vendredi 2 septembre 2011

PIRATES !!

[EDIT : à la demande expresse de la société Pirate Parfum, les illustrations et captures d'écran du site www.pirate-parfum.fr ont été retirées de ce billet]


Je me demande parfois dans quel monde on vit... Certains se permettent vraiment tout et n'importe quoi. Sous prétexte d'un principe de "liberté", ils copient-collent le travail des autres, profitent de la notoriété d'autrui, le tout en se revendiquant haut et fort "pirates" et fiers de l'être !!

J'ai été contactée il y a quelques jours par une petite marque de parfums, Pirate Parfum, qui se dit être "en quelque sorte un concept qui essaye de se lancer en cherchant des blogueurs pour parler d'[elle]".

Nouveau concept ? OK, ça m’intéresse !!

Je me rends sur le site de la marque pour en savoir plus sur le fameux concept :

"Trésor jalousement gardé des capitaines d’industrie devenus maîtres du marketing, le parfum est désormais libre. Cette libération, les plus grandes fragrances la doivent à une poignée de francs tireurs, réunis sous le pavillon noir de Pirates Parfums. Des aventuriers armés simplement d’une idée, d’une vision : les essences n’ont jamais eu de propriétaires.
Mis au point par les nez de Pirate-Parfum, toutes vos essences se révèlent à nouveau. Et cette libération s’opère à moindre coût. Radicale et intègre, Pirate-Parfum est la seule griffe qui peut prétendre à 95 % de produit pour 5 % de marketing. Alors que cette formule s’inverse complètement chez tous les autres.
"

Vous ne comprenez pas grand-chose ? Je vous explique plus clairement. Il s'agit en fait de copier de grands parfums et de proposer ces copies à moindre coût - un peu comme les vendeurs à la sauvette aux Puces de Clignancourt, mais en plus chic.

Dès la home page du site, on tombe sur un moteur de recherche qui permet de trouver une fragrance (très) proche de son parfum préféré.

J'ai entré, au pif, Le Mâle de Jean-Paul Gaultier, pour voir. Et voilà ce que propose Pirate Parfum.

Parfum Mykonos : "Produit concurrent composé des mêmes ingrédients principaux : Le Mâle, de JPG".

Alors, voilà.

Je comprends que ce concept puisse séduire dans cette époque anti-Hadopi / fuck the system, d'autant plus qu'il est amené avec beaucoup d'humour et un certain art marketing... mais zut, quoi !!! Quid du respect de la création artistique des nez qui ont mis au point ces grands parfums ? Quid de la valorisation de l'expérience et de l'imagination de ces parfumeurs, de ces mois passés en paillasse à enchaîner les essais pour trouver LE bon dosage ? Quid du travail de l'équipe marketing sur le concept du parfum, sa mise en valeur, sa communication ? Quid de cet argent dépensé et ce, pas que sur un parfum en particulier, mais sur la marque depuis sa création ?

Croyez-moi, je suis loin d'être ultra-capitaliste et je suis d'accord sur un point : on paye souvent beaucoup trop la publicité et le flacon, et s'il n'y avait que le jus, les parfums seraient vendus probablement bien moins cher. Mais ces parfums existeraient-ils sans la publicité et la notoriété chèrement (et honnêtement) acquise par ces Messieurs-Dames talentueux que sont/étaient Guerlain, Gaultier, Chanel et les autres ?

Le Directeur Marketing de Pirate Parfum explique en commentaire ici que "Le parfum c’est comme la cuisine au fond, la recette n’a pas de propriété intellectuelle, sa qualité provient de ses produits et de la manière dont on les assemble." Ce qui est complètement faux à mon sens, mais pas totalement faux d'un point de vue juridique, car il n'y a (c'est dingue !!) plus de droits d'auteur pour les parfumeurs depuis quelques années.

Le Directeur Marketing compare aussi ses copies à des médicaments génériques - et là, j'ai juste envie de dire qu'on ne sauve pas des vies avec du parfum.

Mais il n'y a pas que le copié-collé des jus qui pose problème.

N'est-ce pas abusif de n'exister QUE dans le sillage (ahah) de grands parfums ? De faire sa publicité et son blé uniquement sur la notoriété d'Autrui alors que l'on n'est rien, que l'on ne serait rien sans Autrui, et que Autrui a, encore une fois, travaillé énormément et avec beaucoup de talent, et dépensé des fortunes pour mettre au point son parfum et son image de marque ?

Voilà : Pirate Parfum profite (au sens financier du terme) du travail des autres. Et le revendique, en plus.

Clarisse Le Salver, une amie spécialisée en droit des marques à qui j'ai parlé de cette "affaire", m'a expliqué que la pratique de Pirate Parfum consiste en un "référencement du produit au moyen de la marque du produit original".

