mardi 10 février 2009

BOLLYWOOD BEAUTY



Il y a quelques semaines, j’étais en Inde. Evidemment, je me suis intéressée aux habitudes cosmétiques des habitants de ce sous-continent. Avec un angle de vue relativement limité car je ne suis pas entrée dans les points de vente sélectifs mais dans des endroits plutôt populaires, épiceries ou « kiosques » de rue. Je n’ai pas côtoyé de milliardaires mais des gens modestes, ruraux et peu occidentalisés. Et je suis restée dans une seule région, le Maharastra, au sud de Bombay…

Quelques données sur le marché

L’Inde, pays émergent, 1,2 milliards d’habitants, sera la 3ème puissance mondiale à l’horion 2030. L’urbanisation, l’augmentation du niveau de vie, le boum des média et la tertiairisation contribuent à pousser le marché de l’hygiène et la beauté vers le haut. Le souci de l’apparence, déjà très important traditionnellement, devient essentiel – en tous cas pour ceux qui peuvent se le permettre. Chaque Indienne, même modeste, possède de véritables collections de rouges à lèvres, vernis pailletés, bindies et autres bijoux en toc. Les ventes de maquillage ont progressé de +28% en 2007. Le nerf de la guerre restant le marché des blanchissants, principale préoccupation des populations asiatiques, qui représente 40% du marché.

Les grands groupes de la beauté sont donc évidemment tous à l’affût. Ils sont partout : Garnier, Ponds, Dove, Vichy, YSL, The Body Shop… Les mêmes marques que chez nous. L’Oréal se frotte déjà les mains : + 40% de ventes en 2006. Ce n’est que le début…

Malgré l’omniprésence de ces groupes internationaux, les traditions locales résistent. Les grandes marques indiennes (Lotus Herbals, Aroma Magic, Dabur India) s’inspirent toutes de l’Ayurveda et de l’aromathérapie. Et la plupart des femmes qui n’ont pas les moyens de s’offrir de tels produits vont chercher dans la nature ce qui les rendra plus belles : huiles végétales pour nourrir les cheveux et le corps, plantes ayurvédiques cicatrisantes, blanchissantes ou drainantes... J’ai eu la chance, lors d’une balade en forêt dans la région de Pune, de partager la connaissance des habitants sur les plantes locales. Passionnant !

Des produits adaptés aux portefeuilles locaux… et à mes besoins perso !

Pour un Indien moyen, s’acheter les produits d’hygiène de base (savon, shampooing) s’avère parfois difficile, alors investir dans une crème de jour ou un exfoliant, n’y pensons même pas… La parade des marques de beauté : les sachets unidose. Ils ressemblent à s’y méprendre aux échantillons gratuits de nos magazines féminins et il y en a à tous les coins de rue, en grappes de 10 ou 20, suspendus au plafond des petits commerces : soin anti-âge, huile de coco, après-shampooing, gommage… Leur prix : 2 roupies, soit 3 centimes d’euros ! Un investissement plaisir que s’autorisent de temps à autres les indiennes.

Pour l’occidentale globe-trotteuse que je suis, ces sachets sont une véritable bénédiction. Hyper pratiques pour voyager (pas besoin d’emporter de gros flacons, et il y a même des sachets d’Ariel ou de Nespresso). Très bon marché : 10 ml d’après-shampooing Fructis à 2 rps = pour l’équivalent d’un flacon de 250 ml, 50 rps ou 0,75 €. Bref, je regrette juste de ne pas avoir pu en faire de plus grosses provisions !!!

http://www.lotusherbal.com/
http://www.dabur.com/
* Sources : Euromonitor, L’Oreal



Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire