dimanche 12 avril 2009

DEODORANTS : FIN DE LA POLEMIQUE SUR LES SELS D’ALUMINIUM ?



EDIT janvier 2012 : des études toutes récentes apparemment un peu plus sérieuses que les précédentes relancent le doute sur l'implication des sels d'aluminium dans la "favorisation" du cancer du sein, sans toutefois les impliquer de manière définitive : à lire ici.

12/04/2009 :

 
Il y a un mois, un billet de beauté-blog avait retenu mon attention. Il s’agissait de l’interview d’un responsable scientifique d’Unilever* au sujet du dernier déodorant Dove Hair Minimising. Ce monsieur affirmait que la polémique sur les sels d’aluminium contenus dans les déodorants antiperspirants serait née d’une rumeur absolument non fondée.


Pour ceux qui ne le sauraient pas, les sels d’alu sont actuellement très critiqués car ils sont soupçonnés par certains d’être cancérigènes. Évidemment, les associations de consommateurs et la blogosphère beauté, qui sont plutôt méfiants et naturo-addicts, ont relayé et amplifié l’information, à tel point que les labos sont tous en train de plancher à la substitution éventuelle de ces molécules.

Et voilà que je lis dans le Marie-Claire de ce mois-ci que oui, le lien entre sels d’aluminium et cancer du sein serait bien une intox** ! Leurs arguments, complémentaires à ceux de Unilever, me semblent plutôt convaincants. Je résume :
  • Selon M. Lefort de Unilever, cette polémique serait née de la diffusion d’un mail du Pr Casanova Larrosa, qui lui-même dément en être à l’origine (ndlr : aucune preuve de cette affirmation).
  • Elle a ensuite été confortée par plusieurs études scientifiques mais leurs méthodologies et leurs interprétations ont été très contestées par la communauté scientifique internationale.
  • Les très sérieuses (et normalement indépendantes) agences du médicament américaine (FDA) et française (AFSSAPS) se sont prononcées, après études poussées, en faveur de l’innocuité des produits cosmétiques contenant des sels d’alu.
  • On met du déodorant des deux côtés, or à peine 5 % des tumeurs du sein sont bilatérales.
  • Les hommes utilisent quasiment autant de déos que les femmes et le nombre de cancers du sein masculins reste stable, autour de 1%.
  • Selon une étude américaine, la pénétration de l’aluminium à travers la peau est seulement de 0,012%. Ils ne bouchent pas les pores, et d’ailleurs, s'ils franchissaient vraiment la barrière cutanée, ils seraient efficaces pendant des semaines ! Mais ils sont en réalité éliminés avec la sueur et le frottement des vêtements… D’où l’obligation si l’on veut rester net d’en réappliquer tous les jours !
  • Un groupe d’experts cancérologues a publié un article à ce sujet dans « Le bulletin du Cancer » de septembre dernier***. Leur verdict : « Nous avons compilé la littérature scientifique internationale et analysé le niveau de preuve des travaux les plus pertinents sur la question. Résultat : on ne peut incriminer les déodorants dans la survenue des cancers du sein. Les seules publications qui laissent planer le doute sur la responsabilité des déodorants ne répondent pas à des questions essentielles. […] L’augmentation des tumeurs résulte-t-elle de l’utilisation fréquente de déodorants ou bien d’une hyperandrogénie (cad une augmentation de la sécrétion d’hormones masculines ?). » Pour ma part, je pense qu’il y a un fort lien entre l’hyperandrogénie et l’intensité de la transpiration. Hormones mâles = + de transpiration (voir chez les hommes !). Hormones mâles = + de poils = + de transpiration (toutes les femmes ayant épilé un jour leurs aisselles le confirmeront).

A chacun maintenant de se faire sa propre opinion !


°°°

* Stephane Lefort, Responsable Scientifique Produits Hygiène/Beauté, Unilever.
** Article bien ficelé de Rica Etienne, que je me permets de recopier en partie. Marie-Claire n°681, Mai 2009. www.marieclaire.fr
*** « L’utilisation de déodorants . antiperspirants ne constitue pas un risque de cancer », de Moïse Namer et al, Bulletin du Cancer, 25/09/08.