Cela veut dire que c'est en citant la marque du produit original, et uniquement grâce à elle, que Pirate Parfum capte le chaland. Si Pirate Parfum se contentait de donner la description du jus pour caractériser son produit à la vente (par exemple : « Famille olfactive : Oriental, Sous famille : Oriental, Fougère, Ingrédients-clé : Cannelle, Lavandin, Menthe Spearmint, Vanille »), il vendrait sans doute beaucoup moins de flacons qu’en citant la marque Le Mâle de Jean-Paul Gaultier !

Cette pratique, appelée « tableau de concordance » (on en apprend des choses, aujourd'hui, sur (dé)maquillages !), existe depuis longtemps.

Sous une forme basique, sur les marchés touristiques marocains, par exemple, ça donne ça :


Un tableau qui permet au consommateur d’associer la référence du parfum d’imitation au parfum original identifié par sa marque ("de style X").

Chez Pirate Parfums, c'est plus élaboré, mais juridiquement… C’est la même chose !

Pour info, cette pratique des tableaux de concordance a été récemment condamnée par la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE) , dans un arrêt du 18 juin 2009.

Je ne suis en aucun cas juriste ni juge, je me garderais bien de faire une comparaison stricte entre ces deux affaires et n'en tirerai aucune conclusion définitive, mais, pour finir sur mes impressions personnelles:

1/ Ce commerce me dérange, qu'il soit légal ou pas ;

2/ Je crois tout de même que les dirigeants de Parfum Pirate ont du souci à se faire, les marques sur le dos desquelles ils se font de l'argent surveillent le marché et ne devraient pas tarder à réagir.



EDIT : PS : si vous tapez "Pirate parfum" sur Google, vous tombez sur la description suivante : "Pirate-Parfum.fr. Marques de Parfums vendus à prix discount. Grande marque de parfum pour femme et pour homme moins cher toute l'Année. Parfums de marque à prix réduit."
(merci à Céline pour l'info complémentaire)


EDIT 03/04/12 : Pirate Parfums a dû supprimer le moteur de recherche de son site, qui est bien illégal. Cf. leur explication ici, puis ils ont rechangé d'avis et l'ont remis (cf ). Sinon
la description Google a été modifiée, plus de mentions aux "grandes marques" : "Comparez la senteur de votre parfum, payez la qualité et pas la publicité ! Parfum à prix discount toute l'année, parfum femme et parfum homme moins cher."

PS : société domiciliée au Luxembourg... Pour être plus difficilement attaquable ?

Merci à Clarisse Le Salver du Cabinet Louisana Conseils en Propriété Industrielle
pour son éclairage juridique !
Rendez-vous sur Hellocoton !

46 commentaires:

  1. Merci pour cet article, qui remet un peu les pendules à l'heure !
    Même la description de leur concept semble vaguement pipeauté dans le ton sur Etat Libre d'Orange... (pas sur le fonds, où on est à l'opposé, ça c'est sûr !)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord, un parfum doit beaucoup à la créativité du nez qui l'a conçu ... c'est du grand n'importe quoi tout ça.

    RépondreSupprimer
  3. J'espère bien, qu'ils ont du souci à se faire, c'est tout à fait lamentable comme pratique !

    RépondreSupprimer
  4. En bonne capitaliste, je dirai que des produits comme ça, c'est mauvais: pas de création, pas d'innovation.
    Et franchement, je trouve ça un peu "abusé" comme procédé!

    RépondreSupprimer
  5. Que dire, on arrête pas le progrès...
    C'est assez regrettable, mais aujourd'hui ce qui compte est faire de l'argent pas avoir une éthique.

    RépondreSupprimer
  6. L'eternel problème des copies et pour ma part e sont les "grands", les "vrais" qui en pâtissent le pire...
    Je suis une Sac Addict, et jamais je ne m'achèterais une copie d'un Vuitton ou d'un Balenciaga, je m'en fiche d'épater la galerie moi, je veux du beau, du vrai, de l'authentique à mon bras (idem pour les parfum). Du coup, je n'achèterais jamais de Vuitton, parce que trop de copies se balade dans le métro et que du coup, l'effet trop vu, me barbouille un peu (je sais pas si je suis très clair là?)...
    Les parfums, les chaussures, les sacs à mains ce sont des articles de luxe, des petits plus du quotidien, soit j'achète le "vrai" soit je mets de l'eau de cologne... Mais pas de clone (je pourrais dire "dupe" mais j'évite les anglicismes en ce moment, une manie rien de grave -p)

    Sinon ça va toi?

    RépondreSupprimer
  7. J'ai remarqué que certains dupes de parfum faisaient déjà leur apparition dans les parfumeries : le nouveau parfum de Mango est la réplique parfaite du Black XS de Paco Rabanne... Sauf qu'il coûte 35€ les 100ml.

