femmes on complètement casser l'idée de qu'on pouvait être en tant que féministes. Au lieu de dénoncer ce genre d'action qui essaie quand même d'aider les femmes, elles devraient s'attaquer à des causes plus profonde pour se faire appeler ainsi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi l'idée intéressante mais quand même très anxiogène par rapport au peu de résultats qu'elle apporterait. Prenons nos responsabilités sans être parano, ne quittons pas nos verres des yeux !

      Supprimer
  12. Ouais, c'est vrai ça, pourquoi ne pas mettre ce genre de pigments au fond de verres qui sont proposées en boîte de nuit etc... ?! Et puis, même si je trouves l'idée sympa en somme, je me vois mal tremper mon doigt dans ma margarita :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est une fausse bonne idée, je crois qu'on est toutes d'accord sur ce point même si les points de vue divergent un peu sur les détails !

      Supprimer
  13. La découverte est intéressante, mais je me pose la même question: pourquoi du vernis?? En tout cas, ça ne me fait pas rêver d'avoir une collection de vernis anti-viol. De plus je n'aurai jamais l'idée - ni l'envie - de tremper mon doigt dans mon verre. Bref, non, je ne comprends pas.

    RépondreSupprimer