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 commentaires:

  1. merci d'essayer de ramener à la raison certains extrémistes pour qui les cosmétiques sont la cause de tout les maux de la terre! Malheureusement, les consommateurs ne croient pas trop à "nos" étude scientifiques,comme me l'a fait remarquer un jour une consommatrice : "je ne vous crois pas (sous entendu vous les pro de la cosmétique) car vous êtes partial pour défendre votre industrie, je fais confiance à Que choisir, eux ils sont impartiaux et honnêtes" (!!!!!) j'avoue, je n'ai pas su quoi répondre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha c'est toujours le même problème... ces mêmes personnes ne croient pas les vétérinaires (dont je fais partie) quand ils leur disent que les croquettes de bonne qualité (= chères) sont meilleures pour la santé (prévention) de leur animal, mais non c'est parce qu'on veut leur vendre nos paquets (pour info je ne suis plus en clientèle, mais journaliste donc vendre des croquettes n'est pas vraiment mon gagne pain)

      Supprimer
  2. Le problème vient surtout du fait que l'on crie plus fort pour alerter que pour lever une alerte.
    => Que 60 Millions de conso alerte quand il y a risque lié à des produits qu'on se met sur le corps tous les jours (= risque exposition maximal), c'est bien.
    => Qu'ils annoncent aussi haut et fort des résultats on ne peut plus officiels (AFSSAPS et FDA), ça serait souhaitable aussi.

    Selon moi le droit d'information implique un devoir d'information, lorsqu'il y a contre expertise. Tout comme les juges ont un devoir d'instruire à charge et à décharge.
    Dommage que cette éthique journalistique soit parfois mise à mal au profit du sensationnel.

    RépondreSupprimer
  3. La FDA "très sérieuse et très indépendante" ? ha ha ha.... Et sinon, vous avez déja entendu parlez des "revolving doors" ...des lobbys et effectué une étude un tant soit peu poussée sur la Food and Drug Administration aux US ?

    RépondreSupprimer
  4. @ Anonyme :
    Tout d'abord, merci de ne pas déformer les nuances de mes écrits. :)
    Je conçois tout à fait que vous mettiez en doute l'indépendance de la FDA, et je ne suis pas la mieux placée pour avoir un avis tranché là-dessus. Pour l'AFFSAPS, l'ayant un peu côtoyée dans ma vie professionnelle, je pense que son sérieux et son indépendance ne sont pas à prouver. Mais chacun se fera son avis...
    Je ne connais pas les revolving doors : pouvez-vous nous en dire plus, puisque vous avez l'air de détenir des informations que je n'ai pas ? J'adore quand mes billets provoquent une discussion, si c'est fait en bonne intelligence (et quand on sait à qui on s'adresse, c'est encore mieux :)). Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Un petit billet lié à ce sujet, ou + exactement "comment les marques nous font croire qu'elles ne mettent pas de sels d'alu dans leurs déo alors qu'il y en a". http://1000fragrances.blogspot.com/2010/02/bourjois-laluminium-et-le-marketing-la.html

    RépondreSupprimer
  6. L'affsaps n'est pas indépendante, cf l'affaire Mediator (sommet de l'iceberg), un point c'est tout.

    RépondreSupprimer
  7. @ anonyme : L'AFSSAPS est indépendante mais constituée d'êtres humains - par définition imparfaits, parfois corruptibles, oui. L'affaire Mediator est effectivement là pour nous le rappeler. Un autre défaut de l'AFSSAPS : sa lenteur à réagir parfois.

    RépondreSupprimer
  8. La FDA et L'AFSSAPS indépendants ? Permettez-moi de loler, j'imagine que le scandale de l'aspartame et du mediator c'était pas suffisant ...

    J'ai juste une question concernant le fonctionnement des déos: Si l'aluminium ne bouche pas les pores, quel est son rôle, et pourquoi aucune alternative n'a été trouvée jusqu'à présent ?