    C'est scandaleux que d'autres puissent exploiter ce que des génies ont créés

    RépondreSupprimer
  8. Ce qui me sidère dans cette histoire c'est qu'il n'y ait pas de propriété des formules de parfums !! Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  9. Si j'ai bien compris on peut légalement vendre un jus semblable au Chanel 5 mais sans jamais cité ledit parfum ?
    Je ne peux pas cautionner ces contrefaçons. Pour moi un parfum ne se résume pas à un jus, il a un univers qui est lié à la marque qui l'a crée.

    RépondreSupprimer
  10. Ils m'ont contacté également j'ai répondu que ça ne m’intéresser pas, que j'avais des partenariats intéressants avec de vrais marques de parfums voici ce qu'on m'a répondu : "Nous avons des vrais parfums, mais je comprends votre "Non liberté" de parole.C'est d'ailleurs contre cela que nous nous battons."

    Voilà :)

    RépondreSupprimer
  11. J'ai reçu un mail d'eux et j'étais sciée. Ton article résume très bien la chose et je soutiens ton point de vue à 100%.
    J'étais même sidérée qu'ils assument jusqu'au nom de pirate ! (bien moins sexy qu'aux caraïbes)

    RépondreSupprimer
  12. Whaou je suis sidérée qu'ils puissent faire ça en toute impunité! C'est dingue quand même!
    PIIIRATES!

    RépondreSupprimer
  13. les pirates ^^ ils portent bien leur nom, personnellement, lorsque j'ai été contacté par la marque, je me suis dit comment choisir un parfum en ligne sans le sentir? et ensuite j'ai vu l'histoire du "Même style que..." cela m'a rappelé les copies que l'on voit dans les marchés où ils vont jusqu'à imiter les packaging.
    Toujours curieuse de tout, je vais donc les recevoir et donner mon avis, mais comme le dit Kaki c'est à chacun de voir si tu veux "le style de" ou l'original.
    A suivre

    RépondreSupprimer
  14. Super intéressant ton article. Effectivement, la première chose à laquelle j'ai pensé était que c'était un joli enrobage pour de la contrefaçon.
    Même si je suis d'accord que le marketing tient parfois une trop grande place par rapport à la réelle qualité des parfums sur l'étiquette, c'est effectivement nier le travail d'une entreprise entière, que le résultat soit bon ou pas.

    RépondreSupprimer
  15. Un point pour eux, ils ne sont pas hypocrites. Un (gros) point contre eux, étant donné qu'ils se servent de la notoriété des parfums, ils y a autant de marketing et de dépenses publicitaires derrière, c'est juste qu'ils n'en assument pas les frais.

    RépondreSupprimer
  16. @ MariJ : je me suis fait la même réflexion que toi sur Etat Libre d'Orange !!! Même ça, c'est pompé ! ;)

    @ Kaki : ça va bien, ça va bien... bravo pour ton éthique. :)

    @ thifaine : je ne savais pas, merci pour l'info.

    @ Anonyme & Milie : je laisserai Clarisse vous répondre sur ce point, je ne veux pas dire de bêtises.

    @ Givememore : nan mais il est hallucinant, lui !!!!!!

    @ Fifi : on attend ton billet, donc.

    @ Kiddoan : ah mais j'aurais voulu écrire ce que tu as écrit, c'est tellement bien résumé !! :)

    RépondreSupprimer
  17. En fouillant sur le Net, je viens de tomber sur un billet et des commentaires intéressants : http://poivrebleu.com/tag/pirate-parfum/

    Et puis j'aime cette citation d'un parfumeur, Edmond Roudnitskan, que je vous invite à lire :

    "Notre recherche, purement intellectuelle, est le fruit d’une laborieuse expérience n’ayant rien à voir avec la science ni avec l’industrie. Nous composons avec un bloc de papier et un crayon. Après avoir imaginé une forme olfactive, un thème de parfum, nous inscrivons une colonne sur notre feuille, et de mémoire (…), les noms des produits odorants qui, conjugués esthétiquement dans des proportions que nous choisissons intuitivement, nous paraissent devoir conduire à la forme olfactive que nous avons imaginée. Il n’y a dans cette démarche rien d’industriel, mais une véritable création de l’esprit » (Que-Sais-Je n°1888, ancienne édition).

    RépondreSupprimer
  18. Je ne sais pas si tu connais le blog Le critique de parfum, mais il est très intéressant, et ça rejoint la citation donc tu parles juste au-dessus.

    RépondreSupprimer
  19. Ahhh enfin un avis différent sur ce concept, je commençais à me dire que j'avais un problème car j'ai l'impression que tout le monde trouve ça super sur les blogs ! Personnellement je trouve ça un peu pitoyable de se servir du travail d'une marque pour se faire de l'argent... Et puis je rejoins l'avis de Kaki, pour moi un parfum est un luxe, un petit trésor, donc je ne vois pas trop l'intérêt d'acheter un faux... Par exemple je ne me voie pas offrir à mon copain une copie de parfum, c'est carrément moyen (et en plus les parfums sont d'assez mauvaise qualité si je me fie à un autre article que j'ai plus lire) ! Bref j'ai du mal à expliquer ça, mais en tout cas le concept ne me tente pas du tout.

    RépondreSupprimer
  20. Moi ça me fait rire, ce concept de "parfum pirate"! Je trouve ça vraiment totalement culotté, assez cynique mais quand même assez humoristique. En même temps, ils ont beau tenter de recomposer les grands parfums "haute couture" de marques, une copie ne reste au final qu'une copie, notamment car au niveau subtilité du nez, je suis persuadée qu'ils ne parviennent pas au même rendu sur le plan olfactif que les parfums originaux. Du coup, ils portent bien leurs noms: pirate parfum. C'est ce qu'on appelle une imitation. Dans le monde de la mode, zara, H&M ou bons nombres d'enseigne de ce genre, copient les modèles des grands créateurs, sans pour autant être interdit sur le marché. Car ils immitent, sans faire exactement le même modèle.Ici, c'est le même principe. Le véritable problème, dans l'histoire, ce n'est pas tant de pirater ou pas. C'est que les gens n'ont pas les moyens de s'offrir parfois un parfum rêvé de créateurs, ou une robe haute couture. Alors tout comme une modeuse au porte feuille limité ira chez zara ou H&M ou autre, une fan de parfum sans trop de moyens ira peut etre trouver son bonheur chez pirate parfum... Mais quelque part, l'ère est un peu à l'ouverture mine de rien. Personnellement je ne suis pas forcément fan des copies, mais je suis pour l'open source: il faudrait cesser la parano. Je trouve cela tout à fait normal que des composantes de parfums ne puissent pas être protégés ni mis sous le label de certains créateurs, car en effet, tout comme en cuisine, on ne peut pas mettre un copyright sur le curry, les gens n'ont pas inventé les épices. Tout comme Louboutin ne peut en aucun cas protéger la couleur rouge de sa semelle. La liberté a du bon, dans le sens où elle invite tout le monde à ne jamais s'endormir sur ses lauriers, et à creer, innover en permanence pour être toujours sur le devant de la scène. On reconnait un véritable créateur à cela.

    RépondreSupprimer
  21. @ Mimine : oui, je connais, mais je ne m'intéresse pas assez au parfum d'une manière générale pour le lire régulièrement.

    @ Juliette blog féminin : un certain nb de blogueuses m'ont dit avoir été contactées aussi et n'avoir pas donné suite pour n'avoir pas adhéré au concept. Majorité silencieuse ?

    @ Aizen : tu marques un point avec la comparaison avec le prêt à porter. Sauf que : les H&M ou Zara copient-ils vraiment les fringues vues sur les défilés ou suivent-ils bêtement comme tout le monde les tendances annoncées 2-3 ans avant par les cabinets de tendance :) ? Probablement la deuxième option, sauf succès fulgurant d'une pièce ou d'un style d'un créateur en particulier à n moment donné (et là oui, c'est un peu gênant). Mais dans tous les cas, ils ne citent jamais la marque qu'ils copient pour profiter de sa notoriété, c'est un peu plus subtil et légalement, je crois qu'on ne peut pas les attaquer, du coup ! (enfin, Clarisse confirmera ou non).

    RépondreSupprimer
  22. faire de la copie un concept "hype", fallait le faire et surtout avoir un sacré culot et pas beaucoup d'amour propre...
    désolant!

    RépondreSupprimer
  23. Quel cynisme! et ils assument 0à fond en plus...Je ne suis pas sûre que ce soit aussi légal qu'ils ont l'air de le penser avec leur toupet phénoménal!
    En tout cas, comme Kaki et quelques autres, c'est l'original pour moi, sinon rien...sans compter que ces parfums, sans doute à peine mieux que ceux des marchés, ne doivent pas être d'une qualité extraordinaire...ça ne m'amuse pas spécialement de payer la pub etc...mais je trouve complètement normal de payer sans rechigner un certain prix pour de la qualité. Leur concept s'adresse à ceux qui veulent absolument une copie sans payer le prix de l'original( pour moi aussi, une bonne vieille eau de Cologne est 100 fois mieux!)
    Je ne pense pas qu'on puisse comparer avec ce que font H et M ou Zara etc pour les vêtements, car dans leurs cas, il n'y a pas copie de qui que ce soit mais créations à partir d'idées dans l'air du temps, ce qui fait une sacrée différence, je trouve.
    Reste à savoir si ces authentiques Pirates rencontreront du succès dans leur entreprise: visiblement ils ont inondé les bloggeuses pour créer le buzz et se faire connaître dans un premier temps...L’éthique, ils savent ce que c'est, à ton avis?! :-)

    RépondreSupprimer
  24. Tant que ce n'est pas de la contre-façon je ne vois pas le problème. ça ne gêne personne d'aller voir un couturier et de lui demander de faire sur mesure un modéle de robe ou de tailleur qu'on a vu dans un magasine..
    Moi ça ne me choque pas, d'aller voir un parfumeur et de lui dire faite moi un parfum qui me correspond, j'aime bien tels ou tels parfums..