    Personnellement, je suis sceptique concernant l'accusation des déodorants, pour la simple et bonne raison que l'on nous gave d'aluminium toute notre vie avec les vaccins forcés, l'alimentation industrielle, le matériel de cuisson et l'eau du robinet, si un cancer devait avoir lieu (ou toute autre maladie causée par l'aluminium type myofacite ou alzheimer), les probabilité qu'elles soient causées par les déodorants est infime comparée aux autres sources ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais écrit cet article avant l'histoire du Mediator, et je vous rejoins un peu là dessus : l'AFSSAPS est censée être indépendante mais constituée d'êtres humains avec leurs défauts donc forcément...
      Sur l'aspartame, rien n'est prouvé, par contre. D'après ce que j'ai entendu, les études qui ont été menées sur rongeurs correspondraient sur l'homme à l’absorption de plusieurs boîtes de comprimés par jour pendant des années. Méfions-nous de l'indépendance de l'AFSSAPS, oui, mais méfions-nous aussi des légendes urbaines relayées par des lobbies etc. ;)

      Les sels d'aluminium vont permettre de resserrer les pores sudoripares et ainsi empêcher les excès de transpiration, mais ne pas les "boucher physiquement" comme on le croit souvent. Il n'y a pas encore d'alternative aussi efficace mais les labos y travaillent... d'autant plus qu'il y a cette polémique. Il vont finir par trouver quelque chose, mais il faut être patient ! :)

      Par rapport à votre dernière remarque, il faut différencier les différences sortes d'aluminium (différentes formes chimiques), qui n'ont pas toutes les mêmes actions / toxicités. Il faut aussi regarder le mode d'emploi (je suppose par ex que la cuisson augmente la toxicité, quoique je ne puisse l'affirmer car je ne suis pas assez calée à ce sujet !) et le type d'administration (vaccins = directement dans les veines, alimentation = dans l'organisme, cosméto = sur la peau qui constitue déjà une certaine barrière naturelle). Mais à priori je rejoins votre avis : les sels d'alu de la cosméto ne sont probablement pas les plus dangereux de l'industrie aluminium.

      Supprimer
  9. "Mais ils sont en réalité éliminés avec la sueur et le frottement des vêtements… D’où l’obligation si l’on veut rester net d’en réappliquer tous les jours !"

    Et si on prenais une petite douche tous les jours au lieu d'une couche de déo en +, se serai pas mieux....?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien malheureusement pour certaines personnes (moi par exemple) qui prennent une douche par jour (voire 2 en été), au fil de la journée sans déo on pue... La douche c'est le minimum, mais ça ne suffit parfois pas!

      Supprimer
  10. L'AFSSAPS/ANSM a conclu que les sels d'aluminium sont nocifs pour la santé (effets neuro-toxiques et osseux / alzheimer et cancer des os), et recommande que le taux soit limité à 0,6% et que les anti-transpirants ne soient pas utilisés sur peau épilée ou rasée.

    Elle a saisi la Commission Européenne pour que celle-ci réglemente : "A ce stade des connaissances l’afssaps estime qu’il convient de saisir la commission européenne afin de définir les conditions d’utilisation sans risque des anti-transpirants et d’autres produits cosmétiques contenant de l’aluminium".

    Oui, les sels d'aluminium / anti-transpirants sont nocifs pour la santé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info, il faudra que je prenne le temps d'aller vérifier cela car je ne peux pas faire entièrement confiance à un "anonyme". Ce post a 4 ans, j'avais déjà mis un edit début 2012 pour relayer les doutes de l'AFSSPS, je vais le mettre en intro du post pour qu'il soit plus visible.

      Supprimer
  11. J'ai personnellement switché de KEOPS, que j'ai utilisé pendant 15 ans, à Rogé Cavaillès déodorant sans sels d'aluminium (ne pas prendre les autres produits qui sont libellés "Déo soin", et qui contiennent des sels d'aluminium).
    Le bouchon est une espèce de cône inversé et il est précisé "sans sels d'aluminium".

    RépondreSupprimer