    RépondreSupprimer
  25. c'est la première fois que j'entends parler de ces pirates, merci à toi de me faire découvrir ce concept, moi je n'adhère pas aux copies et je trouve même normal que les parfums soient aussi chers entre les coûts de production, notamment le prix des fleurs exorbitants et le temps que passe le nez (parfois des années) à élaborer un parfum je trouve ça normal. C'est nettement plus facile de copier que de créer, c'est valable dans tous les domaines, et ça coûte moins cher d'où ces produits chinois qui envahissent le monde car ils ne font que copier et ils ne créent rien du tout !

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour à tous, le débat étant lancé je me permets d'y prendre part, si je ne me fait pas blacklister bien sur.

    Je vois plusieurs choses assez intéressantes ici mais aussi beaucoup d'erreurs.

    1°) Tableaux de correspondances :

    Nous ne faisons pas de tableaux de correspondances, nous faisons de la publicité comparative. Informant nos clients des ingrédients qui composent des parfums pour y opposer les notres.

    En aucun cas nous disons que nos parfums sont des parfums de marque X ou Y et qu'ils sentent la même odeur.

    2°) Citer les marques concurrentes :

    Dans une logique de comparaison il nous parait primordial d'expliquer aux consommateurs les ingrédients qui composent les parfums. Nous percevons cela comme une éducation du consommateur.


    3°) Avis sur notre site et concept :

    Nous n'avons pas pour but de plaire à tout le monde, les afficionados des marques le resteront bien sur, mais à voir les retour de clients satisfaits et les encouragements que nous recevons nous répondons à une réelle demande dans ce monde devenu si loin des réalités.

    Réalités fictives et factices payées à coûts de spots publicitaires, la marque c'est mieux, le qualité c'est nous, si vous ne portez pas telle ou telle marque bous n'êtes rien.

    La société de consommation d'aujourd'hui connait ses propres limites.

    Un Tshirt produit 1 euros et vendu 100 euros, derrière le travail d'enfants, de femmes exploités,et de personnes perdant leur santé avec des produits chimiques.

    Notre concept est ce qu'il est, mais nous avons surtout l’honnêteté de lever le voile sur une industrie qui ne représente plus de nos jours la qualité et le fait main d'autre fois.

    Alors pourquoi continuer à faire apparence ?

    NB/ Sachez que nous sommes ouvert au débat, mais si nous représentons des consommateurs pourquoi devrions nous avoir honte de notre concept.


    Quand à la créativité des nez et leur royaltees sur leur "créations", sachez aussi que c'est une société bien connue qui a elle même attaquée son nez pour ne pas devoir lui payer des droit d'oeuvre de l'esprit. Cela prouve bien le non dit, enfin c'est ce que nous pensons.

    RépondreSupprimer
  27. Pas que j'approuve particulièrement mais je me disais que ce ne sont pas réellement des contrefaçons puisque ces parfums ne reprennent pas l'emballage des vrais contrairement aux contrefaçons de sacs par exemple. Après j'ai peut-être tout faux, je ne sais pas ?!?
    Je me demandais aussi si dans les formules des parfums d'origine il n'y avait pas un co-formulant/ingrédient supplémentaire qui rend le jus si unique (comme ça arrive dans d'autres domaines), est-ce que ce n'est pas grâce à ça que ces parfums restent légitimes même s'ils s'appuient et jouent sur le fait qu'ils sont similaires aux originaux de parfumeurs ?
    Perso je n'approuve pas les contrefaçons et je rejoins les propos de kaki, mon parfum j'y suis plus que fidèle et même s'il coûte cher et que je ne me le paie pas toujours je préfère ne rien porter.

    RépondreSupprimer
  28. Attention encore une fois : "s'ils s'appuient et jouent sur le fait qu'ils sont similaires aux originaux de parfumeurs".

    Nous ne jouons pas la similarité avec les parfums de marques X ou Y; ces parfums sont ici pour éclairer le consommateur sur les familles olfactives, et sous familles olfactives qu'il affectionne.

    Et non pas pour acheter une copie d'un parfum, toute la différence avec un parfum de marché est ici d'ailleurs.

    Nous ne vendons pas des parfums de copies, mais des parfums de même famille olfactive. Aucune marque ne peut se prévaloir d'être propriétaire d'une famille olfactive. Pour revenir au commentaire en dessus citant mes propos, hors contexte d'ailleurs.

    La parfumerie est un savant mélange d'ingrédients, c'est en ce point précis que nous le comparons au monde la cuisine. Tout chef restera chef car il aura la touche subtile qui le différencie des autres chez. Mais il cuisinera souvent les même plats.

    Le bœuf bourguignon n'est pas la propriété d'un cuisinier, c'est un simple mélange d'ingrédients.


    En espérant vous éclaire sur notre concept.

    RépondreSupprimer
  29. @Aizen: on ne parle pas de protéger des composantes de parfum mais la formule d'un parfum.
    Donc ce n'est évidemment pas le curry qu'on va breveter mais l'association finale, le juste dosage entre tous les composants qui fera le parfum et donc le "chef d’œuvre" de celui qu'il l'a crée.

    RépondreSupprimer
  30. @PP: honnêtement lorsqu'on lit sur votre site 'Produit concurrent composé des mêmes ingrédients principaux' lorsqu'on fait une recherche avec un parfum "connu" ça porte à confusion, d'autant que la mention 'Produits de la même famille olfactive' n'apparaît qu'en dessous pour citer d'autres parfums de familles similaires.
    Du coup je me demande quel intérêt vous avez à justement mentionner et à vous comparer à ces autres parfums concurents, j'ai du mal à penser que ce serait uniquement dans un but désintéressé d'information du consommateur...

    RépondreSupprimer
  31. Laura pour vous répondre, aucun brevet n'est déposé pour protéger un "juste dosage entre tous les composants".

    Ce travail est considéré comme celui d'un artisan et non pas comme celui d'un créateur artistique qui peut se prévaloir d'une protection de son œuvre.

    RépondreSupprimer
  32. @Anonyme: dans le cas d'une création de parfum je trouve ça malheureusement regrettable!

    RépondreSupprimer
  33. @Jube: Regarder bien nos pages produits, celles ci décrivent les ingrédients des parfums et leurs notes. C'est en ce point précis que nous comparons les produits.

    De plus et si certains consommateurs estiment avoir reçus/lus/vus des informations ayant entrainées une erreur de compréhension nous reprenons les parfums. Je pense que notre démarche reste honnête en ce point précis.

    Expliquer un nouveau concept n'est pas toujours évident, surtout quand on est le premier et cela tout en ayant un commerce 100% online, ce qui est et restera notre modèle afin de garantir des prix bas. Une page Internet étant un support restreint nous avons essayé de donner un maximum d'informations sur les mêmes pages tout en restant clair pour le consommateur.

    RépondreSupprimer
  34. @ Claudia : non, bien sûr, il y a un manque d’éthique évident ici. Sous des prétextes de pseudo-liberté, ils ont exploité un flou juridique pour se faire de l’argent à peu de frais. Ce n’est pas un hasard à mon avis s’ils sont domiciliés au Luxembourg…

    @ Mymy : la différence, c’est que quand tu vas voir ton couturier pour faire une copie d’un vêtement, c’est toi, consommatrice, qui fait la démarche et pas l’inverse, ce n’est pas lui qui t’appâte en te disant « Je peux te faire une copie de la robe Dior portée par Machin-Chose aux Oscars ». Et ça reste à dimension artisanale. Là, on parle d’une entreprise dont le fondement EST la copie et qui a des ambitions d’un autre ordre.

    @ Beauty in the city : à propos des copies chinoises, et là c’est beaucoup plus grave, je t’invite à relire ça : http://demaquillages.blogspot.com/2011/04/faux-jumeaux.html

    @ Jube : je crois que tu as raison, ce ne sont pas des contrefaçons, mais je n’ai nulle part dit cela, c’est l’utilisation abusive des marques que je dénonce ici.

    @ Laura : right.

    RépondreSupprimer
  35. Une seule question, avez vous essayer les parfums ? J'ai passé commande et je trouve la comparaison justifiée. Après je suis loin d'être expert en juridique et autre droits pour les marques.

    Je cherche des informations sur eux d'ailleurs et c'est comme cela que j'ai trouvé votre article. Apparemment beaucoup de personnes apprécies aussi, je ne suis pas un cas isolé quand même.

    Mais je trouve votre article dur, avez vous était déçue de quelque chose en passant commande, je me demande si la qualité est présente pour toutes les références.

    RépondreSupprimer
  36. @ : SO, je viens de comprendre votre agressivité sur notre marque.

    C'est d'ailleurs votre travail, vu que vos clients ne sont autres que des marques des parfums ou qui achètent des licences de parfums.

    Sophie Strobel, dénicheuse de solutions

    Biologiste cosmétologue de formation, marketeuse de profession, Sophie évolue dans l’industrie cosmétique depuis une dizaine d’années.

    Elle a collaboré avec des entreprises innovantes dans l’univers de la beauté et de la nutrition, distribuées en sélectif, GMS, pharmacie et parapharmacie : L’Oréal Innovation, Icy Beauty, Oenobiol, Santé Beauté, Darphin.

    Maîtrisant à la fois les réalités techniques et marketing de la cosmétique, elle met son expérience et sa créativité au service des marques de beauté qui ont besoin d’un nouveau souffle pour mieux se démarquer.

    Et ce sont eux qui en parlent le mieux

    http://www.so-cosmetic.com/so-cosmetic-so-professional-references.php


    « Sophie Strobel est une denrée rare : à la fois biologiste et femme de marketing, à la fois entrepreneuse pragmatique et créative sans tabou. A croire qu’elle est bi-céphale. Elle a une capacité exceptionnelle à capter l’air du temps et à défricher les nouveaux sujets. Elle brasse et manie l’information à un rythme de robot, mais avec une intelligence et une pertinence remarquablement humaine. Elle est très précieuse pour faire émerger, soutenir et faire aboutir des projets inédits ! »
    Valérie Marendowski, Direction de l'Innovation, Métiers Capillaires & Hygiène, L'Oréal.


    Nos réponses, étaient en quelques sorte convaincre une marque au final.

    Cela vous sert aussi et peut être à justifier une relation de proximité avec vos clients.

    C'est normal au fond non.

    En tout cas, si vous souhaitez essayer nos parfums, contactez nous, ce sera avec plaisir.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  37. @ Pirate Parfum : je vous remercie de venir participer au débat, c’est tout à votre honneur, mais pardonnez-moi, je suis atterrée par tant de mauvaise foi.
    Légal ou pas, moralement, votre business me met très mal à l’aise. OK, j’avoue, je ne suis pas non plus blanche comme neige côté respect des droits d’auteur et compagnie, il m’est aussi arrivé de télécharger gratuitement des films sur Internet, par exemple. La différence est que dans ce cas, c’est un particulier qui met à la disposition d’un autre particulier ces fichiers, sans enjeu financier car personne ne se fait d’argent ou n’en dépense. Il s’agit là d’un VRAI pirate, au sens « noble » du terme. Alors que votre entreprise capitalise sur les presque-copies et la notoriété de marques installées. C’est très différent. Pirates de pacotille, oui.
    Vous vous dites « honnête ». Ayez l’honnêteté d’admettre ici que votre entreprise n’existerait pas sans les marques que vous copiez / citez. Je vous propose une chose : continuez à proposer des copies de parfums (puisque vous avez le droit, que ça nous dérange ou pas) mais supprimez la mention aux marques correspondantes – et notamment ce moteur de recherche en home page juste hal-lu-ci-nant. Misez sur la qualité (affirmée) de vos compositions et le bouche à oreilles. Et si vous arrivez à les vendre, tant mieux pour vous, personne ne vous en voudra, au contraire. Vous en ressortirez grandi.
    Au sujet de votre point 3 : non mais au secours, ne noyez pas le poisson !!! Le sujet n’est pas l’exploitation des femmes et des enfants à travers le monde ni l’utilisation de produits chimiques ! Vous vous faites défenseur de la veuve et l’orphelin, Robin des Bois du parfum, alter-mondialiste et autre juste pour détourner l’attention et zapper la malhonnêteté de votre démarche !!!!
    Ah, et vous n’êtes pas les premiers sur ce concept, la seule différence entre vos produits et ceux de Barbès ou Marrakech (outre la qualité, ce que je veux bien concevoir), c’est que les jus de ces derniers sont dans des copies de packaging de marque et que là on rentre dans le domaine juridique de la contrefaçon. Mais est-ce que éthiquement votre démarche est plus honnête que la leur ??
    Je suppose que vous avez un bon conseil juridique pour savoir à ce point maîtriser la langue de bois, insister brillamment sur la légalité de certains points comme l’absence de droit d’auteur en parfumerie tout en répondant à côté sur certains points fâcheux voire en les évinçant totalement. Mais j’espère pour vous que ce conseil a bien tout prévu… Votre démarche est risquée.
    Pour conclure, et parce que je n’ai pas envie de polémiquer indéfiniment, je redis une chose : légal ou pas, votre business est de toutes façons, à mon sens-personnel-à-moi, malhonnête.

    RépondreSupprimer
  38. J'ai pas trouvé So agressive, par contre je suis choquée que vous vous permettiez de balancer son identité et autant de détails sur sa vie pro, je suis une lectrice lambda du blog et je n'ai jamais demandé à entrer autant dans sa vie privée...

    C'est un peu minable comme procédé finalement et là aussi ça reflète bien un état d'esprit...

    RépondreSupprimer
  39. @ Aurélie ; je ne remets pas du tout en cause la qualité des produits, là n'est pas le sujet.

    @ Pirate Parfum : oui, je travaille dans la cosmétique et tout le monde ici le sait bien, ce n'est un secret pour personne, c'est le positionnement-même de ce blog ! :)
    Est-ce que ça me décrédibilise pour le coup ? Allez lire mes billets. Par ex celui qui est linké en haut à droite, sur le caviar. Vous verrez que je m'attaque souvent aux pratiques marketing de certaines marques. Je sais que mes lecteurs ont confiance en mes jugements (qu'ils les partagent ou non) et que jamais ils ne mettraient en cause mon objectivité.
    Sans rancune ! ;)

    RépondreSupprimer
  40. Très fort, le coup de la domiciliation au Luxembourg! Pour attaquer, évidemment, c'est plus difficile...par contre, pour l'évasion fiscale c'est parfait!!! Ils ont pensé à tout...
    Je partage encore une fois le point de vue de Kaki: ton article ne fait preuve d'aucune agressivité (c'est mal te connaître) et balancer les détails de ta vie professionnelle destinés on suppose à te déstabiliser (à quoi d'autre sinon?) c'est un procédé peu élégant et complètement hors sujet ici...
    @Pirates, je vous trouve vraiment très limite et au vu des réactions observées aujourd'hui, à votre place, je me poserais quelques questions et reconsidèrerais ma stratégie...(puisque vous dites être de bonne foi)

    RépondreSupprimer
  41. et que de raccourci en comparaison le parfum à la cuisine !! On ne parle vraiment pas du même sujet le parfum étant une création que je qualifierai d'exclusive à son créateur alors que la cuisine ne l'ai pas. C'est un "art"certes mais universel. Bref il n'y a pas lieu de comparer l'un à l'autre pitié!

    RépondreSupprimer
  42. Pfiou, je pense qu'il faut que vous réexpliquiez votre concept chez Pirate, vos consommateurs n'ont rien compris, regardez le genre de commentaires qu'ils vous laissent...

    "Rodolphe - 10/08/11
    Le parfum correspond parfaitement à mes attentes, à savoir une copie parfaite de A Men. "
    "guillaume - 31/08/11
    Je viens de recevoir 3 parfums aujourd'hui et Mykonos est parfait, identique à l'original ! Merci Pirate Parfum ! "
    "Lena - 07/07/11
    Sans aucun doute ce parfum vaut son prix (j'ai un petit budget...),car il est tout simplement parfait !
    En effet ,Sofia a la meme odeur que J'Adore,mais est beaucoup moins cher et contient plus de parfum ! :)
    Merci Parfum Pirate !"

    marika - 14/05/11
    "Reçus depuis 5 jours, je passe aujourd'hui une autre commande pour essayer les autres références. Je porte J'adore de dIor depuis 3 ans et je vois pas la différence d'odeur."

    J'ai de la peine pour vos nez, avec tout le mal qu'ils se sont donnés pour créer des chef-d’œuvre originaux, se voir ainsi comparés à de vulgaires jus mass-marketés... C'est moche pour vous !

    RépondreSupprimer
  43. Super intéressant tout ça Sophie, je n'en avais pas entendu parler...

    Moi, je me demande bien qui est derrière tout ça et qui développe et fabrique pour eux... Ah, des nez installés à Grasse bien sûr ! Mais pourtant la société est installée au Luxembourg dans une belle petite maison (cf photo sur le site)... Les maisons de parfumeurs à Grasse ont pourtant comme adresse "Grasse" et en sont plutôt fiers ;-)

    Par ailleurs, quel est le vrai nom de la société : un coup, c'est "Pirates Parfums", paragraphe suivant "Pirate-Parfum"... ?

    Bien sûr, leurs parfums sont composés "des matières premières les plus nobles", comme s'il n'y avait que du naturel dans leurs parfums et dans les parfums en général !

    Quant au logo de la tête de mort qui est omniprésent un peu partout sur le site... même s'il doit rappeler les pirates, il est super mal choisi lorsqu'on sait que ça signifie "toxique" ou "très toxique" sur les préparations dangereuses !!!

    RépondreSupprimer
  44. Bonjour So !

    100% d'accord avec vous...pour moi les parfums sont des oeuvres d'arts "immatérielles" ! Est ce que vous savez comment ont réagit les maisons créatrices des parfums copiés par PP?

    RépondreSupprimer
  45. Bonjour à tous,

    Je crois que tout le monde a pu s'exprimer sur le sujet et si vous êtes d'accord, on va clore le débat ici.

    Entre ceux qui sont choqués et ceux qui trouve cette pratique géniale voire révolutionnaire, nous ne tomberons jamais d'accord. Comme disaient les autres "Nous n'avons pas les mêmes valeurs", et heureusement, quelque part, car "Il faut de tout pour faire un monde".

    Je terminerai en vous citant l'article L 713-2 du Code de la Propriété Industrielle :

    "sont interdits sauf autorisation du propriétaire de la marque [...]la reproduction, l'usage, ou l'apposition d'une marque, même avec l'adjonction de mots tels que "formule, système, imitation, genre, méthode" pour des produits ou services identiques à ceux désignés par l'enregistrement".

    Bon week-end à tous !

    RépondreSupprimer